Ma semaine devant l’écran #13 | Rechute

Bonsoir à tous,

J’ai eu une semaine plutôt éprouvante et j’ai fait preuve de nettement moins de discipline que la semaine passée (j’avais envie de regarder, mais pas d’écrire ; et je me suis d’ailleurs refait quelques épisodes de The OC histoire de me remonter le moral – la saison deux, celle où Adam Brody est particulièrement adorable dans le générique), si bien que je suis très en retard sur tout ce que je dois faire. De plus, je me suis fait un petit weekend à Paris sans mon ordinateur ; je n’ai donc pas eu le temps de regarder toutes mes séries du vendredi et aucune du weekend (non pas que je boycotte le W-E en Séries, mais… le hasard qui fait d’habitude si bien les choses s’est trompé, comme on dit). Mais comme vous vous en doutez, je compte bien pallier ce manque au plus vite (non mais).

Voici donc ce que j’ai vu cette semaine :

– Lundi : Lucifer, Brooklyn Nine-Nine, The Last Man on Earth
Mardi : Supergirl 
– Mercredi : The 100 (épisode 2), New Girl, The Middle, iZombie, Splitting Up Together, LA to Vegas (fin de saison), The Flash, The Crossing
– Jeudi : Riverdale, Alex Inc.
– Vendredi : Superstore (fin de saison), Supernatural, Archer

Outre mon programme hebdomadaire raccourci, j’en ai aussi profité pour terminer The Alienist et commencer Young Sheldon : je vous en parle de suite. Je suis allée voir Avengers Infinty War: Part 1 parce que bon, faut bien que j’utilise ma carte ciné, aussi (je ne mentionne d’habitude que peu les films, et je n’en parlerai pas plus ici mais je me sentais un peu obligée d’expliquer mon mardi pauvre en séries).

Je vous laisse lever les yeux au ciel face à mon manque de discipline. On peut faire un jeu : à vous de deviner quels sont les épisodes que j’ai pensé à critiquer après visionnage comme annoncé la semaine passé et ceux que j’ai fait aujourd’hui, soit jusqu’à huit jours plus tard. Ou pas hein, que personne ne se sente obligé.

Tout le monde est prêt ? Allons-y.

Rattrapages ou mes séries bouche-trous parce que j’ai peur du silence dans ma propre tête

The Alienist épisode 6 à 10

Je vous parlais la semaine passée de mes impressions mitigées de The Alienist. Je reste un peu partagée sur la mini-série. En soit, il s’agit d’une histoire certainement intéressante, mais le ton ne sera jamais parvenu à me mettre dans le bain, et ce malgré le casting incroyable et le fait qu’on parle de criminologie clinique.

Après, c’est court, bouclé, donc si vous aimez les mystères de la fin du dix-neuvième, c’est certainement gagné pour vous !

Young Sheldon saison 1, épisode 1 à 7 10

J’ai fini par me laisser convaincre de me lancer dans Young Sheldon et je dois avouer que je trouve ça pas mal du tout. Sheldon est tout mignon et pas encore méchant, ou du moins pas encore volontairement méchant. Il est de toute évidence attaché à sa famille et le mépris (déguisé en « incompréhension des codes sociaux ») de son âge adulte ne l’a pas encore gagné. Je pense que la série se doit d’être séparée de sa parente, mais c’est dur de faire la part des choses : j’arrête pas de me dire que ce bout de chou finira par devenir un sexiste assumé et arrogant. Noooon !

Young Sheldon est une chouette comédie familiale qui a le mérite de mettre un enfant « doué » au premier plan, ce qui n’arrive pas si souvent que ça. Chacun des personnages est une perle, et on évite le jugement de supériorité si présent dans The Big Bang Theory. C’est sympathique.

Programme hebdomadaire : mais qu’est-ce qui s’est passé ce mercredi ?

Lucifer S03E22 : « All Hands on Decker »

Avec plus que de deux épisodes qui restent à la saison de Lucifer, l’intrigue avance rapidement. Il y a trois épisodes, Pierce séduisait Chloe ; il roucoulait grave puis rompait avec elle il y a deux semaines ; et, la semaine passée, les deux se rabibochaient finalement sous l’augure d’une demande en mariage. Pfiou. Cette semaine, ils sont donc officiellement fiancés, même que le mariage est pour dans trois semaines, juste assez pour nous faire craindre qu’il va avoir lieu dans le dernier épisode de la saison (intelligent tout ça). Mais avant le mariage, c’est l’heure des enterrement de vie de jeune fille… et donc l’occasion pour Charlotte de tenter de rompre le couple (et obtenir sa place au paradis) et pour Maze de s’assurer qu’ils restent ensemble (pour retourner en enfer ; elle pense encore que Pierce est immortel et donc dans l’attente de l’amour de Chloe). Puis il y a Ella et Linda, qui veulent juste s’amuser et voir des jolis garçons se tortiller le cul, est-ce trop demander ? [Oui : si tu invite un démon et le vaisseau de la femme de Dieu, à la fête d’un miracle, c’est qu’au fond, t’as envie de drame.]

Maze qui sabote la bachelorette party parce qu’elle est persuadée que des stripteaseurs seraient trop de tentation pour Chloe est hilarant, et bien la preuve qu’elle ne comprend toujours rien aux humains après trois ans de série. The CW

Vu que Chloe est occupée par son mariage, Lucifer doit faire équipe avec Dan et BORDEL DE CUL DE POMPE A MERDE QU’EST-CE QU’IL FRUSTRANT ! Il veut comprendre pourquoi Chloe a dit oui à Pierce et, lorsque Dan suggère qu’il est nécessaire que l’affaire soir menée par quelqu’un de compétent, Lucifer se propose afin de se mettre dans les pompes de Chloe (« be the inspector »)… et Dan ne proteste pas assez fort. Suit un va-et-viens où Lucifer devrait tirer les bonnes leçons des évidences devant lui et pourtant continue de s’enfermer dans les mauvaises décisions. Bon, je vous l’accorde, c’est trognon de voir Lucifer avouer à Amenadiel qu’il a des sentiments pour Chloe, même si c’est suivi par son plan tout pourri :

Lucifer : The plan is simple I’m going to try to understand why the detective would want to marry that overstuffed man ham and then make her see she’s deranged.
Amenadiel : Or you could just tell her how you feel.
Lucifer : I already missed my window for that, unfortunately. He’s weaseled his way into her heart, and I don’t understand how, but I need to.

Tout ça est d’autant plus frustrant que Lucifer arrive à deux doigts d’enfin tout avouer à Chloe mais se retire à la dernière minute, comme le lâche qu’il est. AAAAH. Bon point cependant : Dan et Charlotte sont trop trognons à deux, ❤ ❤ ❤ .

« All Hands on Decker » fait (probablement) avancer l’intrigue (vers quelque chose) mais continue de faire danser Lucifer, qui se défile occasion après occasion. Ca en devient assez fatiguant ; d’un autre coté, qui serait Lucifer s’il était heureux en amour ? Son refus de se faire aimer et d’aimer ne fait-il pas complètement partie de qui il est ? Je vous avoue que, bien que j’adore l’idée du couple, j’ai vraiment peur que la concrétisation soit une catastrophe… Si bien que si la série en venait à être annulée pile après un bisou, ça pourrait bien être la meilleure chose pour tout les personnages.

Brooklyn Nine-Nine S05E19 : « Bachelor/ette Party »

Parce que je n’avait pas assez d’un enterrement de vie pour mon lundi, Brooklyn Nine-Nine continue les préparations du mariage de Jake et Amy avec un épisode centré sur leurs deux dernières nuits de célibataires. Whoop-whoop !

Amy lâche prise autant qu’elle le peut, c’est à dire pas trop. J’adore qu’il y ait une série avec un personnage comme elle sans que ce soit montré comme un problème. Fox via TV/AV Club

A l’enterrement de vie de jeune fille, Rosa, Gina, Kylie (la meilleure amie) et Scully et Hitchcock (à cause d’un pari ; « In hindsight, we should probably stop making major decisions through bets and competitions« ) constate qu‘Amy a rarement fait des folies après une non-éprouvante partie de « J’ai Jamais »… Jusqu’à ce qu’elle soit confrontée à son unique coup d’un soir (ou quasi), joué par Blake Anderson (parce qu’on a jamais assez de Workhaolics pour une semaine). A l’enterrement de vie de garçon, Jake, Holt et Terry décident de sauter la chasse au trésor prévue par Boyle et d’aller se murger comme les gentlemen qu’ils sont. C’est cependant sans compter les talents de détective/meilleur ami de ce dernier.

« Bachelor/ette Party » est un très chouette épisode de Brooklyn Nine-Nine parce que :

  • Holt « lâche prise » et c’est tout ce dont je rêvais
  • La prudence maniaque d’Amy se révèle une nécessité face aux insouciances de Jake et c’est une victoire pour tous ceux et celles qui ont du mal à « se détendre »
  • Le choix de Jake de négliger son meilleur ami est traité comme le drame que c’est

On n’est pas au commissariat, on n’a pas de criminel, et pourtant, Brooklyn Nine-Nine est rarement aussi vrai. Les personnages sont qui ils sont, warts and all, et les voir interagir dans un nuage alcoolisé est non-seulement distrayant, c’est touchant. Aussi, Holt est bourré. Ai-je mentionné que Holt était bourré ?

The Last Man on Earth S04E17 : « Barbara Ann »

Après la semaine passée, je m’attendais à ce que The Last Man on Earth décide de se concentrer sur l’une ou l’autre partie de son groupe, d’autant plus que deux intrigues étaient lancées ; mais j’avais tort, puisqu’on suit à la fois les aventures on the road de Mike et Tandy et la découverte (et les conséquences) des cadavres dans les murs par Todd. Mike et Tandy sont donc à la recherche du « blob » de l’épisode précédent, à savoir la source de chaleur qui les fait espérer qu’il y a d’autres personnes quelque part. Enfin, je dis « les », mais je veux surtout dire Mike ; Tandy, lui, tente quand bien que mal de ménager les attentes de son frères et le prépare à la déception inévitable. A Mexico, le gang finit par comprendre que leur maison n’est peut être pas l’idylle qu’ils s’en faisaient, étant donné qu’ils trouvent toujours plus de cadavres, mais aussi des armes, autres explosifs et cocaïne cachés un peu partout. « Well that don’t look kosher« , que dit Gail. Je rajouterai : serait-il temps de déménager ?

La vraie question est : avec tous les explosifs qui étaient disséminés dans la maison, comment le gang a-t-il fait pour les louper pendant si longtemps ? Fox via Giphy

« Barbara Ann » a vite fait de clôturer l’intrigue « en deux groupes » et ce n’est pas plus mal. On arrive en fin de saison, donc il est naturel qu’on change de paysage, même si je reste peut-être un peu déçue de la façon dont le passé criminel de la maison aura finalement servi à peu (sauf à faire exploser Carl le cannibale ; c’est déjà ça, j’imagine). Je suis assez heureuse de l’intrigue entre les deux frères, même si je l’ai trouvée un peu prévisible, jusqu’au cliffhanger de fin ; je trouve même les Mike et Tandy assez stupides de ne pas y avoir pensé. Bref, on se retrouve la semaine prochaine demain pour un débrief de la fin de saison – et possiblement, fin de série.

Supergirl S03E16 : « Of Two Minds »

Si vous vous demandiez où étaient Imra et Brainy, la réponse est quelque part qui ne sera jamais révélé, ou plus probablement, ils étaient là, juste pas « là ». Bref, c’est dur d’avoir des personnages secondaires et de ne savoir qu’en faire. En tout cas, cette semaine, ils sont de retour et juste à temps pour une confrontation entre les deux femmes de la vie de Mon-El (et une abstention de Mon-El parce qu’il faut garder le suspense sur comment tout ça va se résoudre).  Le problème est simple et n’a rien à voir avec le fait qu’elles sont amoureuses du même homme (et bien oui, il n’y a pas que la romance dans la vie). Non, ce sur quoi elles ne sont pas d’accord est la manière dont elles doivent gérer les Worldkillers : Kara est d’avis qu’il faut les sauver et Imra veut les tuer. Pour me faire l’avocat du diable, faut comprendre qu’Imra sait que Pestilence va devenir Blight et tuer sa soeur et l’humanité presque toute entière donc… « c’est personnel ».

Cette semaine, on rencontre donc Pestilence lorsque les employés d’une compagnie deviennent tous soudainement malades, et que la contagion touche vite certains de nos agents du DEO préférés. Kara et Imra ne sont peut-être pas d’accord sur la philosophie à adopter mais une chose est sure : il faut faire quelque chose au plus vite. Dans les sous-sols de Luthercorp, Lena essaye toujours de sauver Sam et pense pouvoir la « vacciner » contre Reign : les Worldkillers réécrivent en effet l’ADN de leur alter-ego humain lorsqu’elles prennent le dessus. L’épisode se finit alors que nos deux intrigues se mêlent enfin ; juste pour le dernier tiers de la saison.

J’ai pas vraiment accroché au personnage de Sam autant qu’il le fallait… jusqu’à ce qu’elle se trouve coincée dans le sous-sol de Lena désespérée de rester aux commandes de son corps. The CW via Spoiler TV

« Of Two Minds » est un bon épisode, qui tire sur nos cordes émotionnelles en nous mettant deux favoris en danger… Finn est très utilisé cette saison et je ne me plains pas. De plus, on avance « enfin » dans l’intrigue de la saison et, comme à mon habitude, je suis à coté de la plaque puisque j’ai bien l’impression que Lena va enfin rentrer dans le petit monde du DEO… Ai-je tort de me méfier d’une Luthor ? A part ça, c’est assez chouette d’avoir les Worldkillers réunies (elles vont tout détruire !) et même Kara et Imra « en paix » (it’s not always about a boy !). En bonus, si ces deux dernières semblent prêtes à travailler ensemble, je reste ravie de voir que les petits regards en coin de Mon-El n’échappent pas à Imra… Jajajaja.

The 100 S05E02 : « Red Queen »

Un second premier épisode pour la saison cinq The 100 qui me satisfait complètement… alors qu’on a le droit à aucun de mes personnages préférés. « Mais il y a Octavia ?! » Je vous entends, et je maintiens : aucun de mes personnages préférés. Je ne suis pas trop sûre de comment les trous des six ans passés vont être remplis après cet épisode, si on va avoir d’autres flashbacks ou si le reste de la saison sera des explications par exposition ; mais je suis curieuse de voir ce qu’il en est.

En attendant, je vous parle de « Red Queen » dans un billet qui lui est consacré.

New Girl S07E04 : « Where the Road Goes »

Tout le monde habillé de noir, l’air grave, sous le ciel gris… Il m’a pas fallu trente secondes pour comprendre ce qui se passait dans l’épisode de cette semaine de New Girl ; mais ça n’empêche en rien à la blague d’être efficace !

Image result for new girl where the road goes
« As you all know from my many e-mails and a sponsored tweet, I looked at Furguson as Jewish. » Il n’y a rien de mieux que les évidences winstoniennes. Fox  via Spoiler’s Guide

Le gang assiste à la veillée de Furguson, et c’est l’occasion pour voir quelques vielles têtes (entre autres : Outside Dave, Sam, et Robbie, ce dernier étanr déguisé en « red dot » pour l’occasion héhé). L’amour entre Winston et son chat a touché beaucoup de monde, plus qu’il n’est concevable, et discours et performances s’enchaînent presque sans couac. Je dis presque parce que, bien sûr qu’il y a des couacs ! Winston n’a pas encore pleuré depuis la mort de son chat, et Aly essaye tant bien que mal de lui faire exprimer ses émotions. Coach est de retour pour l’occasion, mais Nick et lui sont en froid depuis trois ans, une situation qui inquiète Jess. Schmidt et Cece discutent de comment tourner la page après la mort de l’un d’eux. Aussi, l’épisode est drôle, je vous assure ! La preuve : le rendu de Mad World par le groupe a capella de la LAPD. Je n’ai pas trouvé de vidéo mais voici un extrait des paroles…

All around me are feline cat faces / Warm cat places, whiskered faces…
Meow, meow, meow, meow / Cat world…

Hehe, c’est tellement stupide.

« Where the Road Goes » nous montre à quel point nos héros ont grandi et changé en six ans (ou même depuis le début de la série). Ils se disputent à cause de l’argent, ils se perdent de vue, ils angoissent à l’idée de la perspective de la mort… Certes, Nick est encore incertain d’à quel point il n’est plus l’homme que Jess a quitté (même si on est d’accord qu’au final, Jess est aussi nulle que lui avec l’argent, non ?), mais à part ça, les personnages ne m’ont jamais paru aussi adultes. J’ai un petit faible pour Winston [mais quand n’en ai-je pas ?] qui, en fin d’épisode, avoue ne pas avoir craqué parce qu’il voulait être là pour sa femme et son futur enfant :

Winston : I wanted to be the rock for this family.
Aly : Baby, if there’s one thing I know for sure, it’s that I’m the rock in this family.
Winston : Yeah, but if you’re the rock, then what am I?
Aly : You’re the beautiful flower sprouting out from the rock.
Winston : I like flowers, so…
Aly : I know you do, buddy.

The Middle S09E20 : « Great Heckspectations »

J’impression que ça fait des mois que je n’ai pas parlé de The Middle alors que ça ne fait qu’une poignée de semaines. Je ne sais pas si c’est parce que la saison neuf m’a parue excellente, mais cet épisode ne m’a pas autant prise que ces prédécesseurs… mais il emmène les gamins dans des nouvelles voies, et ça c’es très chouette.

Deux grosses intrigues pour cet épisode. Dans la première, Frankie s’inquiète que Brick n’aille pas au bal de promo, et fait de son possible pour qu’il « s’intègre » au mieux dans le monde « normal ». Sauf que Brick étant Brick, la normalité n’est pas sa tasse de thé. Dans la seconde, Axl promet à Sue un cadeau d’anniversaire… Ce qui met cette dernière dans un état d’excitation si intense qu’il ne peut conduire qu’à une déception.

Ne vous fiez pas aux apparences : The Middle continue à célébrer le bonheur dans la différence. ABC via Spoiler TV

« Great Heckspetations » ne m’a peut-être pas fait hurler de rire, mais il m’a tout de même touchée. J’ai particulièrement aimé la réaction de Mike, qui rappelle à Frankie la poésie des qwrikde leur cadet, lui qui semble le plus souvent indifférent à ses enfants (surtout dans leurs spirales nerveuses). C’est aussi chouette de voir Sue doucement grandir et s’apercevoir qu’Axl n’est peut-être pas l’idole qu’elle en a fait ; même si la fin de l’épisode nous rappelle que Sue sera Sue, Axl sera Axl, (et même Brick sera Brick), pour le meilleur et pour le pire.

iZombie S04E09 : « Mac-Liv-Moore » [EDIT]

Second oubli de la semaine (le premier arrive plus tard) : je n’ai pas inclus iZombie dans mon premier debrief de la semaine. Pourquoi ? Je blâme ici le manque de rigueur. Work in progress.

Dans « Mac-Liv-Moore », Liv mange le cerveau d’un rappeur, Ravi tente de comprendre l’immunité d’Isobel, Clive flirte, les recurring et regular font une partie de D&D et Blaine met en vente les vaccins. Bref, il se passe plein de trucs et c’est un excellent épisode d’une excellente saison.

Splitting Up Together S01E05 : « Nevertheless… She Went Clubbing »

Sans casser trois pattes à un canard, Splitting Up Together me plait, tout simplement. Lena et Martin sont au beau fixe dans leur divorce et ce dernier se sent prêt à sortir avec quelqu’un de nouveau… voilà qu’il croise l’ancienne tutrice d’un de ses gamins et paf, ça fait des Chocapics ! Lena, elle, se vexe d’une remarque de se fille, qui voit en son appréciation de sa vie de mère de famille, le symptôme d’un anti-féminisme. Pour lui apprendre une leçon, elle décide d’aller danser et de laisser les trois enfants se débrouiller pour la soirée.

Dans chaque épisode, il ne se passe rien ; mais Jenna Fischer et Oliver Hudson sont suffisamment bon pour que j’en redemande. ABC via Spoiler TV

« Nevertheless… She Went Clubbing » n’a vraiment rien de passionnant ; et pourtant, je me suis attachée à Lena et à Martin. Je reste un peu sceptique du fait que les deux semblent déterminés à ne sortir qu’avec des personnes beaucoup plus jeunes qu’eux mais hé, après tout, ils font ce qu’ils veulent. [Note : je trouve que Lena prend plutôt bien le fait que Martin sorte avec une ancienne « employée » parce que bon, c’est le genre de truc qui se doit de soulever des questions comme « est-ce qu’elle lui plaisait lorsqu’on était ensemble » et « est-ce qu’ils ont déjà flirté », etc. Bravo à Lena si ça ne la phase pas ; après, il y a moyen que ce soit le sujet d’épisodes à venir.]

LA to Vegas S01E15 : « The Proposal »

LA to Vegas conclut sa première (et probablement unique) saison par un épisode qui offre à ses héros l’occasion de ne pas répéter les erreurs de leur passé… et peut-être d’être heureux ? Je vous en parle (tout bientôt) dans un débriefing de saison.

The Flash S04E20 : « Therefore She Is »

Comme Arrow il y a quelques semaines, c’est l’heure pour The Flash de nous présenter son épisode consacré aux méchants. Contrairement à Arrow cependant, c’est ici nettement plus réussi – même si, de toute évidence, un peu trop tard pour que je me sente investie. Cette semaine, si on ne sait toujours pas pourquoi DeVoe est méchant, on comprend cependant ce qu’il veut faire (à savoir détruire la technologie qui, selon lui, a perverti l’humanité), et pourquoi Marlize est restée à ses cotés après tout ce qu’il a fait.

Je vous l’accorde, son changement soudain de point de vue est un peu abusé, mais pourquoi pas après tout, la saison passée, Barry se battait bien contre une version très méchante de lui-même donc comme revirement de caractère, on a fait pire. The CW via Pure Fandom

Dans des flashbacks, on apprend ainsi en effet comment Marlize est tombée sous le charme de DeVoe, puis comment leur divergence de points de vue les a longtemps séparés. Le plus grand reproche qu’elle lui faisait était celui d’être trop radical ; étant donné leur désaccords dans le présent, c’est aussi ce qui les sépare aujourd’hui. A trois épisodes de la fin, il était temps que Marlize se réveille ; j’espère secrètement qu’on ne va pas tomber dans la facilité d’un team-up avec nos héros. On verra bien.

Il s’est passé plein d’autres trucs dans cet épisode, le plus important étant que Cisco ne quittera pas The Flash et ça c’est la meilleure nouvelle au monde. Ca veut dire qu’il a rompu avec Gypsy et je ne comprends toujours pas trop pourquoi mais soit, je ne vais pas non plus prétendre que j’étais investie dans leur romance. Cisco en larmes par contre… man ça m’a touchée. Caitlin est toujours à la recherche de la Killer Frost en elle et Harry trouve une alliée dans Cecile pour tenter de pallier sa dégénérescence neuronale : hé ! Il y avait une raison derrière la télépathie ! Enfin, on a un nouvel indice sur la fille mystère du cross-over… Elle est une speedster, violette de surcroît ; une Allen-West, probablement.

« Therefore She Is » rappelle que The Flash peut être bon lorsqu’elle s’attarde un peu sur la construction de ses personnages… mais aussi qu’il ce n’est pas en misant tout sur la fin qu’on répare une saison. Allez Barry et cie., faites un sans faute pour les derniers épisodes de la saison et tout sera pardonné.

The Crossing S01E05 : « Ten Years Gone »

Je sais que les audiences ne sont pas terrible mais je continue de bien m’amuser devant The Crossing. Certes, j’en suis pas à l’obsession Falling Skies mais on se rapproche de Zoo à ses débuts et jajajajaja que j’aime ces séries un peu stupides mais tellement chouettes !

La semaine passée, on laissait Agent Emma pour morte et, à moins que j’ai loupé un truc (ce qui est possible), c’est toujours le cas cette semaine. La disparition d’Emma pique l’intérêt de Jude, qui décide de finalement mettre son nez dans toutes ces histoires de réfugiés. De leur coté, Dr. Sophie et Reese synthétisent le remède pour Leah… et plus. En effet, si le sang des Apex peut soigner la maladie de Mantle, que peut-il faire d’autre ? C’est le genre de logique qui va forcément payer dans la série alors qu’en vrai c’est débile puisque de ce qui a été dit jusqu’ici, la maladie de Mantle a été développée pour toucher tout le monde sauf les Apex, et non l’inverse. [Il est tout à fait possible qu’on me prouve que j’ai tort dans les épisodes à venir.] Marshall se souvient de détails sur la première vague de migration, ce qui met probablement son couple en danger mais OSEF puisqu’il est déjà sous le charme d’Hannah, qui est aussi dans l’épisode. Enfin, on apprend par des flashbacks comment les premiers migrants ont essayé (mais failli) de prévenir la montée des Apex.

Aussi dans cet épisode : beaucoup de gens disant à Marshall qu’il ne doit pas s’accrocher au passé/ de s’accrocher au passé/ de déménager/ que les rêves sont que des rêves/ de les rappeler. Marshall est tiraillé. J’aime bien Marshall. ABC via Spoilers Guide

« Ten Years Gone » continue de développer une intrigue jusqu’à présent bien ficelée (knock on wood) et présente enfin un plan maléfique contre lequel nos héros vont pouvoir se battre. Je sens bien une situation « c’est en voulant prévenir la montée des Apex que les gens du futur l’ont provoquée »… J’vous conseille cependant Dark si vous voulez des enjeux émotionnels, The Crossing reste très léger (et tant mieux). 

Riverdale S02E20 : « Shadow of a Doubt »

Après une saison à faire n’importe quoi, Riverdale cette semaine est tout ce que c’était l’année passée : palpitant, un peu débile mais putain de distrayant. « Shadow of a Doubt » est 40 minutes intenses de rebondissements, et seulement une poignée de ses minutes est consacrée au business de Lodge et des Serpents ; on a un meurtre, une tentative de meurtre, un team-up Cheryl-Betty et des gamins se faisant manipuler par des adultes. Brace yourselves. [J’y vais en spoilers parce que sans ça, je ne peut rien dire sur l’épisode.]

Judghead : It can’t get any worse, now could it ?
Betty : My Dad could be the Black Hood.

On finissait l’épisode de la saison précédente avec Betty persuadée que le Black Hood était son père, Hal, et avec le meurtre (?) de Chic sur sa conscience. Elle demande alors conseil à Cheryl, qui s’y connait dans le département des mon-père-est-un-meurtrier-de-sans-froid (option infanticide). Cheryl lui dit : « Betty, cousine chérie, fais ton enquête puis confronte-le ». Betty fait donc juste ça… et tout ce qu’elle trouve n’est que circonstanciel. Mais, elle a au profond d’elle ce sentiment, celui d’être trop connue du Black Hood pour que ce soit un étranger ; au final, quoi que Betty trouve, elle est déjà convaincue. Sauf que voilà, tout n’est pas si évident que ça. Un jeune Serpent se fait arrêter pour le meurtre de Midge, et bien que Judghead comme Archie soient persuadés de son innocence, ce n’est pas le cas pour un Riverdale en colère qui demande du sang. Cela n’est pas arrangé par le débat entre Hermione Lodge et Fred Andrews, lors duquel cette première affirme que le jeune Serpent arrêté est en effet le coupable – et ce alors qu’il est seulement en garde-à-vue. Au « faisons confiance au système » de Fred, elle balance Archie sous le bus en rappelant qu’il a créé un groupe de justiciers violents et radicaux, le Cercle noir – sans mentionner aucunement que Hiram est désormais à la tête de ce groupe et paye donc des gamins pour faire brûler des poubelles (et plus et affinités). Avant que Fred ne puisse répondre cependant, le Black Hood attaque la Mairie confirmant qu’il ne peut pas s’agir du jeune Serpent (qui est derrière les barreaux), ni de Hal (qui est avec Betty). Ou bien, vous savez, le Black Hood a un apprenti.

Qui en a quelque chose à foutre des élections de Riverdale ? QUI ? QUIIII ? The CW via Seat42f

Toute cette histoire et d’autres avant commencent un peu à courir sur le haricot d’Archie, qui n’est plus trop persuadé de l’honorabilité des intentions des Lodge. [Dois-je le répéter ? Archie est stupide, ou au moins, un peu lent à la détente.] N’oublions pas que ce qu’il voulait avant tout, c’était capturer le Black Hood et non pas accuser quelqu’un d’autre des meurtres de ce dernier. Veronica commence aussi à en avoir marre de papa et maman, et d’ailleurs peut-être que maman en a aussi marre de papa ? Je ne comprends toujours pas l’organigramme de la famille Lodge, je pensais qu’on avait établi qu’Hermione était la big boss mi-saison, et là elle parait à nouveau n’être qu’un pion d’Hiram ; après, j’vous avoue que j’en ai un peu RAF.

L’épisode se termine sur deux cliffhanger : alors qu’Archie, Judghead et les Serpents tentent de protéger le jeune Serpent de la foule en colère (en faisant un vrai serpent, à savoir une chenille, mais sur une musique un peu plus sombre que dans les camps de vacances), une Betty résolue et sure d’elle attend à confronter son père… et le Black Hood s’apprête à frapper de nouveau.

« Shadow of a Doubt » est du Riverdale vintage, dans toute l’ironie du fait que j’appelle vintage la saison passée. Oui, tout le monde est un peu con, et oui, la colère de la ville semble un peu sortir de nulle part (mis à par le besoin d’une foule en colère) ; n’empêche que ça reste bien rigolo à regarder. Les intrigues des adultes ne sont là que pour renforcer celles des gamins, et toutes les manipulations des Lodge deviennent donc enfin pertinentes à l’intrigue du Black Hood (il était temps). J’vous avoue que je doute de l’identité du Black Hood, et ça c’est le but… Bien que je suis quasi-sûre que Chick n’est pas mort et l’assiste dans ses crimes. Big up à l’ex-Maire McCoy, qui ne sert tellement à rien qu’elle est ici juste avocate. Mouhahahahaha .

Alex, Inc. S01E08 : « The Internet Trolls » [EDIT]

Première fois que ça m’arrive mais j’ai complètement sauté une série – je l’ai vue, j’ai juste oublié d’en parler. Bien sûr, c’est Alex, Inc., dont rien que ça ça permet de comprendre pourquoi ça m’est sorti de la tête. Bref, dans cet épisode, Alex doit lancer sa compagnie sur le marché et gérer le feedback négatif dans la section commentaire de son lauch trailer… ce qui le fait plonger dans une spirale de déprime et d’abandon, au grand désarroi de toutes les autres personnes impliquées dans le projet.

« The Internet Trolls » confirme quelque chose que je savais déjà : Alex, Inc. ne m’intéresse pas du tout.

Superstore S03E22 : « Town Hall »

Un second finale pour la semaine : celui de Superstore. Alors que le PDG de Cloud 9 vient répondre aux questions des employés, l’équipe se décide d’exposer la compagnie pour l’ordure qu’elle est avec un plan infaillible qui faillit (« That’s why you never trust a Jeff« ) pour nous rappeler le cynisme de la réalité de la lower middle class. « Town Hall » conclut également la danse d’Amy et Jonah pour la saison, sans pour autant simplifier les choses pour l’année prochaine.

Je vous parle (tout bientôt) du finale et de la saison trois de Superstore dans un billet qui leur sera est consacré.

Supernatural S13E21 : « Beat the Devil »

Je suis très partagée sur cet ante-pénultième épisode de la saison treize de Supernatural, qui a commencé par un double WTF très réjouissant pour se transformer dans un chaos luciférien sans grande surprise. Tout ça était attendu puisque Lucifer (non, pas lui, l’autre) fait son retour et comme toujours, ça ne promet rien de bon. [D’ailleurs, une question : comment ça se fait que Lucifer soit maintenant figé dans son vaisseau ? Et Castiel ? Tout ça a été répondu mais j’ai oublié ce qui a été dit, donc si vous vous en souvenez, je suis preneuse.]

L’épisode commence par un rêve de Sam, celui d’une petite vie de famille où tout va bien qui ne présage rien de bon (pas moyen que les cinq s’en sortent, si ? Si ?) On se remet vite à la tâche, sauf qu’il s’avère que Gabriel n’a pas assez de jus en lui pour produire une faille satisfaisante… il faut un autre archange et il y en a pas beaucoup sur Terre (et dans l’univers). Mais il y en a un qui cours toujours les rues : Lucifer le pathétique. Oui, le pathétique. Avant qu’on arrive à cette conclusion cependant, on a le droit à un flirt et plus et affinités entre Rowena et Gabriel

Rowena [en off] : Quite a tidy, wee tush he’s got going on there. Sort of…cute.
Gabriel [en off] : Oh, she’s so.. so tiny, so angry. That milky white skin, dancer’s body.

Comme si j’avais besoin d’un ship de plus…

« Well that was… fast. One could even say premature » J’suis pas la plus grande fan des blagues sur la performance mais hé, j’suis humaine : j’ai ri. The CW

Bref, grâce à la grâce de Lucifer, les Winchester s’assurent une brèche semi-permanente sauf que c’est sans compter sur le fait que Lucifer n’est pas le diable pour rien. Comme bien souvent, Sam avait raison d’avoir ses doutes. [Je continue d’avoir peur que l’histoire de Sam le vaisseau de Lucifer et Dean le vaisseau de Michael soit ré-exploitée.] Voilà que notre équipée se retrouve dans le monde de Michael, juste à temps pour des petits coeur-à-coeur et autres exsanguinations. J’vais pas aller dans les détails, mais les événements dans le monde ne m’ont ni surprise, ni émue [si ce n’est pour ça]. Il en faut plus à ce point là pour que je m’inquiète pour les Winchesters.

« Beat the Devil » est rempli de choses mais j’ai tout de même l’impression qu’il ne se passe pas grand chose. On est proche de la résolution, donc c’est déjà ça, et tous nos personnages sont au même endroit ; après, j’vous avoue que je suis over Lucifer depuis pas mal de temps. C’est gonflant quand les grands méchants d’autrefois deviennent une mauvaise blague…

Archer S09E02 : « Disheartening Situation »

Pour conclure ma semaine, j’ai regardé le second épisode d’Archer: Danger Island et hahahahaha. Malory propose à Cheryl Charlotte un deal pour qu’elle paye sa dette et il n’y a pas vraiment moyen de dire les choses autrement : elle lui demande de se prostituer. Ou :

Charlotte : You want me to be a whore?!
Malory :  No, not a whore! Good heavens, no, you’d be more like… a courtesan.

L’indignation de Charlotte est cependant bienvenue. La version de Cheryl de Danger Island semble plutôt raisonnable pour le moment (mis à part l’épisode avec les chocolats ? OK, peut-être pas si raisonnable que ça). Dans les profondeurs de la jungle, Pam, Cyril Siegbert Fuchs et Lana Princess Lanaluakalani doivent éviter les dangers alors qu’Archer tente quand bien que mal de faire atterrir son avion. Bien sûr, tout est bien qui finit bien.

« Dishaertening Situation » ne manque pas de blague et c’est tout ce que j’attends.


Mes émotions de la semaine

Mon éclat de rire : Brooklyn Nine Nine

Allez, je donne mon rire à Amy à sa bachelorette party parce qu’elle est tout ce que j’aspire à être : dans sa bulle mais heureuse comme ça.

Ne change jamais ❤ Fox via Giphy

Mes papillons dans le ventre : Superstore

A la recherche de gif pour illustrer mon débrief de saison, je me suis laissée engloutir par les tumblr consacrés à la série et aux moments choupis entre Amy et Jonah. Je n’en suis pas fière.

Mon pincement au cœur : The Middle

Mention spéciale à Lucifer, mais il n’a pas fait long feu en face de la rare déclaration d’amour de Mike Heck :

Okay here’s the thing… If you could trade Brick for some kid that never made us worry, would you? I wouldn’t. ‘Cause then we wouldn’t have the kid who made us take all the leaves that we raked in the yard and release them back into the wild. I mean, who thinks like that? I’ll never forget it. So, yeah, he’s weird, but I’d take him over some « normal » kid any day.

Ma larme à l’oeil : égalité The Flash et New Girl

C’était trop dur de choisir donc une double larme à l’oeil cette semaine. La première revient à Carlos Valdes dont le Cisco au coeur brisé m’a fait quelque chose.

La seconde est un hommage à Furguson. RIP.


Voilà donc pour ma semaine. Je sens que le yo-yo est inévitable mais je vais bien finir par trouver un système qui fonctionne pour moi, non ?

Et vous, qu’avez vous vu de bien la semaine passée ?

Bien à vous,

Enid

9 commentaires sur “Ma semaine devant l’écran #13 | Rechute

  1. J’adore toujours autant tes articles, mais c’est tellement long que j’en oublie ce que je voulais commenter 😂 ah si, c’est marrant, dans supergirl, j’accrochais plus à Sam avant qu’elle soit dans les mains de Lena moi 😂
    Bien d’accord pour l’histoire sous exploitée de la villa et la bêtise de Mike et Tandy concernant Last man on earth, et pour l’ensemble de ta critique de The crossing (mais j’ai pas vu dark)

    J'aime

    1. Sorrrryyyyyy… Tant que j’arrive pas à être régulière, j’vais garder ce format

      J’ai pris l’exemple de Dark mais en soit, mais j’aurais pu prendre plein d’autre exemples de voyage dans le temps (comme Harry Potter 3) : j’ai juste un peu l’impression que tout ça est pré-déterminé (et l’épisode de cette semaine confirme la chose). Enfin bon, on verra bien 🙂

      J'aime

      1. Même impression de déterminisme, que j’ai encore plus devant supergirl d’ailleurs 😂 dans le même genre, tu regardes 12 monkeys ?

        J'aime

      2. Pas encore ! C’est dans ma liste des choses à voir depuis quelques années maintenant…

        Je me suis fait la même remarque pour Supergirl ; mais en vrai, j’essaye de ne pas trop me focaliser sur les éléments de voyage temporel parce que la plupart des séries/films mélangent les théories pour utiliser que ce qui les arrange et ça à tendance à m’énerveeerrrr grave quand j’y réfléchis 😀

        J'aime

      3. Tu as bien fait d’attendre, tu n’auras pas la frustration du coup 😂

        Pareil pour les voyages dans le temps, c’est souvent chiant côté paradoxe aussi. Certaines retombent sur leur pattes après être mal parties heureusement (12 monkeys, donc, et Future Man aussi)

        J'aime

Répondre à Enid Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.