Smallville : une longue aventure qui s’annonce

J’ai commencé à regarder des séries vers treize ans – et à vraiment en regarder encore quelques années plus tard. Je n’avez pas la télévision en grandissant, voyez-vous, et j’ai été éduquée à penser que Friends n’était que des blagues pourries et tout ce que le petit écran savait produire, c’étaient des mélodrames bidons. Le streaming n’existait pas encore, et seules les vacances m’offraient l’occasion de me faire ma propre opinion : Un, dos, tres passait juste à l’heure de sieste de mon papa et si on était silencieux, on pouvait regarder un épisode, voir deux lorsque ma grand-mère se sentait généreuse. Il va sans dire que si j’appréciais les aventures de l’Académie de danse, ce n’est pas ce qui m’a convaincue que mon père avait tort. Les séries c’était nul, aussi vrai que une et deux égal trois et qu’Ingrid et Juan étaient faits l’un pour l’autre. Un point c’est tout.

Me voilà, quinze ans plus tard, 238 séries terminées sur mon compte bêtaséries, il va sans dire que je me suis fait mon propre avis sur la question. Mon mépris remplacé par une faim pathologique, un de mes passe-temps préféré est devenu celui de me plonger dans les séries de mon enfance. Cependant, il y en a un paquet, et malgré ma bonne volonté, je n’ai pas encore eu le temps de tout voir*. Aujourd’hui, et pour les quelques mois à venir, je propose de rectifier cela en explorant une des séries oubliées de mon  enfance : Smallville.

[*Un jour bientôt, sans aucun doute.]

Smallville-cast-saison-1
Le genre de poster que j’aurais échangé sans scrupule contre une photo de Daniel Radcliffe. Récupéré de Revealed in Time

Smallville m’apparait comme un petit OVNI de la télévision. Elle a commencé en 2001 et s’est finie dix ans plus tard, en 2011, année où je terminais ma scolarité. Elle m’intrigue parce que si je me souviens en avoir entendu parler dans la cour de récré quand j’avais dix ans, elle était déjà vieux jeu lorsque j’entrais à l’école secondaire – et que je devenais donc son public cible. Les ado cool regardaient Prison Break ou Les Frères Scott (One Tree Hill). Les super-héros n’étaient pas (encore de nouveau) à la mode, et Superman encore moins. Bref, Smallville n’était pas, mais alors pas du tout, sur mon radar lorsque j’ai commencé mon initiation pour une simple raison : je ne savais pas que la série était encore diffusée.

Smallville m’intéresse donc aujourd’hui d’abord parce que je n’en sais quasi rien : je connais tout au plus seulement le nom des personnages du comic et certaines de leurs relations.

De plus, avec ses dix saisons, elle se distingue par sa longévité impressionnante. En jetant un coup d’œil aux séries américaines les plus longues, on s’aperçoit qu’il n’est pas évident de passer se cap sans être une série policière, un dessin animé, ou d’avoir été là aux débuts de la télévision… Les exceptions sont (le plus souvent) des séries dont il est difficile de ne pas avoir entendu parler, comme Urgences (ER), Dallas, Friends ou les plus récentes (et toujours battantes) Grey’s Anatomy, The Big Bang Theory et Supernatural. D’ailleurs, dans les teen drama américains, on ne compte que Bervely Hills 90210 et… Smallville. Longtemps leader des séries de science fiction, elle a finalement été [injustement] détrônée par X-Files lorsque cette dernière s’est vue accorder une dixième, puis onzième saison, quatorze ans après son annulation. [Si ce n’est pas de la triche, ça.]

Bref, Smallville est une chose curieuse qui me parait mériter une étude approfondie. Entendez par là non pas une dissertation théorique, mais un visionnage critique et passionné, résumés et photos à l’appui.

Dans les mois à venir, je vais donc me plonger dans l’adolescence – et j’imagine la vie de jeune adulte – de Clark Kent afin de comprendre ce qui a fait le succès de Smallville. Je vous invite à me rejoindre ; après tout, c’est une excuse comme une autre pour se scotcher à l’écran.

Chaleureusement,

Enid

Publicités

Un commentaire sur “Smallville : une longue aventure qui s’annonce

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.