Ma semaine devant l’écran #80-81 | Confort

Bien le bonjour,

Je pensais profiter de mes dix jours sur Bruxelles pour m’enfiler des séries tout plein… et finalement, j’ai surtout lu. Et dormi. Beaucoup dormi. J’ai l’impression d’appliquer mes stratégies d’évitement, d’habitude réservées à mes responsabilités scolaires, à mes séries, ce qui est peut-être signe qu’il est grand temps de faire un tri. Mais à vrai dire, “faire le tri dans mes séries” sonne comme une corvée que je vais chercher à éviter. M’en sortirai-je donc jamais ?!

Balayons ces incertitudes. En septembre, je vais commencer ma thèse, ce qui veut dire le retour de mes angoisses scolaires et donc, croisions les doigts, de mon besoin de m’échapper un peu. J’ai arrêté d’être régulière sur le blog au moment où j’ai rendu mes dossiers de financements, donc tout cela ce doit d’être liés. Si ces explications ont l’air une fois encore de stratégies d’évitement je ne vois pas ce que vous voulez dire. Tout va bien. Je suis quelqu’un d’équilibré et de sain dans tous les aspects de ma vie.

Je disais ? Lucasfilm, via Giphy.

Je disais donc : je n’ai pas regardé grand chose ces dernières deux dernières semaines. J’ai décidé d’accompagner ma coloc dans son rewatch de Downton Abbey – l’occasion de me rendre compte que j’avais en réalité vu la majorité de la saison 1 et donc qu’elle reprenait pile-poil là où je m’étais arrêtée, si ce n’est pas merveilleux. Merveilleux pour moi en tout cas, puisque j’ai été prise d’envie d’enfin m’y mettre vraiment. Moins merveilleux pour elle qui aime regarder ses séries petit à petit parce qu’on a vu toute la saison 2 en un jour. Aucun regret. Pour moi de nouveau – je pense qu’elle se mord un peu les doigts de m’avoir trop bien vendu la série. Anyway, j’avance un peu sur le débrief, mais franchement, c’est tout ça en moins de blabla pour plus tard. A part mon avancement dans Downton Abbey, j’ai enfin terminé Jane the Virgin et… c’est tout. Je vais probablement regarder quelques épisodes de quelque chose dans mon bus dimanche, mais d’ici-là, l’article sera partie dans l’Internet et ce sera donc pour le prochain débrief. Ah, d’être à jour dans mes publications (et en vacances, encore) !

Je dis c’est tout, c’est tout, mais j’oublie de mentionner la meilleure partie de ma semaine : mon revisionnage de l’adaptation mini-série de 2008 de Sense and Sensibility (Raison et Sentiments). Si vous me suivez sur twitter, vous avez probablement idée de l’ampleur de mon obsession et non, je n’en suis toujours pas remise – je crains que ce ne soit jamais plus le cas.

Jane the Virgin saison 5, épisodes 14 à 19

Jane the Virgin est une série chère à mon cœur, et je la recommande chaleureusement aux amateurs de séries rocambolesques plein de cœur et d’énergie. Cela étant dit, j’ai moins accroché à cette dernière saison, et sur la fin, j’avais juste envie d’arriver à la conclusion. C’est vraiment chouette que la série ait pris le temps de conclure toutes ses intrigues – j’ai particulièrement apprécié qu’on revoit Michael pour une fin dans la paix, faute d’avoir apprécié son retour en premier lieu. Peut-être que je suis de mauvaise fois et que la raison pour laquelle je n’ai pas accroché et la romance Jane-Rafael, mais j’aime espérer que ce n’est pas le cas ; je pense que ça a plus à voir avec le fait qu’arrivée à l’épisode 14, la série n’avais plus rien de vraiment nouveau à dire. Et certes, 5 épisodes de conclusion ça permet de faire ça trèèèès bien, sans se précipiter, avec coeur et délicatesse mais bon sang, 5 épisodes de conclusion c’est aussi loooooong lorsqu’on sait que la série va forcément bien se finir.

Bon allez, j’arrête, j’ai l’impression d’être mauvaise avec ce petit rayon de soleil qu’est Jane the Virgin. Les Villanueva vont me manquer grave, quoique pas autant que Petra. Je me réjouit déjà d’un prochain revisionnage. (Et puisque j’ai regardé “Chapter Ninety-Nine”, aka l’épisode making-off, après le finale, j’en ai déjà très envie. Rah !)

Bilan : Seulement 6 épisodes pour le rattrapage de l’été cette semaine, je ne sais pas ce qui se passe (enfin si, je sais, mais voilà voilà). En tout, on en est à 163 épisodes vus/683 à voir, soit 23,86% de mon objectif. Je n’ai pas gagné un pourcent entier cet semaine, c’est vraiment ridicule. Mais rappelons-le : mon objectif est inatteignable, donc tout va bien.

Downton Abbey saison 1 et saison 2

Comme je le disais dans l’introduction, ma coloc m’a enfin convaincue de regarder avec elle Downton Abbey, seulement pour que je me rende compte que j’avais en réalité vu toute la saison 1. Je pensais m’être arrêtée au premier épisode. Je ne comprends toujours pas comment tout ça est possible. Qu’importe ! Du coup, j’ai repris avec elle la fin de saison 1, puis j’ai revu le début toute seule histoire de rafraichir un peu tout ça.

Anyway, je suis bien contente de m’y être remise, c’est juste la bonne dose de bonnes intentions dont j’avais besoin. D’une manière générale, tous les personnages sont gentils (mis à part deux-trois personnages, mais on les repère vite) et c’est super reposant. Pour deux saisons se déroulant en tout sur huit ans, il ne se passe pas grand chose – sauf lorsqu’il s’agit de twists et de drames, là on est servis. C’est tout de même bizarre d’avoir voulu étendre autant ces premières saisons (dans la saison 2, c’est curieux parce que chaque épisode ou presque se déroule lors d’une permission de Matthew, à des mois d’écarts ; et ne me lancez pas sur “l’épidémie de grippe espagnole”), mais ça reste très efficace. Il y a des retournements de situations qui font mal au cœur, mais pour chacun d’entre eux, il y a les amours impossibles, les jolis accents, et la joute de Maggie Smith – non, vraiment, c’est charmant.

Downton Abbey saison 3, épisodes 1 à 6

Rah mon coeur ! A la fin de la saison 2, les choses sont pour le meilleur, mais forcément, ça ne peut durer. L’épisode 6 de la saison 3 est un couteau dans le cœur ; les temps vont être plus sombres pour Downton. Au passage, c’est aussi la preuve de mon nouveau théorème de prédiction des atrocités dans Downton Abbey : lorsque quelque chose de terrible doit se passer, ce sera soudain et au court d’un unique épisode ; si une intrigue dramatique est trainée en longueur, tout finira par s’arranger pour le meilleur. Cela pourrait s’avérer faillible sur le long terme, mais pour le moment, c’est le meilleur moyen que j’ai trouvé pour me préparer au pire tout en profitant le meilleur.

Avant de conclure, et puisque je parle Downton, j’ai une question : Qui d’autre ici est sérieusement terrifié de Bates ? Il est présenté comme cet héros de tous les jour plein de noblesse et d’honneur, mais toujours filmé dans l’ombre, avec un petit sourire qui pourrait cacher un complot meurtrier – ou c’est juste moi ? (Je cherche désespérément un montage de ses moments avec Anna sur une BO de film d’horreur en arrière plan mais jusqu’à présent, chou blanc.)


C’est à la fois peu et énormément pour cette semaine – parce que pas grand chose, mais beaucoup d’émotions. J’ai très envie de me refaire toutes mes adaptations d’Austen, et presque de reprendre Legion pour Dan Stevens mais en attendant, je repense à Edward coupant du bois, sous la pluie,essayant sans succès d’évacuer sa frustration d’être un homme honorable quand bien même cela veut dire sacrifier l’amour, sous l’incompréhension de sa douce et tendre…

Non mais vraiment, je ne m’en remets pas. Sense And Sensibility/BBC, via Luxken27. Voir aussi Legioned parce que bon, on je ne s’en lasse pas.

Knightley peut se recoucher, j’ai un nouveau favori.

Et vous, qu’avez-vous vu de bien (quoique forcément moins bien que moi #DontFightMeOnThis) cette semaine ?

A la semaine prochaine, on l’espère avec une mise en page,

Enid

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.