Ma semaine devant l’écran #35 | Contrôle

Bien le bonjour,

Enfin, enfin c’est la rentrée des séries, la rentrée la vrai, celle où on ne sait plus où donner du nez. J’ai par miracle réussi à regarder tous les épisodes de mon programme hebdomadaire, faut d’avoir bingé quoi que ce soit parce que j’ai franchement abusé ses derniers temps (aussi, j’ai regardé tous les pilotes de septembre, ça m’a occupée). Si je suis plus raisonnable, c’est que je bosse sur un projet qui m’occupe et donc que, comme à mon habitude, je suis passée aux rewatch. Un peu de Veronica Mars, de Lost, de Chuck… On ne se refuse rien. D’un autre coté, mon bureau est encore trop encombré de cartons, alors je travaille du canapé ; n’empêche que je tenterai bien un sevrage, un de ces jours, pour mesurer l’amplitude du problème. Si je retiens quelque chose de ma semaine en série, c’est la métaphore de l’addiction : un concombre peut devenir un cornichon, mais un cornichon ne peut pas redevenir un concombre.

Sur cette référence (pas si) obscure, revenons sur ce que j’ai regardé cette semaine. Pour la seconde semaine de suite, je passe le samedi loin des inédits [#RetourAuxSources #Rewatch], mais je me rattrape amplement sur tout le reste :

Lundi : I Feel Bad (rattrapage)
Mardi : 9-1-1 et You (rattrapage)
Mercredi : Wrecked (fin de saison), The Purge, Manifest, This Is Us et The Gifted
Jeudi : Criminal Minds (reprise), American Horror Story, Single Parents et Modern Family
Vendredi : The Good Place, Superstore (reprise), Mom et I Feel Bad
DimancheFresh Off the Boat (reprise), Into the Dark (épisode 1), New Amsterdam et Doctor Who (reprise)

Quand je disais que c’était la rentrée vraie (ah non, y’a pas encore les séries de The CW) : cette semaine, Wrecked a bouclé sa saison. C’était ma dernière série de 2017-2018 dans le programme : on est maintenant à fond dans la saison 2018-2019 ! Criminal Minds, Superstore, Fresh off the Boat et Doctor Who ont fait leur reprise, j’ai continué 9-1-1, The Purge, This is Us, The Gifted, American Horror Story, Modern Family, The Good Place et Mom, et j’ai découvert et fait rentrer dans mon programme I Feel Bad, You, Manifest, Single Parents et New Amsterdam. Ah, et j’ai regardé le premier épisode de Into the Dark, consacré à Halloween. Pfiou, ça fait tout de même pas mal tout ça.

On est toujours sûrs pour le concombre ?

My kind of a pickle. Adult Swim via Imgur

Si je ne mentionne pas mon retard, il n’existe pas.

Allons-y, débriefons, il n’y a plus de temps à perdre !

Diffusions hebdomadaires

9-1-1 S02E03 : « Help Is Not Coming »

Bon j’avoue, j’ai eu peur, j’ai même eu très peur. Je suis allée me resservir de thé et voilà qu’un pompier est coincé sous les décombres et comme je connais aucun non dans le cast sauf Hen et Athéna, ben, j’ai cru qu’il s’agissait du personnage de Peter Krause (Bobby me dit Wikipédia). Mais non, en fait c’était Russ, pleurons tous pour Russ parce que c’était un héros, parti trop tôt – mais c’est tout ce qu’on sait de lui, donc c’est plus facile que s’il s’agissait d’un de nos héros. Il semblerait que j’avais raison de ne pas me faire de soucis : 9-1-1 n’est pas Chicago Fire, tout le monde est en sécurité. [A vérifier : beaucoup de pompiers décédés en mission dans CF ? Ou plutôt, beaucoup de blessés, non ?]

Mais on a quand même le droit de se faire un peu de soucis pour Hen ; juste un peu, n’oublions pas qu’elle est à la recherche d’un enfant, et qu’on peut tuer des héros, mais pas des enfants. Fox

Dans la résolution du cliffhanger de « 7.1 », tout le monde parvient à sauver les gens qu’ils cherchaient à sauver. Hen trouve la petite fille (et un chiot), et Bobby arrive à sauver Hen parce qu’on n’abandonne pas les siens derrière. Dans l’immeuble qui s’effondre, Buck et le nouveau Eddie parviennent de justesse à secourir leur victime donc tout va bien. Au téléphone, Maddie tente d’aider un couple dont la femme, sur le point d’accoucher, est inconsciente ; elle les envoie à un feu pour que des pompiers les aidebt. A la fin de l’épisode, « Heroes » joue en fond, et oui, j’ai pleuré comme un bébé parce que c’est trop beau de voir les gens en sécurité. « Help Is Not Coming » fonctionne très bien, merci 9-1-1.

You S01E02-S01E04 : « The Last Nice Guy in New York », « Maybe » et « The Captain »

J’ai beaucoup parlé de mes problèmes avec You lorsque j’ai critiqué le pilote – les aléas de ne pas écrire ses articles dans l’ordre prévu, oups. La première saison de You commence vraiment bien, en nous introduisant dans les mécaniques de pensée foireuses d’un homme obsédé. Joe est persuadé qu’il doit redresser la vie de Beck, parce que tout le monde dans son entourage lui veut du mal. Il n’a pas complètement tort (un peu, mais pas complètement) et bien sûr, l’idée qui transparaît de ses raisonnements foireux et que, quels que soient les choix de Beck, se sont ses choix à elles. La narration de Joe, cependant, semble sans cesse lui donner raison ; le quatrième épisode, « The Captain », commence par une voix-off de Beck qui apporte un petit air de fraicheur. Oui, elle s’entoure de personnes un peu pourries ; mais elle n’est pas non plus blanche comme neige, puisqu’elle ment à tout le monde sur son père (qui est en vie, alors qu’elle raconte qu’il est mort d’une overdose). C’est le plus proche qu’on a été, pour le moment, d’une remise en question de la réalité de Joe. J’espère qu’on en aura plus.

Wrecked S03E09-S03E10 : « Mrs. Stanwick » et « The Island Family »

La saison 3 de Wrecked se conclue sur deux épisodes diffusés back-to-back et parvenant miraculeusement à boucler toutes les intrigues amorcées cette année – ils sont tellement forts, c’est magique.

RIP, les amis de Declan et Declan. Vous étiez des ordures, mais des ordures que j’ai beaucoup aimé regarder toute la saison. Merci pour les rires. TBS

Après quelques semaines de séparation, tous les survivants sont réunions dans « Mrs. Stanwick », enfin tous sauf Steve (qui est définitivement mort ?) et Chet (qui est définitivement méchant). Libérés de leurs bracelets électroniques, ils tuent Martha par erreur, au grand désespoir de Declan : c’était sa femme. Fait suite : un montage hilarant prouvant que « tous les indices étaient là » pour nous faire comprendre le lien entre les deux – bien sûr, ça ne prouve rien du tout. Spoiler : Steve n’est pas vraiment mort. Alors que les riches quittent le manoir, les survivants s’y réunissent et commencent à le transformer en une maison piégée, à la Home Alone (sans que personne ne fasse le lien), dans « The Island Family ». Un a un, les riches se font tuer, faisant de nos héros des meurtriers un peu choqués par tout ça. Au moment de quitter l’île, Chet vole l’hélicoptère ; les voilà donc coincés sur place. La saison se termine par un aperçu du futur, qui hype une saison 4 sans non plus la rendre indispensable : ils sont tellement forts.

A l’image de la saison, j’ai trouvé ces derniers épisodes très drôles. C’est de l’humour gag, mais de l’humour gag qui fonctionne très bien.

The Purge S01E05 : « Rise Up »

AH BEN VOILA ! Cinq épisodes et les choses commencent à s’accélérer ; tant mieux parce que je commençais à m’ennuyer ferme. Alors que la fête chez les riches promettait plein de choses, tout ça tombe à l’eau lorsque le personnel se retourne contre les hôtes : Mari et Femme sont cependant mis à l’abri, parce que « ce sont des gens bien » (à vérifier ça), et Fille des hôtes est laissée derrière au grand désespoir de femme. Mais ce n’est pas tout.

Je pensais que Soeur était à peine sortie de l’adolescence, mais Jessica Garza a 34 ans, et le personnage doit se rapprocher des late twenties. Je bugue. USA

Dans « Rise Up », Frère et Soeur sont également réunis ET on a enfin un flashback utile : on apprend comment Frère s’est engagé dans l’armée, et comment Soeur est tombée dans les bras de la Secte du bus bleu. Tout ça a à voir avec un Ex abusif, celui-là même qui est actuellement en train de la torturer. Frère vient pour la sauver mais ne parvient qu’à également se faire capturer. Frère n’est pas le plus brillant des hommes, malgré ce que la série a essayé de nous montrer jusqu’à présent. Businesswoman est toujours avec sa bande de combattantes féministes, dont les occupations comprennent, mais ne se limitent pas à, marquer de fer blanc « COCHON » sur le front de maris abusifs profitant de la Purge pour faire le pire à leur femme – un développement intéressant dans la mythologie mais qui oublie un peu les effets du cycle de l’abus. Enfin, l’Homme masqué continue sa croisade.

J’aime beaucoup comment The Purge a complètement balancé tout ce qu’elle avait mis en place chez les riches. Certes, c’est un peu frustrant de réaliser qu’on ne saura jamais les « surprises » prévues par les hôtes, mais les films nous ont déjà donné un aperçu en la matière des fêtes de la NFFA. On est à la moitié : vous pensez qu’un de nos héros va mourir ? Je parie sur l’Homme masqué, en un sacrifice héroïque.

This Is Us S03E02 : « A Philadelphia Story »

Second épisode de This Is Us et je ne suis pas sûre que je prendrais le temps d’écrire une critique d’épisode chaque semaine… Dans « A Philadelphia Story », les flashbacks se déroulent juste après la mort de Jack, alors que les Pearsons cherchent une nouvelle maison. Randall en veut à sa mère de ne pas s’occuper des jumeaux – Kate commence à « vraiment prendre du poids » et Kevin boit – et finit par choisir de ne pas rentrer à Howard. Dans le présent, Rebecca vocalise ses inquiétudes sur FIV de Kate et Toby, Toby commence à perdre le contrôle sur sa dépression et Randall a toujours du mal à trouver sa place : non seulement il se fait rejeter par la communauté de son père biologique alors qu’il essaye de faire rénover un centre de jeunes, mais l’épisode finit par Kate disant à Randall qu’elle veut un enfant biologique pour transmettre une part de Jack. Pan, voilà Randall qui encaisse le coup alors que la projection du film de Kevin commence.

LE MONDE NE MERITE PAS RANDALL PEARSON. Arrêtez de lui faire du mal, plz. NBC via Variety

« A Phildelphia Story » est un épisode tranquille de This Is Us, mais aussi un de ceux qui semblent sérieusement compliquer la timeline. C’est beau de savoir que la vie de William était pleine de personnes qui l’aimaient, mais n’est-ce pas bizarre que nous n’ayons rencontré aucune de ces personnes lors de la première saison ? Randall n’a pas été accepté à Howard, mais va bien falloir qu’il y rencontre Beth, non ? Comment Rebecca peut-elle ne pas apprendre de ses erreurs ? ARRRRGH, je suis frustrée de cette série.

Manifest S01E02 : « Re-entry »

Pour son second épisode, Manifest abandonne sa voix off de merde, merci, merci, merci les divinités aliens qui ont détourné le vol 828 afin de donner à ses passagers la capacité d’évoluer dans la quatrième dimension (c’est ma théorie, en tout cas).

Le mystère de l’épisode tourne autour du fils d’un des passagers, en prison pour un vol qu’il assure ne pas avoir commis ; Ben mène l’enquête et la résout. Ils sont trop forts. Michaela décide de faire la paix avec sa BFF Lourdes en lui disant qu’elle prévoyait de refuser la demande en mariage de Jared – c’est un mensonge, mais à priori les passagers ont décidé de pardonner tout à leurs proches rapidement, même si ça n’a pas grand sens – Ben apprend d’ailleurs que Grace avait quelqu’un. Enfin, suite à l’explosion de l’avion, les services secrets interdisent aux passagers de parler à la presse ; l’une d’entre eux le fait quand même et meurt assassinée.

« Re-entry » a mieux fonctionné à mes yeux que le pilote, et je donne tout le crédit à Josh Dallas, qui se transforme doucement en mon idéal masculin. J’adhère de tout mon coeur à une grosse conspiration gouvernementale, mais à ce stade cela semble un peu trop simple. Je reste intriguée.

The Gifted S02E02 : « unMoored »

J’accroche bien à cette seconde saison de The GIfted, à ma grande surprise. Je pense que la lenteur du rythme colle mieux à ce qui me plait – j’avais trouvé la première saison très fatigante. Il ne se passe pas grand-chose dans « unMoored ». Après la « course-poursuite » ratée de l’épisode précédent, le Mutant Underground a du mal à avaler sa défaite : ils sont désespérés de trouver des informations sur l’Inner Circle, mais leur ancienne bosse, Whedon, est réticente à les aider ; en effet, les événements de la fin de la saison passée au filé un sacré coup au réseau, et les personnes en charge tiennent John pour responsable. Au final, il obtient un nom, c’est déjà ça. Les Strucker sont divisés, et Lauren fait savoir à son père qu’elle est terrifiée de revoir Andy et traumatisée d’avoir tué quinze personnes ; quant à Andy, des visions de la mort de Lauren lui font remettre en doute sa mission, suite à quoi Reeva passe à deux doigts de l’exécuter jusqu’à ce qu’il résolve ses problèmes. A la fin de l’épisode, Marcos fait des lumières dans le ciel et Lorna s’aperçoit que leur nouvelle-née est sacrément malade.

Assortir ses tenues passé les douze ans : normal pour les jumeaux ou bizarre dans toutes les circonstances ? Fox via TV/AV Club

J’aime que les méchants soient très méchants ; j’aime encore plus qu’une des Frost soit (un peu) torturée de la tournure des événements ; j’aime que Marcos soit malheureux et légèrement hors de contrôle, qu’Andy soit désemparé et tellement mal guidé ; j’aime que la saison passée continue d’avoir des répercussions sur les personnages et que tout ça n’ait pas été balayé sous le tapis. Mon seul reproche est le retour de Jace Turner. Ugh.

Criminal Minds S14E01 : « 300 »

J’ai jamais inclus Criminal Minds dans mes débriefs la saison passée, et pourtant j’ai vu tous les épisodes. La raison de cette omission ? Je n’ai jamais rien à dire sur les épisodes. Parce que depuis j’ai a priori décidé d’écrire sur TOUT ce que je regarde, je vais être transparente et inclure Criminal Minds, mais attendez-vous à trois lignes chaque semaine. Sauf cette semaine, peut-être, puisque la saison 13 se finissait sur un cliffhanger avec la vie d’agents du BAU en péril, à savoir celle de Penelope et de Spencer (OUI, ILS ONT OSE !)

Donc on reprend à l’histoire de secte  de la saison passée : non seulement ils ont Spencer et Penelope, le BAU découvre vite qu’ils n’ont pas juste tué une poignée d’individus, mais 299, 299 « protecteurs » pour être précis, et il compte faire de Spencer leur 300ème victime (d’où le titre, « 300 », choisi parce qu’il s’agit du nombre d’épisodes de la série). Ce dernier est sur le point d’être sacrifié lorsque toute l’équipe débarque, ouf, on a eu peur pendant un instant.

Je reste très agacée par la manière qu’à la série de terminer ses saisons sur des cliffhangers mais soit, pour une fois tout le monde s’en sort indemne, tant mieux. A part ça : Criminal Minds reste distrayant, et c’est tout.

American Horror Story S08E04 : « Could It Be… Santan? »

Puisque Apocalypse a tué tous ses personnages principaux la saison passée – et ressuscité quelques-unes en toute fin d’épisode -, le présent est abandonné pour un aperçu du passé. Ainsi, on apprend que Mead est modelée après la « mère adoptive » de Langdon, une sataniste qui l’a élevée. Mais ce n’est pas tout : le lien des sorcières dans la série est enfin mis au clair.

Un des premiers actes de Cordelia en tant que Supreme est de révéler au monde l’existence des sorcières. Cela a pour conséquence de les mettre dans le viseur, elle est leur équivalent masculin et moins puissant, les sorciers. Ce sont eux les propriétaires initiaux du bunker, ancienne Hawthorne School for Exceptional Young Men. Apprenant l’existence de Michael, emprisonné pour meurtre et capable de magie hors du commun, ils décident de l’accueillir et de le former à la discipline : très vite, il dépasse toutes leurs attentes et ils voient en lui le Véritable Alpha, le premier Supreme homme, celui qui pourra mettre fin à la domination féminine. Haha. A Robichaux, Mallory fait elle aussi preuve de capacités magiques surprenantes, qui interpellent Zoe – Cordelia est cependant timide, toujours traumatisée du test des Seven Wonders de Coven. Coco fait aussi son entrée à l’Académie. Hawtorne envoie mot à Cordelia de leur nouveau boy wonder mais cette dernière refuse de croire qu’il est exceptionnel… jusqu’à ce qu’elle s’incline lorsqu’il ramène à la vie Queenie (coucou les gens de Hotel) et Madison.

The bitch is back. Non, attendez, ça c’était la réplique de la semaine passée. FX via TV Movie Fix

C’est assez curieux ce choix de nous replonger en arrière, mais on ne va pas se mentir, les sorcières – et maintenant les sorciers – sont des personnages fascinants, et ça fait bien plaisir de les revoir. J’aime en tout cas bien mieux que le monde austère du bunker.

Single Parents S01E02 : « Sleepover Ready »

Dans sa seconde semaine, Single Parents s’affirme comme une chouette buddy comedy, dont les personnages sont de mieux en mieux définis – c’était une des grandes qualités de New Girl, je suis heureuse de voir qu’il ne s’agissait pas d’un hasard, mais bien d’une des forces d’Elizabeth Meriwether.

Dans « Sleepover Ready », une soirée pyjama devient l’occasion pour les parents d’essayer de nouvelles choses. Angie sort avec un collègue, mais n’a jamais passé l’étape de la nuit ensemble à cause de la peur de la séparation de Graham – sauf que Graham, avec l’aide de Sophie, se sent prêt à passer l’étape. Voilà donc Angie qui panique et s’échappe des bras de son prétendant pour demander conseil à Poppy. Will, quant à lui, profite de l’occasion pour tenter de forcer un réticent Douglas a passer du temps avec lui. Enfin, un Miggy dépassé par les événements doit trouver un nouveau choix de carrière.

On n’a peut-être plus Champions, mais Andy Favreau est quand même à la télévision alors le monde se porte aussi bien qu’il le peut ! ABC via IMDb

Les enfants sont géniaux, les parents sont géniaux : Single Parents a tout d’un succès ! D’ailleurs, la série a reçu une saison complète et j’en suis bien contente. Je ris beaucoup.

Modern Family S10E02 : « Kiss and Tell »

Avec « Kiss and Tell », je re-archive Modern Family, la gardant au chaud pour des temps où j’ai moins à regarder et un ennui à combler. Ce n’est pas la faute de l’épisode, en soit plutôt rigolo, mais je n’ai juste plus trop le temps pour le moment. Les Pritchett se réunissent pour une occasion, probablement, mais personne ne semble se souvenir de laquelle. Danny est de retour à la maison et annonce avoir « une petite amie au Canada » et voilà que Gloria se met à penser qu’il est peut-être gay. « He checks a lot of the boxes », admettent Cam et Mitchell. Ils ont cependant autre chose pour les occuper : Haley est prise dans un dilemme et ses oncles n’ont pas le même avis sur la question. Suite à son baiser avec Dylan, Cam prône l’honnêteté auprès d’Alvin alors que Mitchell pense qu’un petit mensonge est une meilleure option… parce qu’il a lui-même embrassé un homme alors qu’il commençait à sortir avec Cam.

La résolution de l’épisode est un peu déchirante : Haley se décide pour la transparence et Alvin lui raccroche au nez. Quant à Mitchell, il est sorti d’affaire par Claire, qui prétend que son frère la appelée en larmes après le baiser, qui lui avait fait réaliser que Cam était l’homme de sa vie. Un mensonge, bien sûr, mais vraiment, l’honnêteté peut se retourner contre vous. Au milieu de tout ça, la blague qui m’a fait le plus rire est Luke qui se retourne vers Alex pour lui annoncer qu’elle est « officiellement la dernière vierge ». Nous savons que c’est faux mais bien sûr, Luke n’aurait pas fait attention au aventures de sa soeur. La réponse d’Alex, « Please, I’m dating a fireman. I’m having hotter sex than… » est coupée par l’arrivée de son père, un regard horrifié sur le visage, une blague qui sera répétée au cours de l’épisode. Oui, on est d’accord, ce n’est pas normal que les papas soit si mal à l’aise avec la sexualité de leurs filles alors qu’ils sont généralement OK avec celles de leurs fils, et ce double standard mérité d’être critiqué plutôt que constaté (Black-ish l’avait très bien fait) ; mais ce regard, je le connais, et il est criant de vérité.

J’aurais été longue pour ce mini-débrief, surtout que j’annonçais l’archivage de la série au début, mais je me suis légitimement mieux amusée que lors du season premiere. Modern Family, on se voit au prochain hiatus !

The Good Place S03E03 : « The Brainy Bunch »

Si il y a une série sur laquelle on peut compter pour faire exploser sa structure encore et encore, c’est bien The Good Place, et il ne faut pas plus de deux épisodes pour que la prémisse « seconde chance sur Terre dont les ficelles sont tirées par Michael » soit mise à mal. C’est tout de même fou. Pourtant, le début de l’épisode ne le laisse pas suggérer : Trevor a intégré le groupe avec succès et ne tarde pas à essayer de le diviser, si bien que Michael et Janet décident de retourner sur Terre, sans pouvoirs, afin de redresser les choses. Tout ça est une très mauvaise idée, et évidemment rien ne se passe comme prévu pour qui que ce soit. Le problème est que Michael a beau avoir foi dans le gang, il n’en a cependant pas assez, et ses interférences pourraient leur coûter gros. Au final, Jason et Tahini ne couchent pas encore, Chidi se réconcilie avec Eleonor, et les immortels sont rappelés par la Juge qui est sacrément énervée. Elle en tue Trevor, s’apprête à faire de même avec Janet et Michael… jusqu’à ce que toutes les choses dans la file d’attente de matérialisation de Janet commencent à se manifester, leur offrant une porte de sortie – littéralement, ils volent la clé vers la Terre.

QUESTION ESSENTIELLE : NBC, VENDEZ-VOUS DES T-SHIRT « THE BRAINY BUNCH » PARCE QUE J’EN VEUX UN MAINTENANT TOUT DE SUITE ?! NBC via TV/AV Club

Certes, « The Brainy Bunch » garde la structure de l’épisode précédent, mais comme à chaque fois, je n’ai aucune idée de ce qui va se passer ensuite. La saison 2 était une succession de tâches pour arriver chez la Juge ; ici, le but semble être de récolter un maximum de bons points… mais seront-ils valides ? L’interférence de Michael n’invalide-t-elle pas toute la procédure ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est qu’on a eu le droit a plein de Janet ET un exécrable Adam Scott cet épisode.  Ça me suffit.

Superstore S04E01 : « Back to School »

Diantre que j’aime les reprises de séries. Cette semaine, c’est Superstore qui a volé mon coeur, grave grave grave, et ce malgré une prémisse qui a été un peu fatigante – la fin a tout rattrapé.

« Back to School » commence avec une Amy, bien enceinte, visitée par un Glenn « incognito » à son boulot de transition, dans un diner. En effet, elle est Jonah ont été suspendu, et Glenn est persuadé qu’il ne peut pas la voir pendant ce temps : alors il lui rend visite, commande un café, et laisse un gros pourboire. C’est trognon. De retour au boulot, Amy et Jonah s’apprêtent à recevoir des remarques désobligeantes sur le sex-stream, et c’est le cas pour l’un d’eux ; Amy est aussitôt outrée qu’elle ne soit pas chambrée, comme si le moment était honteux pour elle mais pas pour lui. Elle convoque toute l’équipe dans la salle de réunion, et décide que personne ne partira avant que toutes les questions soient posées, un exercice d’abord marrant mais dont l’assemblée semble se fatiguer (et le public aussi). C’est du « Amy being Amy » tout craché, et elle sait être sacrément relou, notre Amy.

Le steal de l’épisode, amplement mérité, parce qui ne se reconait pas ? NBC via Giphy

On arrive à la fin. Pendant tout l’épisode, Amy et Jonah sont normaux l’un avec l’autre, apparemment ami mais sans plus… sauf que voilà qu’ils se retrouvent sur le parking, se décident sur quoi manger ce soir et s’embrasse. C’est naturel, apparemment sans problème, et c’est bon de se dire qu’ils ont enfin mis leurs problèmes de coté. J’aurais été très agacée que la sex-stream se révèle être un énième obstacle dans l’admission compliquée de leurs sentiments réciproques  ; puis le fait que leur relation soit cachée promet pour un peu d’amusement.

Mom S06E02 : « Go-Go Boots and a Butt Cushion »

Il n’aura pas fallu beaucoup de temps pour que Mom revienne sur une intrigue amorcée la saison précédente : l’addiction au jeu de Christy. En effet, la voilà qui songe à délaisser ses réunions de GA : elle a du mal à gérer ses études, et elle a l’impression que son problème est sous contrôle. Sous les conseils d’un des membres du groupe, elle décide de vérifier si elle est en effet dépendante au jeu, en effectuant des « paris contrôlés ». C’est là que la métaphore des concombres et des cornichons entre en jeu : il s’agit, pour elle de savoir si elle est un concombre, qui doit faire attention de ne pas devenir un cornichon, ou si elle est déjà un cornichon ; a elle donc de voir si elle arrive à parier à petite dose. Bonnie est horrifiée à l’idée, et persuadée que cela va se retourner contre sa fille… et elle n’a pas tout à fait tort.

Je n’ai pas fait de commentaire dessus la semaine passée mais le générique a de nouveau changé : maintenant, avec de toutes les membres du groupe. CBS via Spoiler TV

En effet, Christy a tout sous contrôle, jusqu’à ce qu’elle reçoive un gros chèque, un excédent d’un paiement fait pour ses études. Elle arrive alors à la réalisation qu’elle est dépendante au jeu lorsqu’elle a de l’argent, ce qui fait bien d’elle une addict, juste pas tout le temps. Elle appelle tout le groupe à l’aide et tout le monde est là pour elle, ce qui est trop mignon.

« Go-Go Boots and a Butt Cushion » me confirme que Mom sait me réjouir, mais aussi que peut-être que je devrais faire comme pour Modern Family et la mettre de coté. Je suis heureuse qu’on touche à la seconde addiction de Christy, presque autant heureuse qu’on revoie Yvette Nicole Brown. Allez, encore une petite semaine pour la forme.

I Feel Bad S01E02-S01E03 : « I Feel Sick of Being Needed » et « I Lie to My Kids »

Je parlais déjà du second épisode de I Feel Bad lors de ma critique du pilote – les deux ont été diffusés back to back alors difficile de ne pas les traiter de manière égale, comme un aperçu en deux parties. Le sujet du premier épisode m’avait laissée sceptique (des petites filles qui se tortillent le cul, c’est gênant, c’est gênant), mais dans « I Get Sick of Being Needed », on parle d’un autre sujet de culpabilité : le fait d’en avoir marre d’être là tout le temps pour tout le monde.

NBC via Fangirlish

Emet n’a chaque jour que « 20 minutes pour elle » (l’horreur), et lorsque ses parents se retrouvent à emménager chez elle pour quelques semaines, elle trouve un nouvel échappatoire : la maison de ses voisins, qu’elle est censée surveiller. La voilà qui raid leur frigo, boit leur vin, utilise leurs produits de beauté : en d’autres mots, elle commence une « liaison avec la maison ». C’est un principe à la con, qui m’a mise mal à l’aide parce que, comme quiconque habitué des séries le sait, il appelle à des conséquences humiliantes pour l’héroïne. C’est là que I Feel Bad m’a étonnée. Alors que la police est effectivement appelée, Emet et son mari (ici aussi), ne sont pas pris « la main dans le sac ». On voit à peine leur interaction avec la police : à la place, elle leur assure qu’elle a les clés, c’est réglé à l’amiable, et la seule humiliation est le regard jugeur de ses parents, qui avaient appelé la police.

C’est pour le moment cela qui me plait dans I Feel Bad : ça a beau être cliché, mes attentes sont subverties encore et encore. Une comédie qui surprend, ça vaut bien le coup de rester pour quelques épisodes.

Notons que « I Lie to My Kids » ne m’a pas autant emballée, notamment à cause d’une intrigue secondaire avec les collègues d’Emet qui m’a paru un peu confuse. L’intrigue principale, quant à elle, est au sujet d’un petit mensonge qui grandit et finit par échapper au contrôle d’Emet. C’est tout ce que j’en dirais parce qu’il me semble que j’ai déjà beaucoup écrit cette semaine et qu’il reste encore quatre épisodes.

Fresh Off the Boad S05E01 : « Fresh Off the RV »

C’est le grand jour pour A Case of a Knife to the Brain, et Jessica est prête pour sa tournée, à un couac près : 1998 est l’année de sortie de Harry Potter, et voilà donc ce qui avait tout d’être son best-seller éclipsé par notre sorcier préféré. [Ceci est un peu anachronique, puisque Harry Potter est vraiment devenu un phénomène une fois les trois premiers livres sortis, mais soit, vous avez l’idée.] Louis n’a pas idée des soucis de sa femme, et décide donc d’acheter un camping-car pour des parfaites vacances américaines, générique TGIF old-school y compris.

Mais tout ça n’est que du classique Fresh off the Boat : ce qui vole l’épisode est, encore une fois, Nicole. J’avais adoré son arc de la saison passée, et il semble qu’on va devoir se passer d’elle cette année… ou du moins, la voir moins régulièrement. Elle part pour New York, et Eddie va devoir apprendre à se passer de sa meilleure amie. Il met bien trop longtemps à se réaliser qu’il doit lui dire au revoir comme il se doit, mais, parce qu’elle est maligne, Nicole a fait exprès de lui dire qu’elle partait deux heures plus tôt que l’heure prévue « because it always takes you longer than it should to come around. » Diantre, qu’elle va me manquer.

« Fresh Off the RV » est un bon retour pour Fresh Off the Boat, qui peut promettre une saison fraîche. C’est pour le moment assez que pour qu’elle reste dans mon programme.

Into the Dark: The Body

Into the Dark est une nouvelle série anthologique, dont un épisode de 1h30 sortira tous les mois et sera centré sur une fête du mois : pour octobre, c’est Halloween ! Etant donné le fait que chaque épisode est une histoire bouclée, à rien ne sert ici de débattre des personnages et de l’intrigue dans les détails d’ailleurs les scénaristes semblent s’être dit la même choseThe Body est l’histoire d’un hit man, qui après son meurtre, le soir d’Halloween, doit se débarrasser du corps ; pour une raison qui m’échappe encore, il se laisse entraîner dans une soirée par des jeunes relous à souhait et sans personnalité vraie (sauf la meuf dark). Non attendez, je pense que je me souviens de la raison : c’est pour ne pas attirer l’attention ! Ou alors pour se débarrasser des flics ? Mouais, moyen, c’est plutôt que notre héros aime flirter avec le danger.

The Body est plaisant mais peut-être un peu trop longuet pour ce que c’est. L’errance a failli à m’engager parce que les personnages sont insipides, et que les 1h30 ne suffisent pas à nous faire tenir à qui ou quoi que ce soit. C’est pas nul, et je reviendrai les mois prochains, mais c’est pas fou-fou non plus.

New Amsterdam S01E02 : « Rituals »

J’ai beaucoup trop d’amour pour New Amsterdam. C’est cliché, c’est cucul, c’est tellement plein de bonnes intentions que je comprends si ça en rend certains nauséeux mais à moi ça me fait l’effet d’un édredon qui m’enveloppe. Mais soyons sincères : malgré mon emballement au pilote, New Amsterdam n’est pas mon nouveau ER (snif), la faute à sa tendance à toujours donner raison aux médecins (un reproche que je faisais aussi à The Resident). Nos héros sont de bons médecins. Cela a été établi, et cela l’est, encore et encore et encore. Parce qu’ils ressentent et savent mieux que tout le monde, ils peuvent apprendre par le contact des patients, et sont aussi prêts à éduquer les autres professionnels et leur transmettant leur expérience. Dans « Rituals », Sharpe ressent et apprend, Reynolds sait mieux et apprend, et Frome et Kapoor savent mieux et éduquent.  Je suis quasi-sure que ces quatre verbes pourront permettre de décrire presque toutes les intrigues de tous les futurs épisodes.

Dieux merci pour Frome et Kapoor, qui sont tout de même des super-personnages ; d’ailleurs, aussi mélo qu’elle soit, l’intrigue sur la sur-médication est très engageante. NBC via SIWTS

« Rituals » reste plaisant, chaud, rassurant. Mais à trop chercher à nous émouvoir, j’ai un peu peur que la série s’embourbe dans la facilité. Je me mets à souhaiter que New Amsterdam ose tuer son héros, Goodwin, plutôt que se dégonfler à la Grey’s Anatomy (je parle de mort « naturelle », n’allez pas me sortir la tuerie, les crash aériens et autres accidents qui font du Seattle Grace/ Mercy-Grace-je-ne-sais-plus-où-on-en-est le lieu de travail le plus dangereux du monde), afin de mériter les larmes qu’elle cherche à éveiller : Goodwin chante à son bébé non né, ne parle pas à son cancer de sa femme pour lui préserver un stress qui pourrait la mettre en danger, et lui dit qu’il l’aime avec un regard de biche – aussi, avec ses mots. Mouais. A d’autres.

[Semaine 2 : je shippe à fond Sharpe et Goodwin, et oui, je sais que j’ai dis « pas de romance » mais hé, une petite liaison sur le lieu de travail dans un double rapport d’autorité inversé employé-patron et médecin-patient, ça permettrait de fissurer les apparences parfaites de Goodwin et j’en suis, j’en suis*.  *surtout si il y a des conséquences réelles et réalistes.]

Doctor Who S11E01 : « The Woman Who Fell to Earth »

La seule bonne nouvelle a avoir de nouveau la télévision est que je peux regarder les épisodes de Doctor Who au moment même de leur diffusion ! C’est ce que j’ai fait pour le premier épisode du treizième Docteur, de la première Docteure*, jouée par la splendide Jodie Whittaker. J’étais excitée comme une puce, ce que j’ai mis sur le dos de la série mais en vrai c’était la première fois que je buvais du café depuis un mois.

TIN-DIIIIIIINNNNNNN ! Quelques détails tout désignés pour un Cosplay réussi. BBC via Vox

« The Woman Who Fell to Earth » est surtout consacré à nous présenter les personnages avec qui le Docteur va évoluer cette saison (ou plus, ou moins, j’ai pas regardé autre chose que les images de promotion). L’intrigue de l’épisode en elle-même est anecdotique – un extra-terrestre cherche un humain spécifique pour une quête débile, non expliquée (ou possiblement à laquelle je n’ai pas fait attention). Le Docteur est là pour s’occuper de tout mais elle est encore en cours de régénération, et donc un peu décalée ; de plus, elle a perdu son Tardis ! Mais elle est débrouillarde, du genre à se faire son propre tournevis sonique en avec trois coup de cuillères à pot, et le fait qu’elle ait désormais un utérus n’a pas atteint ses capacités à être charmante, intelligente, vive, excentrique et bavarde – qui l’eut cru. Dès son introduction, Jodie Whittaker est le Docteur, sans doute aucun, jamais une transition ne s’était faite aussi facilement pour moi. Ses compagnons se connaissent tous, « mais juste un peu » : Ryan est un jeune dispraxique, Graham est le mari de sa grand-mère (qui décède dans le premier épisode, dans les efforts pour arrêter le méchant alien), et Yas et une policière avec qui Ryan était à l’école. Tous m’ont l’air, ma foi, sympathiques.

Après que la Terre (ou plutôt, l’humain) soit sauvée avec succès, le Docteur se trouve un nouveau style et se met en tête de localiser son Tardis, avec plus ou moins de succès. Au lieu de le téléporter sur Terre, elle et ses compagnons malgré eux se retrouvent téléportés au Tardis… ou plutôt, dans l’espace, l’épisode se terminant sur un joli petit cliffhanger (dont tout le monde se sortira indemne).


J’ai tellement de retard dans la finition de mes chroniques hebdomadaires que ces babillages de fin perdent sens… J’ai de plus en plus à dire, sur de plus en plus d’épisodes : il va falloir que je repense le format de ces articles, où je vais encore moins suivre.

Qu’avez vous pensé de ces épisodes ?

Bonne journée,

Enid

Publicités

10 commentaires sur “Ma semaine devant l’écran #35 | Contrôle

  1. T’inquiètes pas pour tes reviews lights de Criminal Minds, souvent je me contente aussi d’une ou deux phrases pour dire « bien, moyen ou mauvais » car il n’y a pas grand chose à dire sur les séries policières mais ça me fait plaisir de voir quelqu’un d’autre en parler sur son blog ^^

    Je compte regarder Into the Dark car j’aime l’idée de l’anthologie d’horreur mais tu m’apprends le concept (un épisode par mois en rapport avec une fête). J’avais vraiment pas regardé plus en détail de quoi ça parlait XD

    Pour le format de tes articles et le fait que ce soit si long, je ne trouve pas ça dérangeant car il y a peu de chances que tout le monde lise tout. A moins de regarder exactement les mêmes séries que toi, on va sélectionner les reviews qui nous intéressent (en tout cas c’est ce que je fais). Par contre à écrire et mettre en forme, c’est vrai que c’est un peu chiant :p

    J'aime

  2. Oh mais Modern c’est vraiment la vie, en fait j’ai vu l’épisode 4 avant hier et j’ai vraiment bien rigolé. (Le 3 était un peu en dessous) en fait c’est Phil qui me fait rire à tous les coups, c’est vraiment le personnage drôle par excellence.
    Pour This is Us je suis d’accord avec toi, pourquoi nous mettre du flashback de William si c’est pour ne pas avoir vu ces gens avant. On nous vendait un personnage très seul dans la saison 1 quand même. J’ai peur que ça fasse beaucoup trop de flashbacks sur tout le monde on qu’on s’éloigne un peu trop des Big Three.
    Single Parents je dois m’y remettre, j’espère que mon site les a car j’attends impatiemment! Et enfin You, c’est malsain mais j’adore, je n’ai pas trop aimé d’être dans la tête de Beth, j’ai toujours du mal avec son personnage.

    J'aime

  3. Ça en fait des épisodes haha x)
    Globalement, sur celles que je regarde, je suis d’accord avec toi haha. Il y a juste Mom et Modern Family où personnellement je n’envisage pas du tout de les mettre de côté :p Modern Family ne se renouvelle pas énormément mais je prends toujours autant de plaisir à la regarder 🙂
    Sinon pour Single Parents on est à fond nous, on adore :p

    Aimé par 1 personne

    1. J’aime bien aussi Moder Family, mais ça me fait toujours plus rire quand je peux regarder deux trois épisodes à la fois 😉

      Et ouais, je regarde trop de choses en ce moment, j’essaye de diminuer !

      Aimé par 1 personne

      1. Je vois, moi c’est l’inverse. J’aime beaucoup la série mais je ne peux pas regarder plusieurs épisodes d’affilée. Ils me lassent vite sinon x)

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.