Ma semaine devant l’écran #43 | Nuits blanches, deuxième édition

Bien le bonjour,

Travailler c’est bien, mais dormir la nuit, c’est mieux. Je ne sais pas qui blâmer, le stress ou l’acquisition récente de Two Point Hospital, mais j’ai presque pas dormi cette semaine alors forcément, je suis KO. Deux nuits blanches, c’est beaucoup trop ; j’ai plus vingt ans après tout.

Cette semaine a été plutôt light en séries – vraiment. J’ai vu les nouveaux épisodes de 9-1-1, Black-ish, The Kids Are Alright, Single Parents, Dix pour cent (fin de saison) et Modern Family et je me suis mise complètement à jour dans This Is Us et… c’est tout ! Je suis en retard dans tellement de série que je ne sais pas par où commencer, alors je ne regarde rien. Radical, comme solution. En attendant, il y en a deux qui sont parties en hiatus et une qui s’est conclue, alors va bien falloir un peu ré-étoffer ce programme.

Allez, parlons séries.

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #43 | Nuits blanches, deuxième édition »

Publicités

Ma semaine devant l’écran #42 | Films de Noël et chocolat-amaretto

Ho-ho-ho,

On a beau à peine entamer le dernier tiers du mois de novembre, c’est déjà Noël partout, en particulier sur Netflix qui nous inonde de ses productions de films de saisons à l’eau de rose – non pas que je me plaigne, personne ne me force à les regarder, je n’ai qu’à me blâmer pour la faiblesse de ma volonté. Pourtant, en Belgique, avant Noël on a la Saint-Nicolas (que personnellement, je ne fête pas parce que je suis une fausse Belge malgré mes efforts), et avant la Saint-Nicolas, les étudiants ont la Saint-V. Alors certes, je ne suis plus étudiante, et clairement, la célébration de la fondation de la première université libre de Belgique est un prétexte pour boire du chocolat-amaretto au petit matin puis de la bière toute la journée avec des copains mais hé, à chacun ses traditions et ses priorités. Fêter Verhaegen et découvrir le folklore belge ont aidé à me réchauffer aux fêtes de fin d’années. Si je n’ai jamais eu de grand Noël, avec sapin décoré, dinde, et multitude de cadeaux, et si j’ai arrêté de croire au Père Noël quelque part entre mes trois et quatre ans, maintenant que j’en ai vingt-cinq, je sais ce qui me rend heureuse : être en famille, manger, puis profiter des moments où je suis seule pour regarder des films qui me font lever les yeux au ciel. Je pars donc pour une semaine de famille intense sur la fin de l’année ; en attendant, je me suis déjà gavée des nouveaux films de Noël de Netflix, si mauvais et pourtant, si bons. 

Avant de discuter de séries, voici donc mon petit top des sorties de cette année (pour une fois que le retard me sert, puisqu’entre temps, j’ai tout vu) :

4. A Christmas Prince: The Royal Wedding

La suite de A Christmas Prince, qui, vous l’aurez deviné, se déroule à l’aube du mariage entre Richard et Amber. Le savez-vous, la Royauté se soucie du peuple, et même que si elle embrasse la modernité, on peut oublier que c’est un système archaïque fondé sur un principe de supériorité du sang ?

3. The Holiday Calendar

Kat Graham joue Abby Stutton, une photographe qui se retrouve avec un calendrier de l’Avent qui lui envoie des signes qu’elle interprète mal et qui refuse de voir qu’elle est amoureuse de son meilleur ami .

2. The Princess Switch (La Princesse de Chicago)

Vanessa Hudgens fait son meilleur pour vous vendre non pas une mais deux romances improbables, celle d’un homme qui est persuadé de tomber amoureux de sa meilleure amie (sur qui il devait avoir un crush depuis un bon moment) et celle d’un Prince qui se réjouit de découvrir que la femme qu’il épouse n’est pas insipide. C’est beau l’Amour.

1. The Christmas Chronicle (Les Chroniques de Noël)

Kurt Russel est un père Noël sexy qui se recrute deux gamins en manque de magie pour l’aider à sauver Noël dans ce qui est l’équivalent d’un chocolat chaud très sucré mais aussi avec un tantinet de piment dedans.

Mais si je devais vraiment vous conseiller quelque chose, Christmas Wedding Planner est aussi disponible sur la plate-forme et c’est tout ce que promet le titre, avec garantie que vos yeux fassent un tour de 360° sur les 5 dernières minutes. C’était vraiment top.

Comme la semaine passée, mon vrai plaisir a été The Great British Bake-Off, dont j’ai vu toute la saison 6 et le début de la saison 7. Il n’y a rien de plus réconfortant que des gens qui s’acharnent pour faire des biscottis de taille régulière ou s’excitent sur du caramel. Voilà, c’est dit.

J’ai également commencé Patriot Act With Hasan Minhajsur Netflix. J’adorais The Break With Michelle Wolf et, d’une manière générale, j’essaye de suivre les créations des comédiens de The Daily Show mais j’avoue que ça me m’a pas transcendée. Je vous conseille cependant son stand-up, Homecoming King (aussi dispo sur la plateforme), comme ça nous nous séparons en bons amis.

Coté séries, qu’en est-il ? Et bien, je suis à jour dans Charmed, DuckTales, Black-ish, Splitting Up Together, The Kids Are Alright, Dix pour cent et 9-1-1, et j’ai donc regardé les nouveaux épisodes de chacune de ses séries ; j’ai aussi rattrapé mon retard dans Fresh Off the Boat, avec trois épisodes, et j’avance dans This Is Us, avec trois épisodes également (alors que j’avais arrêté la saison 3 après deux épisodes ; on reprend). Je n’ai rien bingé, ni streamé, ni rattrapé ; c’est comme si j’avais été plus productive que la semaine passée ?

Ou alors, c’est parce que j’ai passé une journée entière dans un bar et une autre à subir une gueule de bois.

Impossible de savoir.

Allez, parlons séries !

The Christmas Chronicles/ Netflix. Source : Giphy (@netflix)

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #42 | Films de Noël et chocolat-amaretto »

Ma semaine devant l’écran #41 | The gift that keeps on giving

Bien le bonjour,

Cette semaine (ou plutôt, la semaine d’il y a un mois), j’avais envie de vous partager une des raisons pour laquelle j’ai du mal à publier en ce moment (ou à faire quoi que soit d’autre, vraiment) : le stress qui m’envahit.

J’ai vécu avec le stress toute ma vie. Je suis tellement souvent stressée que je ne considère plus le stress comme du stress ; parce que alors comment suis-je censée définir les moments où je suis stressée en plus d’être stressée ? La plupart du temps, mon stress est mon allié : il me permet de me concentrer des heures et des heures de suite, me rend hyper-efficace, et est responsable de ma forme physique (je suis persuadée que mes abdos en béton sont le résultat de mon incapacité à me détendre, parce que vraiment, je ne fais aucun sport et ça n’a aucun sens si ce n’est pas ça). Quand je suis stressée mais pas assez stressée, le stress m’handicape ; alors je l’évite en m’auto-sabotant – généralement en me plongeant dans les séries – jusqu’à que d’un coup, il me donne le coup de fouet dont j’ai besoin (et hop, c’est le moment des miracles de dernières minutes, ma spécialité). Puis y’a des moments comme maintenant, où le stress me paralyse le jour, me tient éveillée la nuit… et me rend donc incapable de faire quoi que ce soit.

Vous l’aurez deviné, en ce moment je souffre d’un stress paralysant, et c’est vraiment pas fun. Je suis courbaturée de partout, je dors en position fœtale, je mets une journée à écrire trois lignes ; même binger mes séries préférées ne suffit pas à me dénouer le ventre. J’en deviens très inutile, ce qui me fait encore plus stresser parce que j’ai des deadlines dans des projets qui pourraient définir mon futur tout entier, mais je ne sais pas comment transformer ce mauvais stress en bon stress et, d’ailleurs, si je pouvais réhabituer mon corps à fonctionner sans stress ce serait bien aussi.

Et oui, je suis une de ces personnes stressée qui déteste qu’on lui dise qu’elle est stressée. Parks and Recreation/ NBC. Source : Tenor

Dans tout ça, j’ai quand même réussi à accomplir trois choses cette semaine : j’ai pris un rendez-vous chez le dentiste (même deux !), je me suis inscrite sur un site pour donner des cours particuliers et j’ai écrit un mail. Je veux dire… en sept jours, c’est pas mal, non ?

Au niveau du programme hebdomadaire, je suis ou me suis mise à jour dans Modern FamilyYou (fin de saison), Charmed, Doctor Who, Black-ish, The Kids Are Alright, Legacies, The Good Place, Superstore et Crazy Ex-Girlfriendj’ai repris Dix pour cent et j’ai enfin regardé l’épisode de novembre de Into the Dark. Je ne suis toujours pas à jour dans l’Arrowverse, mais avec un épisode de Supergirl, The Flash et Black Lightning et deux épisodes de Arrow et Legends of Tomorrow, j’ai fini la quatrième et la cinquième semaine…Enfin, j’ai regardé un épisode non-vu de I Feel Bad, avant de faire le choix de mettre la série de coté. Pour ce qui est des rattrapages, j’ai tenté de donner une seconde chance à Outlander, puis à The Originals ; j’ai également craqué pour une petite séance de binge dimanche, en regardant BodyguardEnfin, je ne vous en parlerai pas mais mon plus grand plaisir de la semaine à été la cinquième saison de Great British Bake-Off parce que c’est bizarrement une des rares choses qui ne m’angoissait pas ; d’ailleurs c’est une des rares choses que j’ai regardé pour regarder, et non pas en accéléré et/ou en faisant des tâches ménagères.

Allez, parlons séries.

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #41 | The gift that keeps on giving »

Ma semaine devant l’écran #32-33 | Les pieds sur terre

Bien le bonjour,

Il y a plus une semaine, je pensais que je pourrais publier cet article dans un délais raisonnable mais comme à mon habitude, j’ai été trop ambitieuse. Je n’ai aucune excuse : je ne suis plus étudiante, je n’ai pas commencé ma recherche d’emploi et je suis dans cet entre-deux un peu bizarre de glande un peu coupable mais pas trop parce que j’ai économisé assez que pour me le permettre. Tout ça est doublé d’un passage à vide, de journées passées sur le canapé sans parvenir à sortir, et d’une remise en question de mes choix d’étude et de vie – rien qui ne me surprenne, je n’ai jamais été très douée pour gérer les transitions. Bon, en vrai je ne fais pas rien de mes journées, hein, j’emménage mon chez-moi, j’envoie mille mails pour quelques projets que j’ai en cours, et je fais des démarches administratives pour récupérer mes diplômes éparpillés dans les différents secrétariats facultaires #ViveLesRéorientations. Aussi, je fantasme sur mon futur et c’est chouette parce que pour une fois, j’ai l’impression qu’il est proche. J’en parlerai lorsque ce sera concret ; en attendant, je suis à deux choses près de me sentir adulte (les deux choses étant prendre un rendez-vous chez le médecins et passer à la mutuelle, c’est trop dur, je veux que ma maman fasse ça pour moi).

Forcément, journées canap’ oblige, j’ai beeeeaucoup regardé de séries ces deux dernières semaines (bien plus que j’ai pris de douche ou suis sortie de chez moi). C’était la dernière occasion de marquer des points de rattrapage et je suis bien heureuse parce qu’enfin, je vais arrêter de compter mes épisodes, de faire les moyennes dans ma tête des heures passées par jour devant la télévision, et de culpabiliser : ouéééé, le déni est bientôt de retour ! La rentrée série sera pour le prochain débrief, et j’aurais vraiment aimé avoir eu le temps de finir mes critiques de la saison passée d’ici là mais ça n’arrivera pas. Ou peut-être que si ? Le déni est de retour !

Ces dernières semaines, j’ai de nouveau un programme hebdomadaire compact, avec American Horror Story, Wrecked, It’s Always Sunny in Philadephia, The Purge et Les Petits Meurtres d’Agatha Cristie. Je me suis focalisée sur les séries en cours de mon rattrapage, avec This Is Us, The Orville et quelques épisodes de The Resident ; mais en vrai, j’avais envie de WTF donc j’ai aussi fini la saison 1 de People of Earth, regardé You, Me and the Apocalypse et commencé Dirk Gently’s, que voulez-vous, au diable la raison. Enfin, y’a ces séries que je n’ai pas inclues dans mon rattrapage de l’été mais que j’ai comme même regardé parce que j’en avais envie – Wynonna Earp et Great News – et y a BoJack Horseman, parce que je ne sais pas où classer les séries tombant en bloc dans mes débrief, bon sang de bonsoir.

Y’a beaucoup de mots, mais tout est ordonné pour que vous ne lisiez que ce qui vous intéresse, donc ça va, non ?

Non, mais non, mais non, restez !

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #32-33 | Les pieds sur terre »

Ma semaine devant l’écran #30-31 | La tête autre part

Toujours là ?

C’est parti pour le second duo de semaines dans ma folle épopée pour rattraper mon retard de publication d’articles. Ça va être plus court parce que j’ai beau avoir vu beaucoup, c’était beaucoup de la même chose, mais je vais pas m’engager dans une description en détail de tous les épisodes de The Fosters ou alors on sera encore là dans un an (voir trois).

Je suis passée à la phase emménagement de mon déménagement (euh, non, du coup, juste à mon emménagement), et j’ai été prise d’une grande lassitude. Je suis en temps plein pour les dernières semaines de mon job étudiant, j’ai encore quelques obligations étudiantes qui me prennent de l’énergie, et je dois me contenter d’une ou deux soirées seule par semaine, ce qui est trop peu. J’ai toujours du mal lorsque je n’ai pas de temps pour moi ; je me retrouve submergée, et je n’ai plus qu’une envie, celle de rester au lit sans jamais plus sortir de chez moi. Dans le pire des cas, ça s’est soldé par des gros passages à vide ; ici, je vois le bout du tunnel puisque cette semaine – en temps réel – je preste les dernières heures de mon contrat étudiant, je fais passe la main dans mon second job et j’en ai finis avec (la plupart de) mes engagements. Je dis cette semaine, mais en réalité, tout ça c’est aujourd’hui – demain est un jour nouveau !

C’est bizarre d’écrire au présent, donc retournons dans le passé. Ma lassitude s’est donc soldée par un binge watching dans les règles de l’art – cinq saisons en deux semaines -, qui m’a fait un bien fou mais aussi un peu de mal. J’avais beau avoir de l’énergie pour rien, surtout pas écrire, j’ai défendu mon mémoire avec succès, plus de succès que prévu, et je suis un peu fière, tout de même : c’est ce que j’aime faire, et c’est bon d’entendre que j’ai peut-être un futur dans le domaine de la recherche. Enfin bon, ne nous emballons pas ; j’étais au même stade il y a deux ans, et j’ai quand même fini par noyer ce constat dans une marée d’incertitude et de manque de confiance en moi. Oh mince les gars, je voulais pas de nouveau plomber l’ambiance – je devrais juste arrêter de raconter ma vie, on n’est pas là pour ça, on est là pour les séries !

Tout d’abord, information importante : Khiem a gagné Making It ! Les concurrents étaient tous adorables, mais ce petit gars était mon chouchou : il avait un dark side que les juges ne comprenaient pas, mais il a réussit à leur donner ce qu’ils voulaient dans pour autant compromettre son art. Son théâtre en plein air était magnifique, et son arche de mariage – le dernier défi – à la fois élégante et romantique. Cette émission est magique et j’ai hâte de son retour l’été prochain.

J’voulais vous montrer la bouille de Khiem, mais sinon, le câlin de groupe de fin de m’a absolument pas laissée sanglotante. NBC via Giphy

Le programme série hebdomadaire est toujours aussi léger : je suis toujours à jour dans Wreckedj’ai dit au revoir à Younger, bonjour à la saison 13 de It’s Always Sunny in Philadelphia et la première de The Purgeet « bah tiens, t’es de retour, toi ? » aux Petits Meurtres d’Agatha ChristieNiveau rattrapages de l’été, c’est lamentable, même si j’ai techniquement vu le premier épisode de People of Earth (avant d’entamer d’autres rattrapages mais je m’avance, c’est pour le débrief prochain) ; bien sûr et comme annoncé, c’est The Fosters qui a rythmé mon existence, et ça n’a rien à voir avec le fait que le générique est comme un gros câlin bien douillet qui vous rappelle que l’amour est partout autour de vous, rien à voir vous m’entendez ?

Oh, mince, je suis allée le ré-écouter et j’ai envie de revoir la série, c’est malin parce qu’il n’y a pas de coffret DVD et cette réalisation me plombe le moral grave. NON MAIS NON, ON A DIT LÉGÈRETÉ ET BONNE HUMEUR, ENID, TU VAS PAS RECOMMENCER !

Désolée.

Allez, discutons séries, il reste encore une semaine entière à couvrir après ça et j’ai regardé This Is Us, donc ça va être une vraie tranche de rire.

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #30-31 | La tête autre part »

Ce que j’aimerais rattraper cet été (ou l’impossible ne me fait pas peur)

Bonjour à tous,

A mes débuts de sériephagie, je voyais en l’été un grand vide : mes séries étaient en pause, et j’avais trois mois à attendre avant leur retour. Trois mois ! Comme cela me semblait long. Depuis, j’ai certes découvert les séries estivales – à l’époque, je regardais qu’une petite sélection de séries auxquelles j’étais très attachées -, mais je regarde également nettement plus de chises. Ces trois mois de pause, j’ai appris à les chérir, mais surtout à les remplir. Que le Festival de la sérievoracité commence !

Lire la suite « Ce que j’aimerais rattraper cet été (ou l’impossible ne me fait pas peur) »

Ma semaine devant l’écran #2 | Rebecca fait face à ses actions et The Florida Project vole mon coeur

Bonjour à tous,

Pour une sérivorace comme moi, les semaines de hiatus sont quelque chose de dur à supporter. Sans aucune de mes séries habituelles pour rythmer mes journées, c’est typiquement le moment où je vais bingewatcher quelque chose de nouveau ou pire, une petite favorite de dix saisons qui traîne sur un de mes disques durs. C’est plus fort que moi. Peut-être est-ce parce que je n’avais pas mes disque dur – ou peut-être que le cap des vingt-cinq ans m’a rendu plus raisonnable – en tout cas, je me suis retenue de tout excès cette semaine, ce qui m’a laissé un peu de temps pour socialiser aller au cinéma. Retournons sur ma semaine, tout en spoilers et mauvaise foi.

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #2 | Rebecca fait face à ses actions et The Florida Project vole mon coeur »