38 ans et toutes leurs dents | This Is Us S03E01 : « Nine Bucks »

Je n’étais pas partie pour écrire une critique entière du premier épisode de la troisième saison de This Is Us mais, arrivée à 1200 mots, je me suis dit « peut-être que c’est un peu trop détaillé pour mon débrief hebdomadaire, non ? » C’est par des remises en questions de la sorte que je tente d’évoluer, pour lamentablement me ramasser dans trois semaines lorsque je n’ai pas d’inspiration et que j’arrête la série de peur au lieu de la critiquer (non mais en vrai, j’ai prévu de me remettre à The 100, et American Crime Story, et Smallville !).

Quoi qu’il en soit, c’est la reprise de This Is Us, un nouvel anniversaire pour les Pearson, beaucoup de larmes en perspective ; et je ne suis pas sûre d’être prête.

Après avoir englouti les deux premières saisons, j’avoue que je suis assez sceptique des révélations du dernier épisode de la saison deux, qui nous offrait un aperçu du futur, soit un Toby alité, dans le noir, à priori replongé dans sa dépression. De là une crainte : j’ai peur que la série se retrouve coincée dans le pathos. Comment apprécier le bonheur lorsqu’on sait que le malheur arrive bientôt, et qu’après lui, encore un autre malheur est au tournant ? C’est un petit peu de la mauvaise foi – à près tout, la mort de Jack a été claire assez vite et pourtant, on apprécie toujours autant le voir être un super-papa et un super-amoureux, et cet épisode ne fait pas exception – mais c’est aussi un réel risque. Le passé était écrit, et donc tout semblait possible dans le futur ; avec un aperçu du futur, on risque de figer le présent, ce qui serait dommage.

J’ai parfois l’impression que les Pearson subissent tout de même beaucoup, beaucoup trop, et que tout ça est tout de même un peu injuste. Pour citer Kate (qui parle ici de son poids – mais vraiment, pas que de ça) :

It’s like this black cloud… follows me around, and every time I get away from it, it catches up to me. I am so tired. I’m tired… of smiling and pretending that it’s sunny out. I’m done. When is the universe gonna give me a damn break?

Elle a bien raison, Katie girl, quand ?

Ben, pas tout de suite.

Mais avant ça, une lueur d’espoir.

On se fiche de l’obsession borderline parce que diantre, ce sourire ! NBC via Giphy

Dans « Nine Bucks », nous avons le droit au premier rendez-vous de Jack et Rebecca, qui commence bien mais se termine mal… puis se termine mieux… puis se termine mal. Tout de suite après leur rencontre, Jack a neuf dollars pour faire passer une excellente soirée à sa futur femme, et il gère tout ça comme un chef en l’emmenant à une fête foraine (non, pas le Carnaval de la Chair !). Mais d’un coup, tout tourne au vinaigre : Rebecca lui pose des questions sur la guerre, et sur son frère, et Jack devient bougon ; puis l’univers s’acharne sur eux avec une pluie torrentielle. Jack achèterait bien un parapluie, mais il dépenserait ses derniers sous, et alors du coup elle ne pourrait pas faire une pêche au canard ou un autre jeu. Un dilemme qui serait autrement simplement résolu si Rebecca décidait de payer le parapluie elle-même mais mettons ça dans la case « autre époque » et n’en parlons plus jamais. Il la raccompagne chez elle en voiture, ils sont tous les deux gênés, et Jack décide d’être honnête et de lui avoue tout : il n’a pas un sou et il a du mal depuis son retour, mais elle lui donne des ailes, comme le Redbull. Rebecca est sceptique, mais elle n’est pas aveugle, et la façon dont Jack la regarde trois petit points. Hop, la voilà qui craque pour un baiser et laisse même son gilet dans la voiture afin qu’il lui ramène le lendemain, la coquine. Jack est aux anges ; elle aussi. Le lendemain, il veut la surprendre avec des fleurs, mais se fait dépasser par un autre jeune homme. Et Jack de repartir un peu dégoûté. Ça va être plus compliqué qu’annoncé, j’ai hâte.

Cette photo n’est en fait pas une capture de l’épisode, parce que cette scène a lieu la nuit, mais c’est elle qui m’a convaincue de reprendre This Is Us donc voilou voilou. I’m a sucker for romance. NBC via Twitter

Dans le présent, le Big Three fête ses 38 ans. Tout d’abord, Kate et Toby décident d’avoir un enfant. Un rendez-vous avec une spécialiste se termine mal – voir le discours ci-dessus – mais la docteure finit par leur octroyer un second rendez-vous, s’engageant à faire tout son possible pour que leur rêve devienne réalité. Un peu perplexe devant les chances de réussite (un maigre 10%), Toby décide de se débarrasser de ses anti-dépresseurs… ce qui va très probablement le conduire à sa rechute, dans pas si longtemps que ça.

Du coté de Randall, il décide d’emmener Deja, toujours un peu difficile, à l’immeuble de William, lui contant la colère de son abandon, ce à quoi Deja rétorque : « Mec, t’avais deux papa qui t’aimaient, moi j’ai deux parents qui ne veulent pas de moi, si tu veux bien fermer ta gueule s’il te plait merci ». Elle a pas tort sur ce coup. Mais Deja a beau avoir tendance à s’énerver, c’est une gentille gamine et surtout, elle sait quelque chose que les Pearson ne savent pas : elle connait l’identité de son père biologique. La voilà qui va le voir pour lui dire ce qu’elle pense, et surtout pour tourner la page puisqu’elle annonce discrètement à table qu’elle est d’accord pour être officiellement adoptée. Nice.

Enfin, il nous reste Kevin. Depuis le mariage, il continue de voir Zoe, en secret de Beth… sauf que Beth le sait, elle n’attend que confirmation. Alors qu’elle jure ne pas leur tomber dessus lors de la fête d’anniversaire de Kevin et Randall, elle ne peut pas s’en empêcher et la voilà qui leur fait la leçon. Beth semble d’abord protéger Zoe, mais elle avoue plus tard faire ça dans l’intérêt de Kevin : Zoe serait une mangeuse d’homme, et elle se fait du souci pour lui. C’est qu’elle l’aime, son beau frère, voir plus, elle l’adore. Mais Kevin est Kevin, et peut-être que Zoe n’est pas si Zoe, au final ? En tout cas, on sait qu’ils finiront par s’envoler à deux au Vietnam donc leur rupture n’est pas imminente.

Beth is love, Beth is life. NBC via Giphy

Pour conclure, nous avons le droit à un peu plus du futur. Souvenez-vous vieux Randall et Tess adulte s’apprêtent à rendre visite à quelqu’un, une femme, qu’il est « temps de voir ». On apprend ici deux choses : 1) « elle » est connectée à Toby, puisque Randall appelle ce dernier est l’exhorte à venir avec eux et 2) « elle « est dans le même bâtiment que Toby, apparemment un hôpital, puisque Randall mentionne qu’il doit descendre. Il termine par un « She wants you there, too » donc voilà voilà, tout ça est bien mystérieux. Avec ces nouvelles informations, cela semble être lié à Kate, ou à un potentiel enfant qu’ils auraient eu à deux. S’il s’agit effectivement d’un hôpital, je parierais sur un coma… mais c’est tout de même bizarre que le point de départ soit Tess, non ? Peut-être que ses études l’ont emmenée chez tatie Kate, et qu’elles se sont fort rapprochées avant que cette dernière ne déménage pour se rapprocher des parents ; ou peut-être que tout ça n’est qu’une fausse piste et qu’il ne sert à rien de trop s’interroger.

On est au final soft en larmes (après une recalibration This Is Us), ce qui est parfait pour une reprise parce qu’au cas où vous ne l’auriez pas compris, j’aimerais bien que les Pearson puissent un peu être heureux. J’ose espérer que le futur n’est pas aussi sombre que ce qu’il parait, que tout ça n’est que fumée et miroirs mais je sais paaas les amis, je sais paaaas.

En attendant, je me réconforte à l’idée qu’on va encore avoir le droit à plein de moments mignons entre Jack et Rebecca avant qu’ils soient ensemble ; et aussi dans l’awesomeness de Beth. Allez, on croise les doigts pour une saison de l’espoir. Je vais me retrouver avec le cœur brisé, mais diantre, je compte bien apprécier les petites moments magiques sur le dur chemin de la vie.

Oh mince, je viens de comprendre la leçon de la série.

Notes de rédaction

  • La « Réception immaculée » du match de football à la télévision est une chose réelle et un moment historique pour le sport américain. Il y a une page Wikipédia consacrée (et oui, même en français), je suis sûre qu’elle est très intéressante mais j’aime mon sport light et seulement utilisé à des fins romantiques.
  • Les toppings de pizza sont-ils des critères dans quelque couple que ce soit ? Parce que je pensais qu’on était passé au dessus de ça avec How I Met, mais ça revient encore ici et je me demande si ce n’est pas une barrière culturelle plus haute que ce que j’avais en tête.
  • Vous avez des théories sur le prétendant de Rebecca ? Elle semblait surprise de le voir – de toute évidence, elle s’attendait, elle aussi, à ouvrir à Jack – mais ils se sont tout de même embrassés… n’oublions pas qu’elle avait accepté un blind date avant son rendez-vous avec Jack. J’opte pour un amour à distance qu’elle pensait avoir mis derrière elle.
  • Le carrot cake était hyper-mimi et ne méritais pas les mauvaises vibes de Kate. Vous imaginez être invité à cet anniversaire ? L’horreur.
[Oui, je suis un monstre.] NBC via Giphy
  • Vous pouvez voir que je suis une optimiste parce que j’ai noté « 10% de réussite » ; vous pouvez voir que Toby va mal parce qu’il a noté « 90% d’échec ». J’ai d’ores et déjà le cœur en miettes.
  • La conversation entre Kevin et ses nièces, dans laquelle il tente de leur définir sa relation avec Zoe est fabuleuse :

Tess : Uncle Kevin, are you dating Zoe ?
Kevin : You know, we’ve been hanging out. We’ve been hanging out a lot, actually. You know, we don’t… we don’t talk about anything real or intense. And for me, you know, that’s sort of the barometer of dating, right ? Then again, I did date Jennifer Love Hewitt for the better part of a year, and we talked about nothing intense.
Beth (en fond, en train de gueuler sur Zoe) : DO YOU KNOW HE DATED THE WOMEN FROM PARTY OF FIVE ?

  • Cet échange est en lui-même excellent, mais ce qui le rend exceptionnel est la révélation par Beth qu’une des raison pour lesquelles elle adore Kevin est qu’il parle à ses filles comme à des adultes. Et d’une conversation un tantinet déplacée de devenir complètement appropriée.
  • Comment Beth compte-t-elle se faire pardonner pour avoir trahi Oprah ? Une donation à sa fondation. Comme le dit si bien Randall : « It’s a start« . Je suis amoureuse des deux, et de leur mariage, et aussi je veux qu’ils soient mes parents (pardon papa, pardon maman).
  • Je dis « mignon » en parlant de Jack, mais il y va un peu fort dès le premier rendez-vous. « You feel like home » ? C’est bien parce qu’on sait qu’ils sont âmes sœurs que ça passe.
Ca aide aussi qu’il soit Milo Ventimiglia. NBC via Giphy

Qu’avez-vous pensé de « Nine Bucks » ?

A bientôt,

Enid

6 commentaires sur “38 ans et toutes leurs dents | This Is Us S03E01 : « Nine Bucks »

  1. J’ai globalement bien aimé cette reprise mais j’étais un peu déçue quand même, j’aime voir les BIG THREE petits et ados, j’ai l’impression que ça ne sera pas pour tout de suite. Sinon le topping de la pizza c’est mega important!! Ça veut dire que tu peux partager ta pizza avec ta moitié! (Dans mon couple c’est plutôt un echec on aime genre jamais la même pizza)

    J'aime

    1. Dans le mien on achète deux pizza comme ça tout le monde est content 😀

      Ouais, j’ai l’impression qu’on va avoir moins de l’enfance des Big Three, surtout qu’on va aller au Vietnam. Mais on n’est jamais à l’abri d’une surprise

      Aimé par 1 personne

      1. Du coup dans le miens on fait ça aussi 😛 du coup on est gourmand h haha (ce qui ne l’empêche visiblement plus as de finir ma pizza :P)
        Oui on verra mais en tous cas on est d’accord on a besoin de plus de joie!

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.