Le grand retour de Zach Braff à la télévision sera pour une prochaine fois | Alex, Inc (1 saison, 2018)

Je ne pensais pas écrire un billet sur Alex, Inc. qui m’a laissée de marbre chaque semaine depuis son premier épisode mais voilà, la série s’est faite annuler et il me semble qu’elle mérite tout de même le même traitement que les autres que je regarde.

C’est trop bref pour être bon, trop bref pour être mauvais, mais c’était gentil et plein de bonne intentions. Parlons de feu Alex, Inc., de sa première/dernière saison et de pourquoi elle aura peiné à piquer mon intérêt dans ce billet qui fera office de « fin de saison » par défaut. Ceci risque de n’intéresser que très peu de gens, mais me permettra de faire la paix avec ma conscience.

[N.B. Comme dans mes « fins de saisons », je reviens sur l’histoire mais contrairement à mes habitudes, ce débrief est spoiler-free passé le pilote… mais vraiment, qu’est-ce que je peux spoiler dans ce cas-ci ?]

Rappelle moi, c’est l’histoire de quoi ?

Alex, Inc. raconte les péripéties d’Alex Schuman (Zach Braff), ancien animateur radio qui décide de quitter sa station pour monter sa propre boîte de podcast et de développer son propre contenu. Alex est un conteur, Alex est un rêveur, Alex décide qu’il en a marre de reporter ses rêves au lendemain. Afin de ne pas être seul, il embauche son assistante douée en production, Dierdre (Hillary Anne Matthews), qui le suit dans sa démission, et son cousin, Eddie (Michael Imperioli), qui fait office d’investisseur. C’est inspiré d’un podcast (StartUp) recontant des petits bouts de la vraie histoire de Alex Blumberg lors de la fondation de Gimlet Media – bref, c’est méta mais pas forcément dans le bon sens.

Tout au long de la série, Alex et compagnie sont confrontés à des petits problèmes de l’âge 2.0. et du monde entrepreneurial. Comment nommer notre compagnie ? Comment gérer les mauvais commentaires ? Comment trouver de l’argent ? Comment rester fidèle à ce qu’on veut être ? Alex, Inc. n’est devient cependant pas un tutoriel, ni réaliste (même pas un peu) : tout se passe toujours bien pour Alex, parce que Alex est un bon gars et qu’avec du bonheur et de la sérénité, tout est possible dans la vie.

La petite famille Schuman, toujours là pour Alex quand il en a besoin. ABC via Newsday

Outre les péripéties aventures banalités professionnelle d’Alex, on suit aussi sa vie de famille, dans ce qui aura été pour moi le meilleur (mais parfois aussi le pire) des épisodes. Alex est marié à Rooni (Tiya Sircar), avec qui il a deux enfants et une famille métissée mignonne tout plein. Rooni est une avocate qui travaille beaucoup, et qui doit adopter un nouveau rôle lorsque Alex se met à passer plus de temps au boulot. Ben (Elisha Henig) et un gamin surdoué/ artiste/ original/ populaire qui est tout ce que la série veut qu’il soit et Soraya (Audyssie James) est une petite fille pleine d’assurance qu’on aura pas assez vu. A l’une ou l’autre reprise, on rencontre la mère de Rooni, et on entraperçoit de loin la culture bengali. J’ai bien dit « l’une ou l’autre » reprise : il n’y a que huit épisodes, donc c’est pas comme si y’avait le temps de faire beaucoup.

Entre le travail et la famille, Alex doit trouver une balance mais heureusement, chez ses collègues comme à la maison, il aura toujours le soutien dont il a besoin dans la poursuite de son rêve. *Violons*

Pour vous faire une idée, je vous propose la bande-annonce, qui mélange des bouts de les épisodes (sauf du dernier, peut-être ?) mais qui est aussi très représentative des bons sentiments de la série. Par contre, elle laisse entendre qu’on va se régaler des absurdités de l’incubateur de start-ups. C’est à peine le cas.

Je ne prends pas la peine de vous faire un résumé du dernier épisode parce qu’il suit exactement le même schéma que les autres, bien que la résolution finale permettait de préparer une nouvelle dynamique légèrement différente pour une éventuelle saison deux (qui ne se fera jamais, donc).

C’était comment, du coup ?

Semaine après semaine, Alex, Inc. m’a paru anecdotique, voir insipide lorsque j’étais de mauvaise humeur. Je n’aurais pas continué la saison deux si il y avait eu une, ni même fini la saison une (que j’avais prévu d’arrêter un peu après la moitié, mais que j’ai continué parce que bon, c’était annulé, autant finir). C’est gentil, c’est mignon et c’est par moment « chouette » dans le sens que je comprends que ça puisse mettre de bonne humeur. Mais ça n’a pas vraiment de caractère… et au final, pas grand intérêt.

Le coté irréaliste de la vie de jeune entrepreneur m’a frappée, et c’est sans même parler du fait que ça représente mal la réalité du podcasting. Il y a eu quelques bonnes idées, mais elles n’ont jamais vraiment eu le temps de s’imposer… Alex, Inc. en devient confus. Alex travaille « tout le temps » mais il fait quoi, exactement ? Son premier podcast a un succès fou… mais c’est bien, vraiment ? C’est dur pour sa famille, enfin, je pense…? Les intrigues familiales et professionnelles semblent bien pratiques puisqu’elles permettent à Alex de traverser des (petites) crises existentielles, mais c’est tout : l’histoire ne cherche jamais vraiment à engager son audience, et n’obtient donc pas son attention. [A l’exception de l’épisode avec Sophia Bush : j’étais hyper attentive pendant ses trois minutes à l’écran !]

Si vous aimez les séries feel-good et si la bande-annonce ci-dessus vous a plu, peut-être qu’Alex, Inc. vous parlera et tant mieux. Sinon, il y a trois mille autres comédies qui sortent chaque année ; votre bonheur est probablement quelque part dans le lot, mais Alex, Inc. n’est pas la perle tant convoitée.

Et vous, qu’avez-vous pensé d’Alex, Inc. ?

A bientôt,

Enid

Publicités

2 commentaires sur “Le grand retour de Zach Braff à la télévision sera pour une prochaine fois | Alex, Inc (1 saison, 2018)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.