Cette semaine dans l’Arrowverse #5 | La vie est belle

Gamin : You smashed my Beebo !
Otis Graves : That’s a metaphor for life.

– dans Supergirl S04E04

Live is life
Na, na, na, nana

– Opus, « Live is Life » (mieux chanté en broken English)

Une semaine avec deux Beebo aperçus alors que seulement trois épisodes sont diffusés se doit d’être une bonne semaine. En l’honneur de Beebo, des jolies choses de la vie et aussi parce que j’ai tellement de retard dans mes séries DC que si je me lance dans des introductions de deux pages chaque semaine je ne vais pas suivre (comment ça, je ne suis déjà pas ? Vous avez tout à fait raison, mais est-ce vraiment le moment pour me rappeler à l’ordre ?), je propose que cette semaine on ne parle que câlins, courage et joie de retrouver des amis longtemps oubliés. Une semaine dans l’Arrowverse où on ne retient que le positif… même moi j’y crois moyen, mais promis je vais essayer.

Truer words were never spoken. The CW/ Arrow. Source : The Universe of Sim

Ne vous en faites pas, je vais tout de même chipoter un peu, mais ce sera bien ça, du chipotage. Beebo n’est qu’amour après tout, et l’amour c’est la vie, Otis peut bien se mettre sa métaphore là où il veut. Le cynisme n’est pas bienvenue ici cette semaine.

Allez, parlons faux semblants, retour en force inespérés et bonnes surprises ; parlons Supergirl, Arrow et Legends of Tomorrow.

Lire la suite « Cette semaine dans l’Arrowverse #5 | La vie est belle »

Publicités

Cette semaine dans l’Arrowverse #4 | Justesse, justice, justiciers

My husband spent the last six years fighting for the people of this city, risking everything, and now he sits in prison, his life on the line, while this monster gets to walk free. That isn’t justice.

– Felicity, dans Arrow S05E03

justicier, justicière, nom (de justice). Personne qui agit en redresseur de torts sans en avoir reçu le pouvoir.

justice, nom féminin (latin justitia). 1. Principe moral qui exige le respect du droit et de l’équité : Faire régner la justice. […] 5. Institution chargée d’exercer le pouvoir judiciaire, d’appliquer le droit : Poursuivre quelqu’un en justice.

–  Dictionnaire Larousse

Appelez ça déformation professionnelle ou bien-penser maladifs, mais je ne peux pas m’empêcher de me questionner sur le sens du mot « justice » dès que je regarde ou lit des histoires de super-héros. Tout ça parait bien loin lorsqu’ils portent des collants moulants et ont des super-pouvoirs, mais le fait est que les milices de « justiciers » sont belles et bien réelles, et actuelles. Ce sont des gens opèrent en dehors de la loi nationale, au nom d’un principe qu’ils estiment plus élémentaire comme la « justice », la « sécurité » ou la « défense de leurs droits humains », afin de redresser un mal qu’il perçoivent comme n’étant pas une priorité des services qui sont chargés de s’en occuper (au mieux) ou comme étant facilité par ces mêmes services (au pire). Ce sont des gens qui patrouillent aux frontières ou dans les rues pour retenir au loin des individus qu’ils pensent indésirables (ou, au contraire, les aider), qui font des campagnes en masse sur les plate-formes sociales afin de bloquer certains usagers ou d’orienter les résultats moteurs de recherches (ou, au contraire, les réhabiliter), et ce sont des gens qui, parfois, vont s’estimer en droit d’utiliser la violence au nom de leur cause.

Lire la suite « Cette semaine dans l’Arrowverse #4 | Justesse, justice, justiciers »

Cette semaine dans l’Arrowverse #3 | Pour le meilleur et pour le plus magique

We didn’t screw things up for the better this year. We screwed things up for the more magical.

– Nate, dans Legends of Tomorrow S04E01

And above all, watch with glittering eyes the whole world around you because the greatest secrets are always hidden in the most unlikely places. Those who don’t believe in magic will never find it.

–  Roald Dahl, The Minpins

Troisième semaine dans l’Arrowverse et ça y est, on a enfin le programme complet. Trois soirée, cinq épisodes, et des séries qui ont un point de départ commun, mais une approche très différente aux super-héros. J’essaye très dur de rester à jour, mais j’ai eu le malheur de partir en vacances et me voilà avec 15 épisodes de retard – je tâche donc de les regarder dans l’ordre (Arrow entre Supergirl et Legends, ça passe toujours mieux) et de vous les débriefer, même si un peu en retard. Le monde n’est pas parfait après tout.

Si y’a bien des gens qui savent que le monde n’est pas parfait, d’ailleurs, ce sont les super-héros. Comme je le disais la semaine passée, la saison 2018-2019 de l’Arrowverse semble vouloir explorer les conséquences des actions de ses héros. C’est l’utilité même des justiciers elle-même qui est remise en question : font-ils vraiment plus de bien que de mal ? C’est drôle de voir comment chaque série y répond. Supergirl brandit les valeurs humanitaires. Arrow se morfond dans la culpabilité tout en restant persuadé d’avoir raison. The Flash se voile d’un drap de mystèreBlack Lightning préfère la réalité nuancé. Et Legends of Tomorrow… bah Legends of Tomorrow assume, à 100%. Dans une des premières scènes de l’épisode, les Légendes célèbrent leur victoire : ils ont réparé l’histoire ! « The same history we broke« , rappelle Nate ; « Just take the win« , conclue Sara. Et ça suffit bien. Les conséquences peuvent être source de drame ; elles peuvent également être le début de beaucoup d’amusement. Cette année, les Légendes font dans le folklore, les contes, la magie – pour ne pas dire, les légendes – et parlent un langage qui me plait bien plus que les grognements d’Oliver Queen.

Quelle série de l’Arrowverse a été la plus magique cette semaine ?
Lesquelles ont fait de leur meilleur ?

Lire la suite « Cette semaine dans l’Arrowverse #3 | Pour le meilleur et pour le plus magique »

Cette semaine dans l’Arrowverse #1-2 | Tout est sous contrôle

For the first time in my life, I’ve got everything under control
–  Supergirl, dans Supergirl S0401

John, the kind of control you’re attempting simply is… it’s not possible. If there is one thing the history of evolution has taught us it’s that life will not be contained. Life breaks free, it expands to new territories and crashes through barriers, painfully, maybe even dangerously, but, hum… well, there it is
– Ian Malcolm, dans Jurassik Park

J’ai attendu trop longtemps que pour discuter des mes épisodes vus ces dernières semaines, mais ce retard à du bon sur un point : je peux discuter en bloc des rentrées de l’Arrowverse, à l’exception de Legends of Tomorrow, mais vraiment, cela est peut-être pour le meilleur (c’est toujours plus facile de mettre en avant les efforts de chacun lorsque la tête de la classe ne frime pas avec son 20/20, non ?). The CW a décidé de commencer sa saison en diffusant des super-héros sur trois soirées : Supergirl le dimanche, Arrow puis Legends of Tomorrow le lundi, The Flash et Black Lightning le mardi : pour nous, ça tombe pile poil bien avec les J+1 (et des poussières pour Netflix), permettant une petite discussion de mi-fin de semaine (dès que j’aurais réglé le planning). J’avais en effet envie de consacrer un peu plus de temps en dehors de mes débriefs hebdomadaires parce que j’étais constamment frustrée la saison passée et je m’étalais parfois trop en longueur ; d’un autre coté, je n’ai pas systématiquement à dire sur chaque épisode. Avec une critique groupée des cinq séries, ça devrait équilibrer tout ça et être super-pratique pour me tenir à jour. Je ne le répéterai jamais assez : je ne veux pas me retrouver à binger une demie saison de Arrow lors du prochain cross-over, c’est psychologiquement trop demandeur.

Même sans Legends, la rentrée de l’Arrowverse se fait en beauté, ce qui n’était pas gagné. J’étais plus que sceptique sur la saison 6 de Arrow, partagée sur Black Lightning, et malgré mon avis plutôt favorable sur les finales de Supergirl et The Flashmes débriefs hebdomadaires reflétaient mes sautes d’humeur. Mais si il y a quelque chose que l’Arrowverse sait bien faire, ce sont les bonnes résolutions de rentrée, et cette année ne fait pas exception ; reste à savoir si elles seront tenues.

Alerte spoilers : Pour ceux qui ne regardent pas toutes le séries, je vais tenter, au mieux, de faire des paragraphes séparés pour chacun des épisodes ; cependant, le but de ces articles est tout de même de faire des parallèles dans une discussions globale, alors évitez les introductions et les conclusions.

Lire la suite « Cette semaine dans l’Arrowverse #1-2 | Tout est sous contrôle »

38 ans et toutes leurs dents | This Is Us S03E01 : « Nine Bucks »

Je n’étais pas partie pour écrire une critique entière du premier épisode de la troisième saison de This Is Us mais, arrivée à 1200 mots, je me suis dit « peut-être que c’est un peu trop détaillé pour mon débrief hebdomadaire, non ? » C’est par des remises en questions de la sorte que je tente d’évoluer, pour lamentablement me ramasser dans trois semaines lorsque je n’ai pas d’inspiration et que j’arrête la série de peur au lieu de la critiquer (non mais en vrai, j’ai prévu de me remettre à The 100, et American Crime Story, et Smallville !).

Quoi qu’il en soit, c’est la reprise de This Is Us, un nouvel anniversaire pour les Pearson, beaucoup de larmes en perspective ; et je ne suis pas sûre d’être prête.

Lire la suite « 38 ans et toutes leurs dents | This Is Us S03E01 : « Nine Bucks » »

100 Things I Hate About You | The 100 S05E07 : « Acceptable Losses »

Le plus dur, dans le monde dystopien de The 100 ne sont pas les dangers qui rôdent un peu partout, ni même les ennemis jurés (malgré ce que j’ai pu affirmer auparavant). Non, le plus dur, le plus dur c’est d’aimer. 

Ah non, effacez-moi donc ce rictus, je vais vous le prouver.

La semaine passée, on laissait nos héros sur en position tendue. Echo, tentant de se prouver à sa belle-soeur (mais aussi, un peu, de survivre, oui ?) acceptait d’infiltrer les Prisonniers en partant avec les déserteurs de Wonkru… que Diyoza essayait d’attirer en leur proposant de la bouffe. Ca fonctionne, sauf qu’Octavia butte la plupart des déserteurs au passage, au grand désespoir de frérot Bellamy. Clarke, elle, voulait aussi partir avec Madi, qui est la dernière Nightbleeda en vie et donc en danger de mort. Sauf qu’à la place, Madi a fait un pacte avec Octavia, et est devenue une guerrière Wonkru. Abby continue de se droguer et de soigner les Prisonniers, si bien que Kane renifle le cul de Diyoza en prétendant qu’il s’agit là d’une histoire de morale.

[Hé ! J’ai réussi à résumer l’épisode en neuf lignes ! Y’a vraiment besoin que je rattrape ma critique ?]

Cette semaine, les tensions se font ressentir au travers des relations clés de la série. C’est bien simple : tous les duos vont mal. C’est l’occasion pour de grandes déclarations de haine et des méchancetés gratuites ; mais comme c’est souvent le cas lorsqu’on est au lycée, tout ça c’est surtout une preuve d’amour.

Combien de temps avant la crise d’adolescence de Madi ?
Qu’est-ce qui est le plus susceptible d’arriver en premier : Abby arrête la drogue ou Clarke esquisse un sourire ?
On prend les paris sur les couples qui ne tiendront pas la saison : Abby-Kane, Echo-Bellamy ou Octavia-Wonkru ?

Les réponses tout de suite dans… 100 Things I Hate About You The 100 !

CW-The-100-S05E07-0.png

Lire la suite « 100 Things I Hate About You | The 100 S05E07 : « Acceptable Losses » »

Que faire des épisodes bonus de Lucifer… à part les regarder ? | Lucifer S03E25-26 : « Boo Normal » et « Once Upon a Time »

Il y a un peu plus d’une semaine, la Fox annonçait qu’elle diffuserait les deux épisodes « bonus » de Lucifer, qui avaient été produits pour faire partie de la saison suivante. A grands coup sde #SaveLucifer, la twittosphère s’est enflammée pour demander aux propriétaires de Nielson de regarder la série sur leur téléviseur, et aux autres de le faire via les plateformes de streaming légales : toutes les vues comptent. Bon, pas celles de nous autres Européens, puisqu’on n’a pas accès auxdits médiums, mais hé, j’ai déjà fait ma part en regardant la série sur Netflix, ne m’mettez pas ça sur le dos. [Oui, je réalise que personne ne m’a accusée de rien, mais j’peux pas m’empêcher d’être sur la défensive, je me sens impuissante face à la situation.] Le but ? Montrer à tous les repreneurs potentiels que la série a bel et bien une base de Lucifans dévoués qui regarderont la saison prochaine.

Pour le moment, pas de commentaire n’a été officiellement émis sur un rachat. L’audience n’était pas top mais ceux qui regardaient ont fait du bruit sur Twitter ; ce qui n’est pas mal du tout lorsqu’on considère que ça fait deux semaines que la base se mobilise. Les Lucifans sont infatigables. Enfin, notez que le finale de la saison trois, « A Devil of my Word » (dont je vous parlais dans mon débrief de saison) est devenu l’épisode de série le mieux noté de IMDb ! Bon, ce n’est pas une donnée hyper fiable, ni représentative de la qualité de la série : il y dépasse « Battle of the Bastards » de Game of Thrones, « If-Then-Else » de Person of Interest, ou encore « Blink » de Doctor Who, ce qui est du grand n’importe quoi – notons également un épisode de Suits en treizième place, bien avant « Once More With Feelings » de Buffy et « Modern Warfare » de Community, donc clairement je ne comprends rien à l’opinion publique. Cependant, cela permet de confirmer quelque chose que la série est bien plus populaire que ce que les mesures traditionnelles d’audience permettent de montrer.

A titre personnel, je n’étais pas forcément emballée à l’idée de me farcir deux épisodes « en dehors de la chronologie » (ce qui, en fait, est une simplification grotesque de la chose). Si vous avez suivi la troisième saison, vous savez qu’elle se finit sur un cliffhanger – d’ailleurs vous le savez probablement même si vous n’avez pas suivi la troisième saison – et je trouvais l’idée de « l’ignorer » plutôt agaçante. Et puis en cas de reprise, on en fait quoi de ces deux histoires ? On les oublie ? Ca risque d’être difficile, étant donné que ces deux épisodes, présentés comme des stand-alone participent en réalité à étendre la mythologie de la série et à développer ses personnages. De là, je me retrouve un peu coincée : si ces deux épisodes sont les derniers derniers de la série, c’est dommage qu’on se retrouve sans résolution du cliffhanger et de tous les enjeux émotionnels qu’il amenait au profit d’un statu quo (à un ou deux détails près, les épisodes auraient pu faire partir de la saison trois) ; si ils permettent de sauver la série, ce sera très chouette, mais ils s’inscrivent du coup dans une chronologie bizarre, et ça, c’est dommage parce que ces deux épisodes apportent beaucoup à l’univers de Lucifer.

Pas vraiment, c’est juste que je suis un peu chiante. Fox via Giphy

Du coup voilà, si ça ne tenait qu’à moi, j’aurais préféré que les épisodes restent enterrés et ne fassent surface dans quelques mois pour m’aider à faire la paix avec l’annulation (ce que je ne ferais pas pour un épisode hors chronologie de Pushing Daisies), ou soient diffusés dans la saison quatre par un repreneur, comme initialement prévu. Mais ça ne tiens pas à moi, même pas un tout petit peu du tout : ici donc s’arrête ma plainte, que j’échange contre une satisfaction parce que, malgré mes réserves et mon agacement, j’ai apprécié ces deux épisodes, les réponses qu’ils ont apporté à certaines questions en suspens et le plaidoyer parfait qu’ils font pour un renouvellement.

Le premier épisode, « Boo Normal », est centré sur le personnage d’Ella qui, au cours d’une enquête, reçoit la visite d’un vestige de son passé qui réveille en elle des insécurités qu’elle pensait avoir enterré. Le second, « Once Upon a Time », est le conte d’un monde juste un peu différent, un monde où Dieu n’a pas mis Chloe sur le chemin de Lucifer, un monde où tous les héros sont maîtres de leur destins, pour le meilleur ou pour le pire.

Discutons de l’un et de l’autre, et surtout de tout ce que ça veut dire pour la mythologie ! Il va sans dire que la suite comprend des spoilers sur la saison 3 de Lucifer.

Lire la suite « Que faire des épisodes bonus de Lucifer… à part les regarder ? | Lucifer S03E25-26 : « Boo Normal » et « Once Upon a Time » »