Le tourbillon Netflix #1 | Université, océan, forêt, maison, internet

Ça m’est déjà arrivé auparavant, et pourtant à chaque fois, ça me surprend. Je ne sais pas quoi faire, je veux regarder quelque chose, mais je ne suis pas d’humeur pour une série. Je pourrais lire un livre, mais j’ai de la vaisselle à faire/ de la lessive à plier/ des plantes à rempoter. Je pourrais écouter un livre audio ou un podcast, mais je vais déjà ça dans le bus, dans les magasins, et au boulot. Je pourrais regarder un des films que j’ai en attente, mais j’ai peur de ne pas pouvoir lui donner ma pleine attention. Je me résigne alors : je lance Netflix.

Je ne sais pas trop de quoi j’ai envie, du coup je passe en revue les catégories mécaniquement, cherchant quelque chose qui attire mon attention. Un acteur que je connais, une affiche qui me plait, un titre qui m’intrigue. Souvent, mon choix se portera sur une comédie romantique ou un film d’horreur. Dans de rares occurrences, ce sera un film d’action ou un documentaire. Aujourd’hui, c’était un film d’horreur – mais ça, on y reviendra plus tard.

Quoi que je décide à regarder, si peu que j’ai suffisamment de tâches à faire, je sais que ça risque de n’être qu’un début. Une heure trente, c’est vite passé. Je sais aussi que sur Netflix, s’il y a beaucoup de choses bien, il y aussi beaucoup de choses médiocres. N’y voyez pas là du mépris. J’aime beaucoup les films médiocres. J’aime pouffer lorsque les héros font des trucs qui me paraissent stupides, j’aime lever les yeux au ciel des rebondissements ridicules, j’aime ricaner. Parfois, je me retrouve investie dans l’histoire. J’aime ça aussi, être surprise. Parfois je tombe sur des films vraiment, vraiment, vraiment bien, non pas que je les cherche. Je les prends comme ils viennent.

Ca commence donc par ce premier choix, et puis après les nonante minutes, je me mets à laisser Netflix faire les choix pour moi. Que me proposes-tu, très cher algorithme ? En bas de l’écran, trois nouveaux films. A moi de choisir par quoi continuer. Puis continuer. Puis continuer.

J’appelle ça « le tourbillon Netflix ».

Lire la suite « Le tourbillon Netflix #1 | Université, océan, forêt, maison, internet »