Cette semaine dans l’Arrowverse #5 | La vie est belle

Gamin : You smashed my Beebo !
Otis Graves : That’s a metaphor for life.

– dans Supergirl S04E04

Live is life
Na, na, na, nana

– Opus, « Live is Life » (mieux chanté en broken English)

Une semaine avec deux Beebo aperçus alors que seulement trois épisodes sont diffusés se doit d’être une bonne semaine. En l’honneur de Beebo, des jolies choses de la vie et aussi parce que j’ai tellement de retard dans mes séries DC que si je me lance dans des introductions de deux pages chaque semaine je ne vais pas suivre (comment ça, je ne suis déjà pas ? Vous avez tout à fait raison, mais est-ce vraiment le moment pour me rappeler à l’ordre ?), je propose que cette semaine on ne parle que câlins, courage et joie de retrouver des amis longtemps oubliés. Une semaine dans l’Arrowverse où on ne retient que le positif… même moi j’y crois moyen, mais promis je vais essayer.

Truer words were never spoken. The CW/ Arrow. Source : The Universe of Sim

Ne vous en faites pas, je vais tout de même chipoter un peu, mais ce sera bien ça, du chipotage. Beebo n’est qu’amour après tout, et l’amour c’est la vie, Otis peut bien se mettre sa métaphore là où il veut. Le cynisme n’est pas bienvenue ici cette semaine.

Allez, parlons faux semblants, retour en force inespérés et bonnes surprises ; parlons Supergirl, Arrow et Legends of Tomorrow.

Iron man is in tha house. The CW/ Supergirl. Source : Den of Geek

Sauver ou périr, pour les nuls | Supergirl S04E04 : « Ahimsa »

Supergirl est parfois cruelle, et cette semaine est une parfaite illustration de la chose : voilà que « Ahimsa » rappelle Tiya Sircar… mais seulement pour la tuer définitivement à la fin de l’épisode. QUI FAIT CA ? J’en aurais pleuré, c’est vous dire mon amour pour Tiya Sircar parce que son personnage n’a pas tellement été développé, et seulement par son amoureux, Manchester Black, qui a maintenant la motivation de venger la mort de sa dulcinée à tout prix. Woman in Refrigerator, anyone ?

Pardonnez-moi, j’avais promis de la positivité et je commence ma semaine en parlant de mort. Non, non, non, Beebo c’est la vie !

Revenons là où on avait laissé les choses la semaine passée. L’air de la Terre est saturé de Kryptonite, et Kara/ Supergirl est donc obligée de rester dans une armure qui filtre l’air ambiant pour elle. Cependant, pour qu’il fonctionne, Kara doit se ménager, ce qui n’est pas tout à fait Kara, est-ce ? Tout dommage à l’armure risque de l’abimer, et donc de tuer notre héroïne, mais qui serait-elle si elle ne prenait le risque. Dès la première mission de l’épisode, et alors qu’Alex pardon Commander Danvers lui interdit, Supergirl ramène sa poire et se met en danger. Les Graves et Agent of Liberty se servent des pouvoirs de Fiona (le personnage de Tiya Sircar) pour contrôler télépathiquement leurs cibles, et sèment le chaos d’abord dans un commissariat – là où Supergirl fait sa bêtise – puis dans une fête foraine, où ils se servent de deux extra-terrestres libérés du DEO par encore un autre agent recruté sous le nez d’Alex, pas de chance tout de même. Les aliens font du mal, la population est en colère, et les méchants se retrouvent à pouvoir s’exclamer : « Vous voyez, amis humains terriens, je vous l’avez dit ! » Diabolique.

Le plus drôle, c’est que leur plan fonctionne (presque) à merveille. Tout d’abord, les aliens font le chaos comme prévu, et Supergirl et compagnie doivent intervenir. James décide ainsi de ré-enfiler son costume de Guardian parce que le DEO ne pouvait définitivement pas se passer de son aide ; sauf que bien qu’il échappe à toute répercussion, pourtant promises, il devient un outil de propagande anti-alien. Oupsi. Enfin, l’intervention de Supergirl, quand bien même elle est autorisée par Alex, contredit des ordres direct du Président… ce qui fait que le DEO accueille désormais un espion officier supérieur à Alex, la Colonel Lauren Haley. Ca promet.

La seule chose qui ne se passe pas selon le plan des méchants et la purification de l’air. En effet, Lena et Brainy concentrent leur intelligence dans la mise en place d’un plan super-intelligent que je suis bien incapable de répéter… quelque chose à propos de mini-aspirateurs pour chacune des nanites contenant de la krytonite ? J’ai bien compris ? Soit, ça n’a pas d’importance parce que les scènes entre Lena et Brainy sont super chouettes, même que Brainy a du mal avec les émotions humaines et je suis bien trop investie dans le développement du personnage. Alors qu’il n’arrive pas à trouver de solution, des larmes se mettent à couler, et sa réponse est tellement parfaite que j’en ai presque été émue :

You should be crying too. These are tears of logic !

C’est ce qu’on dit tous, Brainy, bienvenue en humanité. Je pensais que Winn me manquerait beaucoup, mais Brainy est une très bonne addition à l’ensemble. Evidemment, le super-plan fonctionne juste à temps pour que Supergirl ne meure pas publiquement, mais soit, on s’en fiche, nous savions tous qu’elle n’allait pas y passer.

Ce dont je ne me doutais pas, par contre, était le décès des deux Graves. Otis et Mercy meurent de la main d’un de leurs aliens, faisant d’Agent of Liberty la seule voix aux commandes. Ca va vite, cette saison, non ? Un autre potentiel ennemi, ou du moins carte libre, semble cependant être Manchester Black, le fiancé de Fiona. Il fait équipe avec J’onn dans la retrouver durant tout l’épisode, et on comprend qu’il était méchant il fut un temps ; à la fin de l’épisode, il s’arme lourdement, donc ceci est quelque chose qui va avoir des conséquences. Plz, pas de gangs, plz, plz, plzzzzz.

« Ahimsa » est pour moi le moins bon épisode de ce début de saison 4 de Supergirl, mais ce n’est pas dire grand chose que de dire ça. J’étais pas fan de l’armure, mais j’avoue être un peu déçue de la voir disparaître si tôt ; idem pour les Graves. D’un coté, je suis heureuse que l’intrigue avance vite ; de l’autre, j’ai l’impression que c’est pour mieux faire un twist au milieu de la saison, et ça, ça me dit moyen.

La vie elle est belle ? Malgré un épisode un peu brouillon, Supergirl continue de garder la tête haute. On a un nouveau personnage, un Président pas content, et un Brainy qui verse des larmes ; franchement, y’a de la matière à nous tenir sur nos sièges pendant un moment. J’ai hâte de voir ce que la suite va nous apporter.

Le plus Ollie en bave, le plus je suis heureuse. Désolée Ollie. The CW/ Arrow. Source : Science Fiction

Le futur est maintenant | Arrow S07E04 : « Level Two »

Je ne sais pas comment écrire cela sans que ça ne sonne faux mais Arrow m’a éclatée cette semaine. J’ai été scotchée à l’écran. J’ai du me retenir pour ne pas lancer l’épisode suivant dès la fin de « Level Two » (et j’ai pas réussi, il conviendra de noter). Arrow m’a eue, m’a bien eue, et c’est en grande partie à cause des flashforwards, ce qui est peut-être la chose la plus surprenante dans toute cette histoire parce que je déteste l’histoire d’un futur fixé ; et pourtant, j’y peux rien, j’suis captivée.

Dans « Level Two », Oliver est enfin au même étage que The Demon, mais le problème est qu’il est confiné à sa cellule. Il reçoit les visites d’un psychologue qui semble chercher à l’aider en le faisant s’interroger sur comment son père l’a complètement foutu en l’air en se tuant un homme puis se suicidant sous ses yeux, mais qui semble aussi chercher à le foutre en l’air en le reprogrammant à penser qu’il n’est pas Oliver Queen mais juste un son numéro d’identification de prisonnier ? Je n’arrive pas à concilier ces deux objectifs et ç’aurait été une autre semaine j’aurais tenté plus en profondeur, mais hé, c’est la semaine de Beebo et de l’amour alors profitons juste de la stupidité joyeuse de toutes ces séquences.

Si vous vous souvenez bien, Felicity a capturé la Silencer afin de la faire parler à la manière des justiciers, soit de la torture parce que Jack Bauer et tout et tout. Elle recrute l’aide de Not-Not-Laurel-Either, qui se fait la voix de la raison, ce qui est hilarant mais aussi complètement justifié dans ce cas-ci. Mahahaha, Felicity, t’as complètement perdu les pédales. A la fin de l’épisode, Felicity laisse partir Silencer, mais c’est un piège parce qu’elle a un moyen de la suivre. De leur coté, Dinah et Rene se prennent la tête puis se réconcilient autour de la question du nouveau Green Arrow. En effet, une vague d’incendies dans les Glades peine à intéresser qui que ce soit d’autres que le nouveau justicier, et Renee en fait les frais lorsque sa fille Zoe se retrouve en danger. Les Glades sont en colère, et on a des grands discours sur comment la police abandonne les quartiers pauvres, et que les justiciers c’étaient mieux mais vraiment, rappelez-moi la dernière fois qu’Oliver a aidé les « petits gens » dans un autre cas que son combat contre un gros méchant ? J’attends. Même si j’ai tort, ce sera toujours bon à savoir. Toute cette histoire d’incendies est en réalité une histoire de rachat de propriété, et Dinah décide que le nouveau Green Arrow n’est pas si mal que ça et tous les trois arrêtent les méchants. C’est en visitant Zoe à l’hôpital que Curtis ramène Beebo, comme ça vous savez tout.

Bon maintenant qu’on est à jour dans le présent, discutons du futur parce qu’il s’en est passé des choses cette semaine ! C’est pas joli joli ce qui va se passer entre 2018 et 2038 et je ne suis définitivement pas prête à admettre la mort de Felicity (OUI, C’EST CE QUI EST ANNONCE DANS L’EPISODE), mais attendons de voir comment tout ça se goupille avant de sortir les pancartes. William et Rory sont arrivés à Star City, qui n’est plus tellement Star City : tout est détruit, sauf les Glades (karma, lol). Le puzzle les mènes à Smoak Industries, l’ancien empire de Felicity, où ils sont finalement sauvés par une Dinah pas hyper contente. On y apprend alors que Felicity a marché dans les traces de son père et est devenue méchante (wtf), et d’ailleurs qu’elle est morte, et d’ailleurs en parlant de marcher dans les traces de son père, Zoe est maintenant une justicière. Où est Rene ? On ne sait pas. Comment sommes-nous arrivé à un bannissement des justiciers ? Toujours rien. Comment allons-nous pouvoir supporter le présent tout en sachant que le plan des méchants fonctionnera ? JE SAIS PAAAAAS MAIS JE SUIS CURIEUSE.

Voilà comment Arrow m’a eue, la fourbe. Moins de Ollie, plus de bêtise. Qui l’eut cru ?

La vie elle est belle ? La vie est autant belle qu’elle peut l’être dans Arrow. Alors que le présent se termine sur une victoire pour presque tous nos héros, le futur n’est que désespoir, et espérons que cela n’est pas une métaphore pour Arrow. Haha. J’ai aimé Arrow cette semaine et je ne sais pas quoi faire.

Qui est prêt à rencontrer la Reine Elizabeth ? The CW/ LOT. Source : Comic Book

Punk rock vs. disco vs. les Légendes | Legends of Tomorrow S04E03 : « Dancing Queen »

Je n’avais aucune idée que Maisie Richardson-Sellers ferait son retour dans Legends of Tomorrow, donc forcément l’épisode de cette semaine m’a réjouie. Parfois, je l’admets, c’est chouette de vivre sans spoilers (mais je reste convaincue que la plupart du temps c’est une autre manière d’apprécier les œuvres, soit, ce n’est pas le débat).

Les Légendent traquent un anachronisme jusqu’à Londres dans les années 1970. La Reine Elizabeth serait devenue fan d’un nouveau groupe de punk rock, nommé The Smell, dont un des membres est probablement un des fugitifs – un leprechaun selon Constantine. Ray se retrouve à devoir infiltrer le groupe, mais Ray étant Ray ce n’est pas gagné – disons qu’il ne dégouline pas le punk. Il se retrouve à voler un des corgis de la reine pour faire ses preuves, avec succès, puis se fait démasquer comme un membre d’un groupe disco – une des aventures hors écran des Légendes, entraperçue dans « Here I Go Again » -, puis se fait pardonner parce que les membres de The Smell sont tous aussi un peu des bras cassés. Tout ça, c’est grâce à Charlie, la leadeuse du groupe, qui réveille quelque chose en Ray. Empathique, comme toujours, il s’aperçoit que peut-être ce monstre là n’est pas si méchant que ça… et il a (plus ou moins) raison.

En effet, Charlie n’est pas un leprechaun, mais une métamorphe. Elle est profondément traumatisée de son enfermement dans la prison avec tous les autres démons et est bien décidée à ne pas se retrouver de nouveau en cage. Ray se décide alors à l’aider, mais Charlie ne lui fait pas confiance, et elle se retourne contre l’équipe – sauf que voilà, l’équipe est badass, et elle est prête à renvoyer Charlie aux enfers lorsque cette dernière prend la forme d’Amaya. Un moment troublant pour tout le monde, et l’occasion pour Ray de plaider sa cause ; voici donc que Charlie est ramenée sur le Waverider, coincée sous la forme d’Amaya, et tenue en captivité faute de mieux. Les Légendes ont appris que toutes les créatures qui se sont échappées ne sont pas forcément mauvaises, mais sont peut-être, comme elles-mêmes l’étaient, des rejets de la société perdus à la recherche d’une seconde chance (ou juste à laisser tranquille, peut-être ?) De la nuance, de la nuance, c’est comme si Legends lisait dans mon coeur.

Qui dit Londres dit maison pour Constantine. Le jeune homme rend visite à ses parents, plus particulièrement sa mère, qui est morte en accouchant – quelque chose que son père ne lui a jamais pardonné. C’est Constantine, donc les scènes sont remplies de désespoir (il veut frapper son père dans les couilles afin de le stériliser et de ne jamais naître, mais n’y arrivera pas parce que paradoxe), mais Zari est à ses côtés, donc il y a de l’espoir et des bonnes intentions. Zari est fantastique. Gloire à Beebo et amour sur Zari.

Enfin, revenons sur Nate, qui est toujours en mission au Bureau du temps… mais commence à s’ennuyer ferme derrière un bureau. Nate et Gary font alors une petite mission à deux et, pour faire court, se retrouvent à devoir protéger le bureau d’un plante carnivore. C’est beau de voir les deux hommes doucement réparer leurs coeurs brisés avec un petit peu de bro love. Nate finit par révéler à Sara qu’il ne veut pas encore retourner sur le Waverider parce que tout lui rappelle Amaya, et Sara est d’accord étant donné qu’ils ont le double d’Amaya emprisonnée dans le laboratoire. Ah, ces Légendes.

« Dancing Queen » est, comme souvent dans Legends of Tomorrow, drôle et émouvant à la fois. Je suis hyper-heureuse de l’ajout de Charlie dans l’équipe (enfin, pour le moment comme prisonnière, mais c’est déjà ça), même si ça veut dire pas de réunion Nate-Amaya. J’espère qu’on va continuer à suivre Nate au Bureau, et que tout ça n’est pas une excuse pour abandonner le personnage parce qu’ils ne savent plus quoi faire avec (j’aime bien Nate, même s’il est un peu glace à la vanille, il faudrait juste que la série le fasse exister en dehors de son histoire d’amours ce qui est ce qu’ils sont en train de faire, je vais arrêter cette parenthèse maintenant). Et le tatouage de Ray, et Ray en mode punk et, et, et… c’était très chouette tout ça.

La vie elle est belle ? Avec Legends of Tomorrow, la vie est souvent belle et cette semaine ne fait pas exception. Si vous ne regardez toujours pas la série, il est temps de vous y mettre (et vous pouvez sauter la première saison, elle n’est pas représentative de la suite de la série).


Bilan : Du soleil, des papillons, de la joie partout de la joie

Et bien, pour une petite semaine, ce fut une semaine riche en émotions ! Forcément, puisqu’Arrow m’a enchantée, c’était déjà un poids mort en moins, mais que tout ça se conclue sur le retour d’un visage familier dans Legends. Un miracle de Beebo Day si j’en connais un.

  • La gagnante de ma semaine : Arrow
    Oui, oui, oui, je suis sur le cul aussi. N’en parlons pas trop, cela ne va forcément pas durer.

  • La perdante moins gagnante de ma semaine : Supergirl
    Une place obtenue par défaut, parce que Legends reste Legends et au-dessus des autres séries de l’Arrowverse. Hé, regardez, first to last et last to first par rapport à la semaine passée. C’est fou.

Avec ce débrief, je suis enfin à jour dans les critiques des épisodes que j’ai vu – ou presque. En effet, je me suis lancée dans l’épisode d’Arrow directement après avoir fini cette semaine (moi même j’y crois à peine) et ça fait donc un moment que je l’ai vu… et y’a également le fait que j’ai craqué et vu tous les épisodes de Legends of Tomorrow d’un coup afin de me préparer au crossover, oubliant que les Légendes n’en faisait pas partie cette année – je ne regrette cependant rien parce que bon sang de bonsoir qu’est-ce que leur épisode était bien. Ah, et j’ai vu le crossover, aussi. Bref, mis à part ses écarts, j’ai plein d’épisodes à rattraper et je vais tâcher d’être plus disciplinée histoire d’être à jour avant la fin du hiatus. Doigts croisés.

Et vous, qu’est ce qui vous emballe dans l’Arrowverse ?
Laquelle des séries a gagné votre semaine ?


Débrief de l’Arrowverse : saison 2018-2019
Semaine 4 | Semaine 5 | [Semaine 6]

Publicités

2 commentaires sur “Cette semaine dans l’Arrowverse #5 | La vie est belle

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.