Ma semaine devant l’écran #77-78-79 | Tranquillité

Bien le bonjour,

C’est les vacances dans la famille, et là ou d’habitude, je l’avoue, j’aime passer mes nuits à regarde l’écran, j’ai été trèèèès raisonnable. Une semaine sans rien ne voir, puis quelques rattrapages sur les deux autres, surtout durant des jours de pluie. Je sature de la famille, mais j’aime mieux prendre un livre pour me relaxer. Je me surprend moi-même, j’ai passé plusieurs fois plusieurs jours consécutifs sans allumer mon PC, même après avoir retrouver l’accès à Internet. J’espère tout de même un retour à la normal avec un retour à la maison, je commence à m’inquiéter moi-même.

Bref, lors de ces trois semaines, j’ai vu : la saison 3 de Stranger Things, la fin de la saison 5 de Black-ish, la fin de la saison 5 aussi dernière saison de You’re the Worst, et quelques épisodes de Jane the Virgin saison 5. Beaucoup de saisons 5, tiens. Et rien de mon programme hebdomadaire, donc je suis officiellement très en retard partout.

Allons-y, parlons séries.

Rattrapages estivaux

Stranger Things saison 3

Le bon d’être en famille c’est que j’ai trouvé une audience réceptive pour regarder avec moi la troisième saison de Stranger Things et c’est bonne chose parce que j’aurais définitivement abandonné seule. J’ai trouvé les premiers épisodes épuisants, avec trop de coupe “suspense” à mon gout ; j’ai bien plus accroché par la suite, donc je suis contente d’avoir eu des gens motivés pour me motiver.

Ce que j’ai beaucoup aimé dans la saison : les couleurs et les vêtements (et ce compris les shorts bien trop court des garçons bien trop grands), Max et El, tout ce qui concerne Scoops Ahoy, l’aspect bien dégueu du monstre et tous les moments où les pré-ados se comportent en pré-ados. Je n’ai rien contre le coté super-cliché des méchants russes, ni le machisme de Hopper (qui ne m’a en rien étonnée). J’ai bien aimé la façon dont la saison se termine, jusqu’au petit teaser (if you didn’t see the body…, comme ils disent). Pour faire bref : j’ai passé un plutôt bon moment.

Cela étant dit, un truc m’a vraiment beaucoup chafouinée : l’intrigue de Billy. Je me pose beaucoup de questions sur les arcs de rédemption en ce moment, et je n’arrive pas à savoir ce qu’on est censé penser de Billy. Je sais ce que moi j’en pense : que c’est un mec abusif, violent, et possiblement raciste. Sa fin ne retire pas tout ça. Quand à son passé… Je l’estime important pour comprendre la personne, mais je fatigue aussi de cette tendance qu’ont les séries à forger des héros de dernière minute grâce à une enfance terrible (ou tout autre révélation pas vraiment surprenante mais assurée d’attirer notre sympathie, genre le méchant donne plein d’argent à un orphelinat, ou se porte volontaire aux restos du cœur ou je ne sais quoi). D’autant plus que la saison 3 ne fait presque aucune mention du comportement atroce de Billy lors de la saison précédente, si bien que n’importe qui reprenant la série ne le verrait que comme un “petit con” et ça, ça m’agace vraiment. Bouh. Pas contente.

Black-ish saison 5, épisodes 15 à 23

Mis à part quelques épisodes où Dre faisait trop son Dre, j’ai passé un plutôt bon moment devant cette fin de saison de Black-ish. J’ai particulièrement aimé l’épisode sur le football (“FriDre Night Lights”), probablement parce qu’il utilise bien Jack (et aussi peut-être à cause des références à Friday Night Lights, je suis humaine après tout). Je ne suis pas contre l’intrigue de Junior, même si elle a trainé tout au long de la saison pour être super-accélérée sur la fin – après, c’est exactement ce qu’ils ont fait avec la séparation de Bow et Dre la saison passée, donc c’est pas étonnant. Je suis curieuse de voir comment tout ça va se passer maintenant qu’il se retrouve indépendant et hors de la maison.

You’re the Worst saison 5, épisodes 9 à 13

Je n’ai pas été à fond tout au long de la saison de You’re the Worst, mais ce dernier épisode est tellement parfait que tout est pardonné.

Commençons par le moins bon : j’ai pas trop aimé l’idée des flash-forwards trompeurs, tout d’abord parce que ça ce voyait venir gros comme une maison qu’ils étaient trompeurs, ensuite parce que les explications finales font un peu bâclées. J’ai aussi trouvé que l’intrigue de Lindsay n’en finissait plus, surtout que c’est comme ça depuis plusieurs saisons ; peut-être que c’est juste le personnage et que je suis trop difficile. De toute façon, ce n’est pas grave parce que, comme je le disais, tout est pardonné.

Tout ce qui concerne Gretchen sur cette fin de saison, j’ai trouvé magnifique. “Magical Thinking” m’a prise aux tripes, et c’est resté comme ça jusqu’à “Pancakes”, le finale. Jimmy, par son déni et sa fragilité, est également parvenu à m’émouvoir – et ce n’était pas gagné. Et Edgar… Ah Edgar il est bien trop bon pour ce monde.

You’re the Worst a eu ses hauts et ses bas, et elle part sur le plus haut possible.

Jane the Virgin saison 5, épisodes 8 à 13

Bon. J’ai fait mon deuil de Michael il y a une saison, et encore une fois la semaine passée et franchement, c’était difficile. Si je m’étais réchauffée à la romance Jane-Rafael, je ne l’ai jamais autant chérie que le conte de fée qu’étaient Jane et Michael ensemble. Disons les choses comme elles sont : il aurait été plus facile que Michael ne revienne pas à la vie ; mais après, ce n’aurait pas été Jane the Virgin.

A partir de “Chapter Eighty-Nine”, l’épisode ou j’ai repris cette semaine, il n’y a plus de triangle amoureux dans Jane : c’est juste notre héroïne en train d’essayer de reconquérir le père de son enfant, ce qu’elle parvient finalement à faire dans “Chapter Ninety-Three”. Je me suis arrêtée à l’épisode suivant, où nos héros décident de se marier plus tard et qui, je pense, marque la fin des montagnes russes pour le couple. Ouf.

Dans tout ça, Mateo est diagnostiqué d’un trouble de l’attention, Xo entre officiellement en rémission et décide d’entamer des études d’infirmière, Alba et Jorge se marient (et Jorge devient nettement moins sympathique, à mon humble avis), Luisa se retrouve une fois encore mise de coté (mais cette fois-ci, ce n’est pas de sa faute), Petra et JR se remettent ensemble puis se reséparent, et enfin, Rogelio entame une nouvelle série où il porte une queue parce qu’il est un peu mutant martien – sign me up pour un spin-off. Bref, toujours plein d’intrigues, pour le meilleur.

Bilan : Cela nous fait 27 épisodes vus, pour un total de 157/683, soit 22,99% de mon objectif. Tout ça prend un peu l’eau, mais c’était prévu. On fera mieux en rentrant à Bruxelles !


Je n’aurais pas vu grand chose en presque quatre semaine de vacances et je ne m’en porte pas si mal que ça. Je me sens reposée, ça faisait longtemps !

Et vous, qu’avez-vous vu de bien pendant les vacances ?

Une belle journée – et à bientôt,

Enid

4 commentaires sur “Ma semaine devant l’écran #77-78-79 | Tranquillité

  1. Je suis moins clémente que toi avec la troisième saison de Stranger Things que j’ai trouvée vraiment mauvaise, c’est une copie de copie d’un truc qui était déjà copié de pleins d’autres choses. Au bout d’un moment, achetez-vous un cerveau, de l’imagination et essayez de servir autre chose que cette soupe infâme de bons sentiments / féminisme consumériste à deux balles destinées aux ados de 14 ans et demi parce que là, franchement, c’est l’overdose.

    Et puis le final avec la scène post-générique tellement pleine de tension ohalala on devine pas du tout ce qui va se passer hein, je dis non. Stop. Faut arrêter le massacre, Netflix.

    J'aime

    1. Ah, mais c’est que je suis souvent clémente – à moins d’avoir un rejet épidermique, j’ai toujours envie de voir le bon coté des choses. Ici, je l’ai vu en famille, avec notamment une ado de 13 ans qui se régalait et au final, je pense que c’est plutôt elle le public cible que moi. Certes, y a moyen de faire du « pour toute la famille » de meilleure qualité, mais je reste contente d’avoir un truc que je peux partager avec ma soeur/ discuter avec mes jeunes cousins. Quand j’avais leur age, j’ai tout de même vu des trucs vachement pire que jamais mes parents n’auraient regardés avec moi (ou l’ont fait en levant les yeux aux ciels, à mon plus grand agacement).

      Ce qui m’a fait surtout plus dans le teaser, c’est que tout le monde autour de moi s’émouvait de la mort de Hopper… gniark.

      Après je pense que je n’aurais jamais pu la regarder seule, ça m’aurait trop agacée. Si j’ai pas l’occasion de regarder avec quelqu’un la prochaine saison, je ferai probablement l’impasse.

      J'aime

      1. Ah oui, on est d’accord sur la question du public cible – mais j’ai l’impression que Netflix commence à viser presque uniquement la tranche des 12-20 ans (je n’ai pas d’autres explications pour justifier l’existence de La Casa de Papel et de Riverdale). Je connais également des fans ultimes de la série ST (et elles ont l’âge de ta petite sœur en gros).
        Je croyais pas trop à la mort de Hopper et franchement c’est dommage parce qu’Eleven qui lit la lettre solo allongée par terre, c’était presque bien foutu. Une des rares scènes que j’ai pas trouvées gênantes, un peu.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.