Ma semaine devant l’écran #20 | Un air de vacances

Bonjour à tous,

Ah l’été ! Il y a du soleil et la bière n’a jamais eu aussi bon gout. Là où tous mes amis sont à fond dans le Mondial, je rattrape mon sommeil et mes séries sans un once de culpabilité du fait que j’ai plein de trucs à faire pour les études et le boulot. Je prends deux semaines de quasi-pause et c’est hyper réjouissant. Je vais même partir une semaine avec des amis, un voyage que j’avais réservé bien avant de savoir que je serais surchargée mais dont je compte bien profiter (de toute façon, les billets de train sont déjà achetés donc que faire d’autre ?) Je ne vais probablement pas regarder beaucoup de séries, mais j’espère pouvoir écrire… et surtout lire ! Je viens de craquer et d’acheter plein de bouquins sur les séries et la télévision qui s’ajoutent à ma collection et à ma PAL – j’ai aussi craqué sur des autobiographies ou romans écrits par des comédiens que j’adore. Je ferais peut-être des billets à ce sujet, mais si vous êtes intéressés, mes dernières acquisitions sont : Why Not Me, de Mindy Kaling, The Daily Show (The Book): A Oral History, de Chris Smith, Yes Please, d’Amy Poehler et You’re Never Weird on the Internet, de Felicia Day (ces trois-là, je les ai déjà écouté mais j’attendais qu’ils soient pas trop chers pour les acheter…. donc j’ai bien envie de les lire en format papier), Battlestar Galactica and Philosophy: Knowledge Here Begins Out There, édité par Jason T. Eberl, The Sexy Book of Sexy Sex, de Kristen Schaal et Rich BlomquistPawnee: The Greatest Town in America, par « Leslie Knope » (déjà feuilleté… j’adooore), Series’ Anatomy: Le 8e Art Decrypté, de Alain Carrazé et Romain Nigita et Spoiler Alert, de Mathilde Degorge. Quand je dis que j’ai craqué… bon, ça s’est fait en deux étapes, et il y a pas mal d’occasions, mais bon, ça a fait un peu mal au portefeuille. Je profite de mes derniers mois sans loyer.

Je ne vais clairement pas lire tout ça en une semaine, d’autant plus que j’aimerais enfin terminer La Belle Sauvage de Philip Pullman et commencer les derniers « Percy Jackson », The  Trials of Apollo, de Rick Riordan dont j’ai appris l’existence il y a seulement un mois et qui m’obsèdent depuis. Entre ça et mes rattrapages ambitieux, je vais faire un burn-out de divertissement. Ca existe ?

Revenons cependant au sujet de ce billet : l’écran ! Non, pas celui de la liseuse, je n’ai rien fait pour avancer dans mes lectures ; par contre, j’ai regardé plein de séries ! Mon programme hebdomadaire est toujours aussi maigre (Younger, Supergirl et The 100) mais j’ai été très gourmande en rattrapage… c’est qui qui s’est mangé tout The Handmaid’s Talela fin de The Walking Dead et d’Alone Together, un peu de Young Sheldon et qui a commencé Timeless ?

Non vraiment, qui ?

Parlons-en !

Rattrapages de l’été : un sprint, ça se tient sur la durée ?

The Handmaid’s Tale, saison 1

Après un an à rechigner, j’ai enfin ravalé ma fierté de sériephile qui n’aime pas que ses potes profanes lui disent quoi regarder, et je me suis lancée dans The Handmaid’s Tale. J’avais très peur d’être constamment déprimée, mais j’ai été surprise que la série parle d’espoir plutôt que de désespoir. Evidemment, les viols, c’est afreux. L’homophobie et la régression des droits de la femme, c’est moche aussi. Idem pour les meurtres, les mutilations et autres punitions corporelles. Ah et séparer les parents de leurs enfants, c’est pas jojo non plus. Mais au milieu de tout ça, de la nuance. Gilead est partout, mais les humains restent humains, avec leurs défauts mais aussi leurs qualités. L’oppression est de mise, mais l’étincelle de contestation ne peut pas s’éteindre (comme ces putains de bougies d’anniversaires, vous voyez celles dont je parle ?)

Comme les bougies d’anniversaires, les costumes sont lit ! Blague nulle. Hulu via TrustedReviews

La première saison de The Handmaid’s Tale a été un régal dont je vous parlerai à l’occasion. [En tout cas, je me réjouis de pouvoir revoir l’excellent sketch de Saturday Night Live, cette fois-ci avec toutes les références en tête.] En attendant, revenons sur ce que j’ai vu de la saison deux avant de passer à autre chose.

The Handmaid’s Tale, saison 2, épisodes 1 à 10

La saison un suivait plus ou moins la trame du bouquin ; la saison deux est inédite… comment s’en sort-elle ? A mes yeux, pas trop mal. Commençons par ce qui m’agace : les hauts et les bas de Jude, qui passe d’un extrême à un autre à chaque épisode – tantôt elle est insoumise comme une Mélanchoniste passionnée, puis elle se remet à subir son sort sans broncher mot comme *référence politique que je n’ai pas*. A part ça, je trouve que la saison fait un bel effort à montrer « l’autre facette » de Gilead, soit tout ce qui se passe au Canada. Je suis remplie d’amour Luke, dont les lunettes me mettent dans tous mes états, donc je suis un peu biaisée ; même sans lui cependant, j’apprécie le fait que soit souligné que le sort réservé aux femmes à Gilead n’est pas une norme, ni même un exemple à suivre (ce qui contraste avec l’intrigue du Mexique lors de la première saison). Ca me remplit d’optimisme. Si, je vous jure ! Le climat actuel aux Etats-Unis ne serait pas ce qu’il est, je serais peut-être moins positive, mais actuellement, j’ai l’impression que le message « à rien ne sert de se rebeller, l’oppression gagnera toujours » passerait très mal. En tout cas je choisis de le croire…

Le vrai scandale de cette saison 2, c’est que Luke est quasiment toujours sans ses lunettes. Oui je sais que cette photo est tirée de la saison 1. Hulu via GoldDerby

Je suis à jour et The Handmaid’s Tale est rajoutée à mon programme hebdomadaire. Donc que les critiques de saison se fassent tarder ou pas, on en discute de l’épisode 11 (et du 10, du coup, un peu) dès la semaine prochaine.

The Walking Dead, saison 8, épisodes 7 à 16

Je m’y suis remise pour le Bingo Séries, parce que c’est la seule Enid que j’avais en tête, et j’ai tout vu d’un coup. The Walking  Dead et moi, c’est une drôle d’histoire : parfois j’adore (la saison 4B reste un de mes meilleurs souvenirs de série), mais souvent, le désespoir et la cruauté ont raison de mon attention – c’est surtout le cas lorsqu’on a de « grands méchants », comme le Gouverneur et, plus récemment, Negan. Je n’arrive pas à imaginer que The Walking Dead puisse « bien finir », et plus les personnages auxquels je me suis attachée s’en vont, moins je trouve de raisons de regarder.

Cela étant dit, j’ai été surprise du ton de la seconde moitié de saison, qu’on pourrait presque qualifier de « lueur d’espoir ». La fin m’a satisfaite, je trouve qu’elle aurait (presque) fait une bonne fin de série. Evidemment, rien de tout ça ne va durer – surtout si on en croit la fin du finale – mais j’apprécie pouvoir respirer un petit coup. Dans le genre fin de saison positive, on n’avait pas fait ça depuis… depuis la saison 3, justement. Peut-être que c’est bien parti pour la suite ?

Alone Together, saison 1, épisodes 2 à 10

J’ai eu un bas lors de la reprise de la série, mais au final je suis bien contente d’avoir suivi les aventures d’Esther et de Benji. Il y a quelque chose de fascinant à voir ses deux petites choses au manque d’affection poursuivre une quête infinie de reconnaissance. J’ai beaucoup ri, surtout lors de quelques épisodes (« Fertilty », « Dinner Party », « Sleepover » et « Property Management ») et je trouve que le manque d’estime des deux héros est presque aspirationnelle.

Benji : They’re laughing at you.
Esther : At me, with me. A laugh’s a laugh.

Ceci pourrait devenir ma devise.

Sans compter le fait qu’il est trèèèès facile de s’identifier à eux, au moins un peu. Freeform via Freeform Go

Young Sheldon, saison 1, épisodes 15 à 19

Je ne sais pas si c’est parce que j’étais plus attentive – Bingo oblige – mais j’ai trouvé les aventures de Sheldon enfant plus distrayantes qu’auparavant. Ce n’est toujours pas l’amour fou mais c’est plein de bonnes intentions, et je commence à oublier le fait qu’un jour Sheldon va grandir. Puis les adultes sont tout de même très attachants. Bref, pour une série que je regarde pour ma future colloc, ce n’est pas non plus une torture.

Timeless, saison 1, épisodes 1 à 5

Ma petite déception des rattrapages est Timeless, qui ne me plait pas autant que je pensais. Peut-être que je n’étais pas assez attentive ou tout à fait dans le mood mais en tout cas, les cinq (cinq ? C’est ce que me dis Netflix mais peut-être que je me suis endormie devant le dernier) épisodes que j’ai vu m’ont laissée quasi impassible. Je m’attendais à un Legends en plus sérieux et grave, mais au final j’ai surtout l’impression de regarder des héros qui subissent une histoire sans faire grand chose, et ça me barbe… c’est possible que je doive juste revoir mes attentes ou que je souffre de mon manque de connaissance de l’histoire des Amériques.

Je ne compte pas abandonner, mais j’espère que je vais plus m’amuser pendant la suite, parce que j’ai vraiment vraiment envie d’aimer. (Je suis allée voir les synopsis : j’ai bien vu les cinq premiers épisodes en entier… ils m’ont vraiment peu marquée.)

Bilan : Tout ça fait au total 49/529 soit 9,26 % des épisodes à voir vus ! Pour une première semaine , ce n’est pas si mal (même pas mal du tout). Reste que je n’ai rajouté qu’une série (The Handmaid’s Tale) à mon programme hebdo, et qu’elle est déjà sur sa fin de diffusion : il faudrait que je me mette à Pose, Reverie et The Bold Type au plus vite (puis il parait que ça va m’aider avec le Bingo alors bon…)

Programme hebdomadaire : de la légèreté de mes semaines

Younger S05E03 : « The End of the Tour »

Cette cinquième saison de Younger est un territoire inconnu ! Chaque semaine, je n’ai absolument aucune idée d’à quoi m’attendre et c’est assez rafraîchissant. Petite nuance : je ne sais pas à quoi m’attendre en ce qui concerne Charles ; Josh étant Josh, c’est assez facile – et très déprimant – de le faire ce qu’il fait de mieux, soit être fou amoureux de Liza.

Cette semaine, Pauline se retrouve à devoir mentir sur sa relation avec Charles lors de sa tournée : sans le happy end, son histoire est tout de même moins idyllique… Liza réalise que Charles est au courant de son secret et cherche à le confronter. Josh enchaîne les coups d’un soir pour oublier que Liza est la femme de sa vie (oh, Josh…) Kelsey et Zane se battent pour signer un nouvel auteur (joué par un Jason Ralph au sommet de sa forme).

Je fais une pirouette et décrète que j’ai hâte de voir comment la dynamique concurrence-attirance de Kelsey et Zane va évoluer. TV Land via The Nerd Daily

« The End of the Tour » est très distrayant. Je suis frappée par le « réalisme » de cette saison. Autant c’est frustrant de voir Josh ne pas avancer dans la vie (vous l’aurez compris), autant ça me semble complètement logique : on a tous un ami qui n’arrive pas à tourner la page et qui en est malheureux. Pareil pour Charles. Certes, j’aimerais qu’il réalise que le fait que Liza ait son âge est peut-être une bonne chose, mais la vérité c’est qu’il a raison d’être en colère, et qu’il pourrait très bien ne jamais lui pardonner que je serais heureuse (mais on ne va pas se mentir, il va forcément lui pardonner à un moment donné). Chose surprenante, cette semaine, c’est l’intrigue de Kelsey qui m’a le plus passionnée ! Je déteste toujours autant l’arrogance de Zane, mais j’ai vraiment hâte de voir comment ils vont travailler à deux. Puis Jason Ralph était impeccable en séducteur manipulateur, ça me donne envie de me remettre à The Magiciens. Un très chouette épisode.

Supergirl S03E23 : « Battles Lost and Won »

Mon coup de gueule la semaine passée aura été cathartique : j’étais dans de bonnes dispositions pour le finale de Supergirl et j’en suis plutôt satisfaite. Vous voyez bien que je ne suis pas obligée de toujours râler sur tout. Etant donné que la liste de mes « fin de saison » à rédiger est longue comme Supernatural, j’vous livre mes pensées sur ce dernier épisode de manière un peu plus complète qu’à mon habitude – et avec des spoilers.

Le plan annoncé dans l’épisode passé, soit avoir Sam boire l’eau d’une fontaine magique de Juru (ce lieu qui est donc définitivement pas une métaphore du champ de bataille pour les rennes du corps de Sam mais un endroit vrai) afin de tuer Reign et faire fondre papa Martien pour endiguer la kryptoformation de la Terre (je n’arrive pas à croire qu’ils continuent de parler de terraforming, c’est tellement débile), ce plan-là fonctionne… à un couac près : Supergirl voit Mon-El, Alura et Sam mourir sous ses yeux. Mais tout va bien lorsqu’elle remonte dans le temps et trouve une résolution plus pacifique à toute cette situation, soit affaiblir Reign et la coincer à Juru. C’est un chouette rappel des idéaux de Supergirl et à tout ce que la saison promettait avant de se perdre.

Ils ont de la gueule quand même. The CW via Spoiler TV

Dans tout ce chaos, Brainy et Imra reviennent prêter main forte et annoncer que le futur a changé. Brainy n’y est plus en sécurité… et décide donc de trouver refuge dans le présent. Pas de problème avec ça en ce qui me concerne. Un peu plus triste cependant, il échange sa place avec Finn, dont l’expertise n’est pas encore désuette 1000 ans dans le futur (LOL). Mon-El décide également de retourner « chez lui », sous les conseils de Brainy mais aussi parce que ce que je disais la semaine passée est vrai : si lui et Kara voulaient vraiment être ensemble, ils le seraient ; le fait qu’ils se tournent chastement autour est aussi le signe qu’ils ont déjà tourné la page. Kara semble enfin à l’aise avec cette histoire, et c’est le plus important. Elle avoue également que la Terre est son chez soi, laissant maman Alura retourner à Argo, non sans un câlin. Je pense que tout est en place pour plus de Kara Danvers la saison prochaine ! Même qu’on a eu le droit à un moment canap entre les deux soeurs, ce qui est super-génial. Le départ le plus surprenant est celui de J’onn, qui promeut Alex directrice (un job bébé-compatible) avant de prendre sa retraite en vivant parmi les humains ; toute la sagesse d’une civilisation, ça change un homme. Enfin, l’épisode se termine sur Lena en train de faire des expériences sur « la pierre magique » (le Harun-El) avec une musique de méchante… et une nouvelle Supergirl qui apparaît en Sibérie. Je laisse ici des personnes connaissant les comics faire des théories, moi je n’ai rien à dire.

« Battle Lost and Won » est un finale qui fait peau neuve, et c’est en ça qu’il m’a satisfaite ! Supergirl commençait à me courir sur le haricot, alors bon, voir que le casting change, que les dynamiques changent, et que Supergirl elle-même décide de se recentrer sur Kara l’humaine – ce qui change du reste de la saison – c’est la promesse d’un peu d’air frais. Je suis tout pour. Aurais-je aimé un Kara + Mon-El 4ever ? Il y a dix épisodes, je vous aurais répondu « OUI ! », mais maintenant, je suis prête pour une romance moins torturée. Chris Wood va cependant bien me manquer. Le seul truc qui me fait vraiment chier ? Lena Luthor comme méchante. Mais j’accorde à Supergirl le bénéfice du doute : on verra bien comment ça se goupille.

[Si je peux ajouter un dernier commentaire à ce sujet : Lena et Sam ne sont tout de même pas très fut-fut de ne pas remarquer que TOUS LES AMIS DE KARA DANVERS TRAVAILLENT AU DEO, et donc que littéralement tout le monde est dans le business de sauver le monde… sauf Kara, qui par contre est hyper-amie avec Supergirl sauf qu’elle n’est jamais là aux grands moments comme les au revoir – celui de Finn, à tout hasard – où ce serait hyper logique qu’elle soit invitée, ou au moins mentionnée. Je n’ai pas de problème avec le fait « qu’on ne veut pas voir la Supergirl en Kara », mais pour que tout ça soit vraisemblable, on pourrait tout de même éviter les grandes réunions où Kara manque toujours à l’appel, parce que c’est un tantinet ridicule.]

The 100 S05E07 : « Acceptable Losses »

Enfin, le dernier inédit de ma semaine a été The 100, que j’ai regardé sur le tard… et qui m’a un peu déçue. C’est un épisode de transition, qui se focalise sur les relations entre les personnages mais qui a sonné faux à mes oreilles. En effet, dans « Acceptable Losses », Wonkru met en mouvement un plan horrible pour se débarasser des Prisonniers, si bien que Clarke et cie ont bien envie de dire « Assez ! » ; du coté de Prisonniers, c’est Echo qui fait des choix cruels au nom de l’espionnage. Au milieu de tout ça, un dernier message de Jasper, des couples qui se font la gueule et beaucoup de regards inquiets de Clarke.

Ne. Pas. Se. Moquer. D’Abby. La. Dépendance. Est. Un. Sujet. Sérieux. The CW via Den of Geek

J’ai écrit un récapitulatif en photo sur l’épisode, avec encore plus de photos que d’habitude et des blagues directement piquées à 10 Things I Hate About You, parce que bon, parfois c’est vraiment trop facile.

Mes émotions de la semaine

Mon éclat de rire : The 100

Je ne devrais pas, mais toute cette histoire entre Abby et Kane est vraiment ridicule, ça me fait ricaner.

Mes papillons dans le ventre : The Handmaid’s Tale

Adultery is hot you guys. Je suis moi même surprise d’avoir été autant émoustillée par les flashbacks du début de la romance Jude-Luke. Je suis peut-être prête pour The Affair ?

Ma larme à l’oeil : The Walking Dead

Je savais que ça allait arriver, et pourtant j’ai été triste. J’ai vu l’épisode 8 de The Walking Dead avant celui de The 100 de cette semaine, et les deux partagent un point commun (à savoir les conseils posthumes – ou presque – d’un personnage), mais le message est radicalement différent. J’ai été très émue de voir de l’espoir au pays des zombies, que voulez-vous.

Mon pincement au coeur : The Handmaid’s Tale

Il en faut beaucoup pour me déstabiliser, mais l’épisode 10 de The Handmaid’s Tale a tout de même une scène de violence très dure – surtout qu’à ce stade-là on connait bien les personnages, qu’on sait être « humains » et dont le comportement ne peut pas être balayé d’un revers de « ce qu’on ne faut pas lorsqu’on a subit un lavement du cerveau ».


C’est tout pour cette semaine ! Je continue de publier mes billets au grès de mes humeurs, mais pour la forme, j’essaye vraiment d’avoir la discipline de continuer à le faire chaque semaine – un jour, j’arriverai à programmer ça pour un lundi.

Qu’avez vous regardé la semaine passée ?

A lundi prochain,

Enid

Publicités

7 commentaires sur “Ma semaine devant l’écran #20 | Un air de vacances

  1. Etant aussi une grande fan de séries, en ce moment, je regarde The rain et la 2ème saison de la Servante écarlate ! toujours aussi prenante et angoissante cette série !!
    bon, là, comme il y a le foot, on en regarde moins 😉

    J'aime

  2. Si le burn-out de divertissement existe, tu te dois de le faire en lisant en boucle You’re never weird on the internet, pas vrai ? ❤
    Pressé d'avoir ton avis sur les autres, même en passant en intro comme ça, que je vois si je craque ou pas. Cela dit, celui qui me fait de l'oeil depuis un bout de temps, c'est le livre de Shonda Rhimes. Un jour, probablement !

    J'admire tout ce que tu as vu cette semaine, rien que The Handmaid's Tale… wow. Il fait trop beau, je ne suis pas motivé à regarder quoique ce soit, c'est la cata ! 49 épisodes… 49 ! Je suis admiratif ; tu vas finir par réussir ton challenge avant la fin de l'été, personne ne va rien comprendre !

    Tu es bien indulgente avec la fin de TWD, c'était quand même écrit avec les pieds… même si c'est vrai que ça fait du bien.
    Pour Younger, je ris de ta pirouette – et l'approuve ! Je crois que j'ai fait la même, en fait… Et puis, oui, remets-toi à The Magicians, excellente idée 😛 !

    Pour Supergirl… … bon, tu me fais changer un tout petit peu d'avis sur ce final : j'aime ce que tu dis du renouveau et j'espère vraiment vraiment que tu as raison. Sinon, là aussi, je l'ai trouvé écrit avec les pieds ! Je veux dire le vaisseau de Brainy et Imra explose et, oui, Supergirl remonte le temps… mais elle s'arrête APRES l'explosion du vaisseau. Qu'est-ce qu'ils foutent en vie ? Rien n'allait, c'était digne de la saison 1 et d'Alex conduisant le vaisseau de Kara juste parce qu'il fallait bien une solution.
    Par contre, Lena en méchante, je trouve ça chouette ; j'aime beaucoup comment c'est amené cette saison – et j'étais dans 95% des cas du côté de Lena, donc des méchants, OUPS.

    Sinon, je n'avais pas fait le lien The 100/TWD avec autant de mois entre mon visionnage des deux, mais c'est vrai que c'est marrant cette importance de la lettre et le message radicalement différent des deux !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.