Ma semaine devant l’écran #11 | Bonnes intentions

Bonjour à tous,

Bon alors, déjà pour dimanche, c’est fichu, mais au moins nous ne sommes que lundi, donc pour parler de la semaine passé, ça va encore. Et puis comment parler d’une semaine le dimanche alors que le dimanche fait partie de la semaine ? Comment ça je ne regarde rien qui sort le dimanche, là n’est pas la question. [De plus, j’ai grave regardé des séries ce dimanche, même que j’ai déjà fini The Terror dont je vous parlais il y a quelques jour dans mon dernier retour sur les pilotes.]

Je vous rassure, mes intentions sont bonnes. J’ai l’impression de passer mon temps à écrire ces derniers temps. Je m’aperçois même que je passe beaucoup plus de temps à rédiger des critiques plutôt que mon mémoire de fin d’étude, ce qui est un peu problématique (mais juste un peu). Ça ne fait que onze semaines, je suis encore à la recherche de mon équilibre.

Trêve de bavardages, parlons séries. Mon programme hebdomadaire commence à se faire chargé, si bien que j’ai oublié de regarder un de mes rendez-vous Champions. Je dis bien là oublié : je pensais avoir clôturé ma semaine puis, au moment de cocher mes épisodes sur Betaséries, je me suis aperçue que j’avais failli à la tâche. Qu’importe, nous sommes bien d’accord. J’ai tout de même vu : The Last Man on Earth, Lucifer, Brooklyn Nine Nine, Supergirl, iZombie, New Girl, UnREAL, The Crossing, The Flash, LA to Vegas, Splitting Up Together, Riverdale, Supernatural, Superstore, Alex, Inc. et Once Upon a Time. J’ai aussi rattrapé mes cinq épisodes de retard d’Arrow (non pas que j’en sois fière), puis j’ai fini Waco et The Terror (des articles à venir pour ces deux là ; je n’en parlerai pas ici). Tout ça ça fait beaucoup, un peu trop même… J’ai hâte des fins de saison : voilà, c’est dit.

On frôle les 6500  mots cette semaine… Vous êtes prêts ? Allons-y quand même.

Drames : LUCIFER ET SUPERGIRL SONT DE RETOUR !!!

Lucifer S03E20 « The Angel of San Bernardino »

Pardonnez mon excitation. Lucifer est de retour avec un épisode un peu irréel, et c’est pas mal du tout. Un mystérieux personnage se fait justicier la nuit tombée et les témoins sont tous d’accord : il s’agirait d’un ange. Bien sûr, Lucifer y voit là la suite de sa punition divine et se prive donc de sommeil… s’ensuit un montage hilarant de drogue, sex, violence et oui, un bon petit binge-watch de Bones.

Moi tous les jours occasionnellement. Fox via AV/TV Club

Ce que j’ai d’autant plus kiffé, c’est de voir Lucifer se lancer dans une analyse de sa vie en par le biais de la série qu’il vient de s’enfiler. A qui ça n’est pas arrivé, franchement, à qui ? Mec, je ne t’ai jamais autant compris.

Lucifer : Watched all 12 seasons. It’s riveting stuff. It’s like watching a documentary of us. Actually, you’re clearly Booth. I’m Bones, obviously.
Chloe : Obviously.
Lucifer : Kevin’s autopsy report. Good. Now, I’ve been thinking, perhaps there was a slight depression on the occipital, or slight fractures to the femur ? Did you know there were 206 bones in a human body ? Each of them a clue, sometimes twice. And the coccyx is not what it sounds.

De son côté, Pierce semble attendre de Chloe son amour, persuadé que c’est la solution à son immortalité. Sait-il quelque chose dont on n’a pas idée ? Apparemment oui. Bref, du coup les deux font des bêtises dans des pièces sombres et ce serait mignon si on n’était pas au courant qu’il s’agit (au moins un peu) d’un sale coup. Chloe elle, perd sa patience avec Lucifer, ce qui est justifié mais aussi un peu hypocrite de sa part. Elle continue de faire semblant de ne pas comprendre qu’il est fou d’elle ; ils sont cons, les gens à la télé quand même, vous ne trouvez pas ? Maze sombre grave dans le dark side et Charlotte réalisé l’ampleur de la révélation de Lucifer et d’Amenadiel, dans deux intrigues qui me prennent de plus en plus aux tripes. Quoi qu’il se passe dans les quatre derniers épisodes de la saison (de la série ? Non, non, pas comme ça…), notre groupe qui semblait autre fois si uni est au bord de l’implosion.

« The Angel of San Bernardino » est un excellent retour de hiatus pour une saison plus que moyenne. L’arc de Cain semble sur le point de se finir et pourtant je ne comprends toujours pas le personnage, ni ce que Chloe semble lui trouver ; ce sera un plaisir de le voir partir. On n’a toujours pas avancé sur la nature exacte de Chloe, ni sur la raison derrière les ailes de Luci et la disparition de celles d’Amenadiel. J’attends des quatre derniers épisodes une explication. J’aimerais aussi que Chloe soit enfin mise dans la confidence, mais c’est peut-être beaucoup en demander. En attendant, Lucifer reste marrant et poignant. C’est assez pour moi.

Supergirl S03E14 « Schott Through the Heart »

Ca fait si longtemps que Supergirl est en hiatus que je ne sais plus trop où on en était. Mais qu’importe, tout ça finira par me revenir une fois que l’histoire reviendra. Ce dont je me souviens bien cependant, c’est que dans le dernier épisode Mon-el nous racontait un peu son insipide histoire d’amour avec sa femme et que, comme (presque) tout le monde, j’en finissais d’autant plus convaincue qu’il devait se remettre avec Kara. Les scénaristes sont cependant bien décidés à nous faire attendre et qui veut dire plein d’interactions trognonnes en perspectives (pourquoi pas pendant leurs leçons de lancer de cape ou je ne sais-pas) et des « on est juste amis ». J’ai hâte.

Ca me brise le coeur de dire ça, mais la romance n’est pas le centre de l’épisode. Non ! Cet épisode est centré sur un personnage d’habitude placé au second plan, notre geek préféré : Winn. A l’enterrement de son père, le super-vilain Toyman, Winn  se fait aborder par sa mère (Laurie Metcalf), qu’il n’a pas vue depuis vingt ans. A peine veut-il l’envoyer bouler que le cercueil explose. Toyman est peut-être mort, mais quelqu’un est bien décidé à continuer ses mauvais tour, et Winn en est la cible.

A nos heures perdues, ma maman et moi on étudie également des jouets infernaux. J’aime me retrouver dans les séries que je regarde. The CW via Seat42f

« Schott Trough the Heart » se concentre sur une facette souvent inexplorée de l’abus : le fait qu’il ne vient pas au jour le jour. Winn reproche à sa mère d’être partie, et donc les conséquences de son enfance malheureuse ; en lui révélant la réalité des non-dits de son enfance, elle lui permet de recadrer sa réalité. « Your father didn’t just go to bed normal and wake up the next morning a monster« . Une évidence qu’on fait bien de rappeler, et qui permet à Winn comme ça mère d’admettre les erreurs du passé pour mieux repartir sur de nouvelles bases.

Bon, à part ça, on a un nouveau tueur qui récupère les vieux tours de Toyman, et donc une super bataille avec des jouets customisés, bataille qui permet notamment à Mon-el de nous montrer ses talents de combattants. Comme si j’avais besoin de le trouver plus attirant. Pfff. Aussi dans cet épisode : le père de J’onn comment à perdre sa tête, Jimmy s’inquiète de ne pas avoir de nouvelles de Lena, on apprend la vérité sur la mission des Légions et plein d’acteurs à la voix superbe vont semblant de ne pas savoir chanter.

« Schott Through the Heart » a le mérite d’être touchant, plein d’action et de doucement nous remettre dans le jus. Il faut dire qu’on est loin de la conclusion, (là où toutes les séries semblent bientôt se conclure, Supergirl n’est même pas dans son dernier tiers) et donc qu’il peut encore se passer pleeeein de trucs.

iZombie S04E07 « Don’t Hate the Player, Hate the Brain »

iZombie continue de se poser les bonnes questions… Major mais que deviens-tu ? New Seattle s’affirme comme un autocratie et voilà que le propriétaire des plus beaux abdos de la télé non seulement ne s’indigne pas ; il oeuvre activement pour la cause ! Major, mais que deviens tu ?

Dans « Don’t Hate the Player, Hate the Brain », Liv grignote le cerveau d’un pick-up teacher et se comporte donc comme un déchet humain. Personne ne mérite de mourir me disent mes principes et la Charte des Droits de l’Homme mais ce genre de mecs me fait revoir l’organisation de mon système de valeurs. L’enquête est anecdotique mais c’est l’occasion de continuer à explorer les ramifications de l’éthique dans un monde avec des zombies.

Liv reste en blonde non-platine pour mieux gérer son business. Je pense ? Pas sûre que ce soit explicitement dit. The CW via TV Fanatic

En plus de l’enquête, Liv et Levvvvvoon (Liv and Levon, up in a tree, K-I-S-S-I-N-G) sont à la recherche de cerveaux pour leurs nouvelles recrues, ce qui les mène notamment à « Brother Love » (toujours aussi inquiétant). Parce que oui, autant c’est beau de sauver des vies, autant ça ne veut pas dire que leur existence sera simple dans New Seattle, toujours en pénurie de cerveaux. A partir de ça, je peux comprendre pourquoi Major soutient Filmore-Graves ; sauf que c’est justement la compagnie qui est responsable d’avoir créé autant de zombies ! Putain Chase, arrête de te positionner en leader moral et assume que t’as foiré sa mère, non mais.

« Don’t Hate the Player Hate the Brain » est… Ecoutez, je ne sais plus ce que je peux dire sur cette saison d’iZombie. La série n’arrête pas de dépasser mes attentes, là où l’année passée, elle était dans le clan des « à regarder quand j’ai le temps ». L’intrigue de Liv est passionnante et complètement hors du spectre auquel la série nous a habitué ; de plus, elle fait un grand pas en fin d’épisode. Deux camps (trois, si on compte l’église d’Angus) se dessinent, si bien que je pense qu’on ne pourra pas éviter des confrontations ouvertes cette année. On vient de dépasser la moitié de saison et tout est toujours autant maîtrisé. C’est fantastique.

UnREAL S03E08 « Recurrent »

Ben voilà. UnREAL se conclut dans une semaine et cette saison pourrait finir sur une note positive – mais je reste déçue de l’arc global. Dans « Recurrent », Everlasting part en couille lorsque Quinn et Rachel décident de s’occuper de leurs problèmes personnels. En effet, la première décide de profiter de sa vie de célibataire, mais trouve aussi dans son indépendance un bonheur, dont elle fait part à un Chat. Rachel, elle, décide de confronter sa mère, qui ose la blâmer pour son viol. Elle est psychiatre la madame ? Bordel, que c’est tordu cette histoire. Ca laisse Madison pour superviser le big date. Elle décide alors d’inviter l’ex de Serena, auquel « elle était presque fiancée ». Il s’avère qu’il lui plaisait bien plus que l’inverse, que parler de fiançailles était un peu exagérer la chose, et qui’il n’a aucun scrupule à complètement la détruire devant quatre prétendants éberlués. Bien sûr, ça la fait passer pour « la folle de service » ce qui n’est bon pour personne, ni pour elle (humiliation devant un des hommes qu’elle espère humilier), ni pour la gente féminine (ça joue sur les schémas clichés), ni même pour l’émission (parce qu’en fait, détruire la personne sur qui repose l’histoire n’est pas une bonne idée ; qu’elle est con Madison). Rachel répare alors les pots cassés puis on le droit à non pas un mais deux petits coups tirés parmi les personnages. Tant mieux, sexez, sexez, faites vous plaisir, le reste de votre vie est un enfer. Enfin, Chet avoue à Quinn qu’il a été recruté par Gary pour la détruire, suit à quoi elle propose de lui retourner la faveur. Je sens que ça va mal se finir pour Gary, et je suis heureuse que pour une fois, les héros d’UnREAL focalise leur haine sur un vrai trou-du-cul.

« Recurrent » est certainement mieux que le dernier épisode, mais faillit toujours de prend un peu de recul sur son intrigue. Quinn et Rachel sont horrifiées par le plan de Madison, mais non pas parce qu’il est odieux et détestable en lui-même ; juste parce que, dans ce contexte, il ne jouera pas en leur faveur. Je sais que c’est le monde de la télé-réalité, yadi-yadi-yada. N’empêche que dans mon monde idéal, détruire les gens pour se faire de l’argent n’est pas un but en soit, pour qui que ce soit. De plus, comme les concurrents, Serena a perdu à mes yeux toute crédibilité : je suis maintenant convaincue que sa quête pour l’amour le vrai via Everlasting n’est pas que le résultat d’un romantisme trop appuyé ; c’est le fruit d’une stupidité démentielle qui ne colle pas, mais pas du tout, avec le reste de son personnage.

The Flash S04E18 « Lose Yourself »

Si il y a un truc que The Flash a foiré cette saison, c’est le personnage de Ralph. Mais qu’est-ce qui se passe avec lui ? Je comprends qu’il veuille se venger et soit donc prêt à tuer là où Barry refuse ; ce que je ne saisis pas, c’est pourquoi il passe de lâche, à impatient d’agir, à lâche de nouveau, puis à prêt à se sacrifier, etc. en fonction des « leçons » qu’il apprend sur le terrain. Qu’est-ce qu’il travaille, dans sa tête, pour être si inconsistant ? Au moins ses intentions paraissent bonnes… Peut-être qu’on peut mettre son manque de cohérence sur l’irrationalité de l’amour ? Faisons ça, ça marche toujours.

« Chill, dude, c’est pas comme si un super-vilain essayait de nous tuer pour gagner le contrôle de nos corps. » The CW via The Flash podcast

Dans « Lose Yourself », l’équipe localise le dernier méta du bus, « The Folded Man », qui a le pouvoir d’ouvrir des univers de poche ; et pourrait ainsi être un avantage pour Team Flash, puisqu’ils pourraient pénétrer celui de DeVoe. Un plan qu’ils s’empressent d’exécuter, sauf que, bien évidemment, tout ça ne se passe pas comme prévu étant donné qu’il reste encore cinq épisodes à remplir. Ce qui me parait problématique, c’est le personnage de DeVoe, et tout ce qu’on doit accepter comme possible. En tant que grand méchant hyper intelligent, il est capable d’envisager toutes les possibilités tout le temps. Mais sérieux, il sait prédire quand agir exactement, à la seconde près ? Comment ce n’est pas juste une variable du hasard ? C’est juste impossible. Même les algorithmes de facebook ne savent pas faire ça. Je ne me plains cependant pas trop. Le fait que les éléments les plus entraînés de l’équipe soient laissés de coté donne pour une bataille plus originale entre le reste. Donc allons-y, yay !

« Lose Yourself » clôture l’intrigue des métas du bus ; bientôt, on aura le droit à la suite du plan maléfique de DeVoe, et je pense qu’il était grand temps. L’épisode confirme une de mes appréhensions de la saison, mais c’est comme ça. En attendant, je reste un peu déçue de l’arc de cette saison et j’aime fantasmer aux temps où The Flash me mettait de bonne humeur.

The Crossing S01E03 « Pax Americana »

Ca n’aura pas pris longtemps à The Crossing pour partir en cacahuète. Dans ce troisième épisode, les drames personnels viennent se greffer sur la carcasse de mystère du futur et un peu du présent et bordel, quels drames ! On parle de collabo, chantage contre des faveurs sexuels, et drôles de connexions entre les gens du passé et du futur. Ah et kidnapping aussi. J’ai du lire le synopsis pour me souvenir de tout ce qui s’est passé, mais il y a tellement de personnages et de connexions entre eux que je ne sais pas qui est qui mis à part Jude (le sheriff/papa), Reece (l’Apex/maman vélociraptor) et Emma (l’agente du FBI). Pour Emma, Leah, Rebecca [vous savez que les femmes peuvent avoir des noms qui ne terminent pas « a », et tout de même être des femmes right ?], Paul, Marshall, euh Nestor. Et tous les autres. Je sais leurs noms, je connais leur tête, mais de là à vous dire qui est qui… Aucune idée.

« – Elle est belle la vie, Karl, non ? – Moi c’est pas Karl – Johnny ? Bobby ? Barnabe ? Penelope ? Georges ? – … » ABC via tvmovie fix

Donc, ce qui s’est passé, concrètement. Leah est toujours malade, et la maladie de Mantle étant hyper contagieuse, Agent Emma appelle une épidémiologiste à la rescousse : Sophie quelque chose, ou Etta, ou Elsa pour les intimes (Georgina Haig si vous êtes inculte incultes. Oui, j’ose). Sophie quelque chose a faite fait de comprendre qu’on ne lui dit pas tout et fait donc son enquête. Elle n’est pas la seule à être agacée de ne pas avoir toutes les infos, puisque Agent Emma est du même avis et essaye de comprendre pourquoi son boss lui cache la vérité (son boss vient du futur, si j’ai bien compris, donc ça c’est ça). Reece est toujours à la recherche de sa fille (Leah, vous suivez ou pas ?) et a priori la seule personne au courant de comment éviter que la maladie de Mantle soit fatale à court terme (donc tous ensemble : ALLÉLUIA !). Jude lui, est bien décidé à chiller avec son fiston, à l’abri de tout les soucis du monde. Oui ce Jude qui, à l’épisode précédent, trahissait maman vélociraptor. Jude est bête. Mais Jude est notre héros, donc faisant semblant de ne pas voir tous ses défauts, OK ?

Je ne sais quoi penser de « Pax Americana ». D’un coté c’est un peu n’importe quoi. De l’autre je ne m’ennuie pas. Je pense à être prête à embrasser toute l’absurdité de The Crossing mais il manque encore un tout petit quelque chose pour me convaincre. Quoi donc ? C’est trop me demander.

Riverdale S02E18 « A Night to Remember »

Je commencerais par une évidence : Riverdale n’est pas équipée pour une si longue saison. Ce qui rendait la première saison si fun était qu’elle était centrée autour d’un mystère ; certes, on n’était pas à l’abri des drames et coups de théâtre, mais on avait cependant un sentiment de cohérence qui semblait justifier la chose. Cette seconde saison est brouillonne, et tout le monde semble tâtonner. Tout développement, tout enjeu, sont vite désamorcés – mis à part le buisiness des Lodge mais sérieux, qui en a quelque chose à foutre, de savoir si Hermione va devenir maire ou si ils vont pouvoir construire leur prison ? Mais qui, putain, vraiment ?

Calme, Enid. On pense papillons et chocolat.

OK. Donc voilà, Riverdale c’est du grand n’importe quoi et cette semaine ENFIN on semble un peu retourner à l’essentiel, à savoir le serial killer des premiers épisodes, Archie semble ENFIN retirer son nez du trou du cul d’Hiram et putain c’est déjà ça. A mon grand désespoir cependant, tous les personnages qui étaient fâches l’un contre l’autre se réconcilient et ça c’est juste trop nul et niais.

PLZ PLZ PLZ pas encore la suggestion d’une romance entre Archie et Veronica, tout ça me donne la nausée. The CW via netflix-nederland

A priori le consensus est que l’épisode était une grande réussite mais personnellement, je suis agacée par les épisodes musicaux qui sont là juste pour être « l’épisode musical ». Certes, les chansons de Carrie : The Musical semblent plutôt bien faire le miroir sur la vie de nos ados mais du coup, à quels points les décisions des scénaristes ont-elles été influencées par la perspective de cet épisode ? C’est pour ça tous les aller-retours ? Cela en valait-il vraiment la peine ? J’ai pas envie de me battre, donc admettons, admettons que tout ça est une pure coïncidence. Soit. La grosse dispute entre les deux duos est désamorcée, et donc avec elle, j’imagine, tous les enjeux de la sous-intrigue « élections du président du conseil étudiant ». C’est aussi l’heure de la réconciliation chez les Cooper et meh… Si ça les rend heureux, qu’est-ce que je peux dire, vraiment ? Mais après… Hal n’était-il pas fou amoureux fou de maman Blossom il y a deux épisodes ou quoi ? PUTAIN MAIS C’EST QUOI LEUR PROBLÈME A TOUS ? Et pourquoi Betty veut-elle que papa et maman se remettent ensemble alors qu’ils sont tous les deux clairement instables ? Soit. Soit. Je ne veux pas me battre, j’ai dit. Je suis d’ailleurs assez heureuse que Jodie ait pardonné à Cheryll. J’ai aussi kiffé la vengeance de Cheryll. Et oui, c’était plaisant de voir les personnages chanter. Inutile, mais plaisant. Quand au « twist » final… Je ne dirais que ENFIN :

« A Night to Remember » est un épisode OK juste ça et rien de plus. Je refuse de me prosterner devant « l’épisode musical » sous prétexte qu’il y a de la musique alors qu’elle n’est ni justifiée, ni une plus valu à l’histoire. Mais bon, on espère que les choses vont s’accélérer maintenant ? Ou du moins que quelque chose, juste quelque chose, se passe ? Je pense que c’est déjà trop demander. *Soupir*.

Supernatural S13E19 « Funeralia »

Tout le monde est prêt pour une autre déception ? Supernatural m’a ennuyée cette semaine ! Faut dire qu’on a pas mal de Rowena cette semaine et que bon, Rowena ça va une fois, mais elle fait vite chier, non ? Juste moi ? Soit, j’assume.

Les Winchester font la tournée des alliées et décide de demander de l’aide à Rowena qui les envoie bouler (naturellement) ; mais voilà que la mort elle-même les charge de la raisonner pour le bien de l’humanité tout entière (juste ça). De son coté, Castiel va au paradis pour tenter d’allier les anges à sa cause, pour apprendre qu’en fait, le paradis n’est plus ce qu’il était. Double échec. Mais comment nos héros vont-ils se sortir de se bazar point d’interrogation.

« Funeralia » est un épisode au point mort. Il a le mérite d’explorer les solutions de dernier recours, ce qui est déjà ça ; plus on en apprend un peu plus sur la catastrophe cosmique qu’est la fermeture du paradis, donc ça aussi c’est gagné. Pour ce qui est du reste… Le jour où Supernatural ce finit, c’est forcément avec les deux frangins six pieds sous terre, non ? Plus moyens de faire autrement maintenant, si ? Les vieux épisodes me manquent. C’est moi qui demandait plus de saisons il y a à peine plus d’une semaine ? Mais qu’est-ce que je pensais ? [ScoobyNatural. Au prochain épisode comme ça, tu seras de nouveau heureuse.]

Once Upon a Time S07E18 « The Guardian »

Pour conclure la trilogie des occasions manquées, parlons Once Upon a Timedont j’ai à peine le courage de parler. [Parce que oui, l’ordre dans lequel je classe les épisodes est celui de visionnage, sauf que je sépare drames et comédies. Donc quand je m’ennuie trois épisodes de suite, c’est du vécu.]

Alors bon, Rumplestiskin est à la recherche du Gardien pour lui confier son poignard : ainsi, il lui transmettrait son immortalité (mais sans les ténèbres) et pourrait mourir et rejoindre Belle dans l’au-delà (paye ton but dans la vie). Et Gideon, on en fait quoi de Gideon ? On oublie le fiston ? Puis t’as un petit fils, aussi, Henry qu’il s’appelle, même qu’il est un peu dans la merde en se moment. RAF ? OK. Lorsque Rumple et Belle sont aller passer le reste de leurs jours au pays sans nuit, ils n’ont clairement pas pensé au fait qu’ils vivraient leur vie en accéléré sans aucun regard pour leur enfant, mais quel égoïsme putain, ça me tue ; comme si c’était une facilité scénaristique qui permettait de se débarrasser de Belle et de garder Rumple. Ce dernier, donc, cherche le gardien, qui n’est pas Anastasie (mais vous n’avez rien suivi ou quoi, c’est évident), mais Alice. Même qu’on apprend dans les flashbacks pourquoi elle n’a finalement pas endossé le rôle et que Rumple n’est pas vraiment un trou du cul.

Question annexe : pourquoi Rumple voudrait-il vivre en dehors du monde réel puisqu’il perd la boule dès qu’il est dans la forêt enchantée ?

De son coté, Roni/Regina est à deux doigts de sauver Henry si ce n’était pour Weaver/Rumple, qui la trahit et tout ça pour rien. Samdi continue à manigancer. Et Alice et Robin flirtent comme pas possible (moooh). Cet épisode est aussi l’épisode de la science ! Oui, les personnages décident enfin de se fier aux « tests ADN » et « examens médicaux » et concluent donc que quelque chose de louche se passe. Il me semblait qu’on avait décidé dans la saison un que le sortilège camouflait la magie suffisamment pour qu’elle ne soit pas détectée par la science (il y avait pas une histoire de cœur retiré mais qui battait encore dans la poitrine ou qui ?) mais hé, peut-être que je me suis trompée et que tout le monde est con. Ou peut-être que j’ai raison et que tout le monde est con.

Je sais que c’est Henry, mais parfois j’oublie que c’est Henry Henry probablement parce que c’est le seul à avoir vieilli. Lui et Robin. Pas leurs mères par contre. Nope.  The CW via onceuponatimedaily

A ce stade dans l’histoire, il me semble que le seul moyen de ne pas pleurer de désespoir est de juste gober tout ce qu’on nous donne. Donc voilà : « The Guardian » est OK, tout le monde est joli, et si vous voulez prouvez à votre papa que vous êtes sa fille, la prochaine fois pensez à lui prélever un poil de cul pour le convaincre et ça fera l’affaire.

Arrow S06E14 à S06E19 « Collision Course », « Doppelgänger », « The Thatanos Guild », « Brothers in Arms », « Fundamentals » et « The Dragon »

J’ai envie mis à jour Arrow et je vous épargne un commentaire de chaque épisode, que je n’arriverai de toute façon pas à faire. C’est assez réjouissant de voir Oliver perdre son équipe, et je trouve que Diggle n’a pas tort de dire qu’en devenant un meilleur homme, il est devenu un moins bon leader. J’ai l’impression que la série plonge dans des eaux inexplorées et ça fait du bien. Je n’ai absolument aucune idée de comment tout va revenir à la normal et je pense que c’est impossible sans un vrai changement de dynamique. On verra dans le futur.

Sinon, le reste de l’intrigue m’ennuie toujours autant. Le dernier épisode, « The Dragon », a enfin pris le temps d’étoffer le méchant de la saison, Diaz, mais honnêtement, ces histoires de vengeance, de corruption et de crime lords me laissent de marbre. Le personnage de « l’autre Laurel » aurait pu être intéressant sauf que ne sait rien d’elle, mis à part qu’elle n’est pas notre Laurel. C’est déjà ça, j’imagine. Puis il y a eu toute cette histoire avec le départ de Théa, dont je n’ai pas grand chose à carrer, parce que bon, j’ai l’impression que Thea ne fait plus vraiment partie de la série depuis plusieurs années maintenant. C’est juste moi ? Elle n’est pas déjà partie trois mille fois ? Meh. C’était bon de revoir Roy, par contre.

Voilà, Arrow me fait chier, mais Oliver est malheureux en ce moment, ce qui fait ma joie.

Comédies : je vous jure que j’essaye

The Last Man on Earth S04E15 « Designated Survivors »

Je sautais sur place à la fin du dernier épisode de The Last Man on Earth et oui, oui, oui, Mike est en vie ! « Designated Survivors » marque le grand retour de Jason Sudeikis, des blagues de son personnage et d’une jalousie mal placée de la part de Todd. Il ne se passe pas grand chose d’autre dans l’épisode, mais on s’attarde un peu plus profondément sur le sentiment de solitude, et ce n’est pas mal. Nos héros sont ensemble depuis plus de sept maintenant, mais Mike a passé les premières années de l’épidémie seul dans l’espace, puis les quatre dernière seul à chercher son frère ; il a beau être un emmerdeur, c’est un bon gars et il ne mérite certainement pas ça.

JASON SUDEIIKIIIIS IS BAAAAAACK ❤ ❤ ❤ . Fox via TV/AV Club

« Designated Survivors » n’a pas forcément beaucoup de blagues outre celles que Mike fait subir à son frère (je ne suis pas tellement emballée par le retour de la coiffure de merde de Tandy, mais hé, s’il est heureux, je m’y ferais), mais du coup ça laisse un peu de temps à The Last Man on Earth pour explorer son noyau émotionnel. L’épisode termine de nouveau sur un cliffhanger… Hype pour la suite !

Brooklyn Nine Nine S05E16 « Nutriboom » et S05E17 « DFW »

Deux épisodes de Brooklyn Nine Nine pour cette semaine et deux épisodes pas mal du tout. C’est toujours chouette de voir des têtes familières revenir au commissariat, et dans « Nutriboom », on revoit Bill, le double de Boyle. La dernière fois qu’on avait vu Bill, il convainquait Jake et Boyle d’investir dans un système pyramidal foireux (il me semble qu’ils étaient menottés à ce moment là ? A vérifier). Maintenant, ils doivent payer, et ils sont bien décidés à exposer l’arnaque pour ce qu’elle est (ou du moins essayer). Amy se voit assignée des jeunes patrouilleurs, dont un qui déborde d’enthousiasme et de bonnes idées – en gros Amy a un Amy (et il s’appelle Gary).

Dans « DFW », Jake rencontre une de ses soeurs, Kate (jouée par Nasim Pedrad), qui se trouve être insupportable. Pedrad est super mais son personnage insoutenable, donc je ne sais que dire. [En plus, on abandonne complet l’idée que New Girl et Brooklyn Nine Nine sont dans le même monde, non ? Comment ça ça n’a pas d’importance ?] Au commissariat, Terry a des ennuis et doit compter sur Scully pour l’aider. Gina organise un blind date pour Rosa. Ah, et le cold open est délicieusement bête :

« Nutriboom » et « DFW » ne sont pas spectaculaires, mais leurs histoires fonctionnent tout de même un peu – et leur cold open sont toujours aussi absurdes (ce qui m’emplie de joie). C’est chouette de voir Amy avec de nouvelles prérogatives et je m’estimerai heureuse si on a plus d’interaction avec Gary. Je suis également contente que Gina ait eu quelque chose à faire cette semaine, même si c’était juste chiller avec Diaz en écoutant des remix d’Holt.

New Girl S07E02 « Tuesday Meeting »

Nouvelle saison, nouvelles dynamiques ; comment s’en sort New Girl dans sa seconde semaine ? Elle reste dans des schémas familiers tout en proposant quelques changements bien placés.

Nick est en panne d’inspiration ; Pepperwood heureux n’est pas ce que les lecteurs veulent, sauf qu’il ne peut plus écrire un Pepperwood malheureux étant donné son bonheur conjugal. Il se met donc en quête de son prochain livre et sombre dans une spirale d’alcool et de désespoir ; bref, Nick avant le succès, le Nick qu’on connait. Ruth ne dort pas, donc Schmidt non plus, et voilà qu’il se retrouve au loft à gérer les folies de Nick. Winston, lui aussi, revient aussi au loft, pour squatter le canap’ et regarder les Three Man and A… films, et, regardant leur situation, a très envie de « faire les films » – s’il vous parait impossible de « faire un film », sachez que “You can do any movie but a documentary because those already happened« . Logique winstonienne pour débutants. Schmidt et Winston tentent bien que mal d’aider Nick, et fouillent donc dans ses vieux carnets pour l’aider à retrouver son génie, mais se heurtent à des murs quasi-littéralement :

Winston : Here we go. Oh, never mind, that’s a maze you drew. Yeah, you drew a maze… then couldn’t solve it. You went straight for the wall.
Nick : It was a hard maze.
Winston : This one is just a list of words that rhyme with « moon. » But then right away, it’s « bun. » « Moon, spoon, loon, bun »?

De son coté, Jess est frustrée de ne pas avoir plus de responsabilité au boulot et un déjeuner avec une Cece crevée mais bien décidée à se bourrer la gueule l’illumine sur le sexisme au boulot. Comment ça les mecs se réussissent sans elles le mardi ? Il est temps de récupérer son pouvoir ! Bien évidemment les choses ne se passent pas exactement comme prévu mais hé, les résultats sont là et on refait le plein de tampons dans les toilettes, donc double victoire.

Non mais regardez-moi cette brochette, s’il ne sont pas trognons. Fox via SpoilersGuide

« Tuesday Meeting » m’a déçue lorsque je l’ai vu, mais à y repenser, il y a tout de même plein de bons moments. J’ai beaucoup aimé la jalousie de Nick envers Ruth (« Before you I was his baby girl« ), Winston qui reste enfermée dans sa bulle et propose un meurtre mine de rien, Cece en femme au pouvoir et le retour des spirales infernales de Nick. Comme souvent dans New Girl, ce sera probablement encore plus chouette à revoir ; le débit de blague à la minute reste intense.

LA to Vegas S01E13 « The Dinner Party »

Faut savoir quelque chose : depuis The Office, il est dangereux d’appeler son épisode « The Dinner Party » sans que je soit tentée, que dis-je, moralement obligée, de faire la comparaison ; et The Office gagnera toujours parce que rien n’arrive à la cheville de l’écran amovible de Michael, les remarques passives-agressives de Jan et la gêne si prenante de tous les invités. Peut être qu’aujourd’hui n’est pas le jour pour une exploration d’épisodes de The Office. Barrez ça : tous les jours sont des jours pour explorer The Office, mais aujourd’hui ce n’est pas le sujet. En effet, LA to Vegas a beau utiliser la même prémisse, on est à des lieux de l’épisode de The Office. Non pas que l’épisode est nul, non, il n’est pas mal, d’ailleurs à rien ne sert de comparer mis à part à propager la bonne parole (Praised be The Office).

Fox via Spoiler TV

Dans « The Dinner Party », Ronnie veut impressionner Brian (Zachary Knighton) avec un repas sophistiqué, mais étant donné son absence d’amis, elle invite les habitués et l’équipe du vol Jackpot. Elle se retrouve alors débordée par les drames de chacun. Captain Dave ramène sa « copine », Patricia (vous savez, la mère de Nichole), qui a du mal à arrêter de travailler. Artem demande l’avis de Nichole sur un script qu’il a écrit. Colin invite sa chauffeuse Uber a la fête mais n’est pas sûre s’il s’agit d’un date professionnel ou romantique.

« The Dinner Party » est encore un épisode hors de l’avion, ce qui me pousse à me poser la question de la survie sur le long terme de LA to Vegas. Après, c’est rigolo. Voilà c’est tout, c’est rigolo.

Splitting Up Together S01E04 « Soups Jealous »

Je suis un peu embêtée de devoir revenir sur Splitting Up Together parce qu’il ne se passe toujours pas grand chose d’intéressant. Lena continue de sortir avec son petit jeune, qui la met de très bonne humeur, et Martin a du mal à avaler le fait que son ex ait tourné la page avant lui. En attendant, c’est à son tour de s’occuper des gamins et le petit dernier, Milo [merci internet], est malade. La soeur de Lena (je pense ?), Maya, pèse quant à elle le pour et le contre de faire un enfant seule.

« Soup Jealous » est complètement OK, mais il manque toujours un peu de piquant pour rendre la série vraiment chouette à regarder. Reste que Jenna Fischer est engageante et que tout ça ne fait de mal à personne.

Superstore S03E20 « Gender Reveal »

Une grosse semaine pour Superstore. Dina est sacrément enceinte et commence à flipper. L’acouchement, ça ne lui dit rien. Voilà qu’Amy annonce sa déception suite à un test négatif de grossesse, sauf que c’était un test « 1 cloud », à savoir un test défectueux (she should really read the memos). Quelques tests plus tard et c’est définitif : Amy est enceinte, de son ex de surcroît.

Alors que le magasin se réunit pour une « gender reveal party« , Dina et Amy fuient la réalité. La fête pourrait bien ce passer, si ce n’est qu’il manque la porteuse du bébé et aussi, le genre de l’enfant. Oups. Amy et Dina partagent un are tête à tête et Dina convainc Amy d’enfin faire les choses qu’elle repousse au lendemain. Bref tout ça mène à beaucoup de choses.

NBC via Spoiler TV

« Gender Reveal » est un épisode attendrissant qui bouleverse quand même pas mal l’histoire. Je n’ai personnellement pas du tout vu venir la grossesse d’Amy et maintenant, comme elle je me demande, on fait quoi ? Autre bonus : on en oublie que Dina et Amy sont réellement amies au delà de collègues. C’est chouette de le rappeler.

Alex Inc. S01E04 « The Nanny » et S01E05 « The Mother-in-Law »

Encore plus dure à résumer que Splitting Up Together est Alex, Inc, que je suis d’un oeil distrait au mieux et sans grand intérêt. Dans « The Nanny », on apprend qu’Alex à du mal à annoncer des nouvelles dures et, à la place de renvoyer sa nounou, il fait l’erreur de l’embaucher. A la maison, Ben se retrouve à baby-sitter Soraya et ce n’est pas si facile que ça. Dans « The Mother-in-Law », la mère de Rooni est de visite et elle amène avec elle ses regards de dédain : elle en veut au moins un peu à Alex d’avoir coupé Rooni de ses racines, et plus récemment, de s’aventurer à poursuivre ses rêves quitte à la laisser gérer la maison. Alex, lui, tente tant bien que mal de la mettre de son coté.

Bon, écoutez, Alex, Inc. est très gentil mais à part ça… J’ai bien aimé qu’on parle un petit peu de la culture bengali dans « The Mother-in-Law », et que le cliché du choc culturel soit au moins un peu défusé. Après, c’est tout ce que je retiens des deux épisodes, donc ce n’est pas forcément bon signe.


Mes émotions de la semaine

Mes papillons dans le ventre : Supergirl

Ouais ouais, j’ai un cœur de nougat. Mais allez quoi, ils sont trop meugnons !

Mon pincement au coeur : The Last Man on Earth

J’aime beaucoup Jason Sudeikis, donc mes préférences m’influencent surement. Cela dit, je trouve que l’histoire de Mike est vraiment tragique. Cette fin d’épisode, ou il rentre seul dans on camping car, et sa tête derrière la vitre fait miroir à celle derrière son hublot. Ca m’a fait du mal.

Ma larme à l’oeil : Lucifer

Bon alors, je n’ai pas pleuré pour ma larme à l’oeil mais le moment le plus triste de ma semaine revient à Chloe. C’est horrible de la voir tomber amoureuse d’un gars qui ne fait que l’utiliser mais c’est encore pire de la voir catatonique de son coeur brisé.

Tout ça à partir d’une romance pourtant pas vraiment crédible. Chapeau, Lauren German.

Mon éclat de rire : iZombie

Liv en player était insupportable mais il faut dire qu’elle avait de l’humour.

Liv : I guess… We should just have sex.
Ravi : « Yeah, why fight it ? »

Et Clive, sérieux comme toujours. Héhéhé.

J’aime ce moment d’inspiration soudaine qu’ils ont tous les deux. The CW via World US Headlines

Voilà donc pour ma semaine ! J’espère faire mieux et réussir à publier mon prochain article dimanche ou lundi matin… En attendant, les critiques de Waco et The Terror devraient arriver bientôt !

Et vous, qu’avez vous regardé de bien (ou pas) cette semaine ?

Sincèrement,

Enid

Publicités

3 commentaires sur “Ma semaine devant l’écran #11 | Bonnes intentions

  1. Je comprends riiiiiiiiiiiiien au personnage de Major, mais vraiment rien. Et ça me désole 😦

    Flash aussi me désole, mais c’est parce que je ne comprends pas pourquoi on ne sait toujours pas ce que veut faire DeVoe (ou les scénaristes ne le savent pas eux mêmes … ).
    Je suis contente de voir Oliver se vautrer dans Arrow parce que j’en peux plus de lui. J’ai envie de le voir souffrir.

    Je suis déçue qu’on revienne pas sur l’élection du président des étudiants de Riverdale, c’est genre le seul truc que je trouve encore fun. Avec Kevin.

    J'aime

    1. « J’ai envie de le voir souffrir ». Moi aussi. Mais Arrow, qu’as-tu fais de nous ? C’est horrible quand on y pense.

      Moi je mise sur le Sheriff pour le killer. Ca promettrait d’être fun avec Kevin 😀

      J'aime

Répondre à Yoda Bor Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.