Ma semaine devant l’écran #23 | Brouillard

Bien le bonjour,

Cette semaine, j’ai fait deux choses et deux choses seulement : j’ai travaillé et j’ai regardé des séries. En effet, j’ai décidé de concentrer mes heures de boulot étudiant sur une semaine histoire d’avoir le temps de faire mon mémoire, mais ça veut dire que je me suis fait des longues journées scotché à un écran à déchiffrer des tableaux excel de milliers de lignes pour repérer des erreurs ou tenter de retrouver les références de vieux articles scientifiques publiés il y a plus de cent ans. J’aime beaucoup mon job d’habitude, mais après une semaine de vacances passée à me déconnecter, c’était trop dur. J’avais prévu d’avancer sur mon mémoire en soirée mais j’ai systématiquement repoussé la chose. J’avais prévu d’écrire quelques critiques mais je n’arrivais pas à mettre mes idées en place. Alors j’ai lancé une série, puis une autre, puis une autre.

J’ai procrastiné jusqu’à en avoir l’esprit embrumé. J’ai travaillé dans un état second, déconnectée de la réalité, plongé dans mes podcast jusqu’à que les mots devant moi ne soient que des dessins et les paroles dans mes oreilles que des sons. J’ai refusé le silence. J’ai évité mes amis. J’ai occupé toutes mes journées à activement ne rien faire de ce que je devais faire, et j’ai fait tout ça pour éviter de me rendre à une conclusion qui me fait stresser : j’ai beaucoup de retard et je vais devoir mettre les bouchées doubles. Il est hors de question que je fasse une année mémoire.

Je déteste lorsque je me mets en mode brouillard. Ce n’est même pas que je me suis éclatée à regarder des séries, alors que soyons sincère, c’est une de mes choses préférées à faire. Non. J’ai regardé pour regarder, parce que toute autre activité me plongeait dans un stress intense. Mais maintenant, stop. Je ne suis peut-être pas encore l’adulte responsable que j’aspire à être mais je me suis toujours débrouillée pour maintenir un niveau scolaire correct – or la moitié de mon année, le quart de mon Master, voir mon potentiel futur dans la recherche, reposent sur cet exercice. Bon sang de bonsoir Enid, ça fait depuis mars que tu te dis qu’il faut que tu t’y mettes, mais qu’est-ce que tu attends ?

Ca expliquerait beaucoup de choses en ce qui me concerne. Fox via Her Campus

Aujourd’hui je vous l’annonce, je dis stop. Enfin go, tout dépend de la perspective. Je me sors la tête du brouillard, je met en pause ma pause, et je redeviens l’adulte responsable que je sais être. Au moins pendant quatre semaines en tout cas.

Concrètement, ça veut dire un coup de frein sur les rattrapages au profit de rewatchs lorsque je n’arrive pas à manager le stress (un épisode en fond me détend, même sans le son). Tout va bien se passer, je suis une badass dans le rush. [Je dis ça pour moi plus que pour vous.]

En attendant les bonnes résolutions de demain – aujourd’hui pour vous – il me reste cependant à revenir sur cette semaine embrumée d’épisodes. Mon programme hebdomadaire comprend PoseYounger, The Handmaid’s Tale, The Bold Type et Reverie, que j’ai regardé dans cet ordre-ci. Il comprend normalement aussi The 100 sauf que je n’ai pas vu l’épisode de cette semaine – je m’étais promis de terminé ma critique du dernier épisode avant de voir le nouveau, et comme ce n’est pas le cas, j’attendrai. Niveau rattrapage, j’ai vu Happy!, j’ai terminé Timeless et la dernière saison de Modern Family et j’ai avancé dans Fresh Off the Boat, Friday Night Dinner, Black Lightning et The ResidentJ’ai aussi été deux fois au ciné, j’ai regardé deux comedy specials, tout Sugar Rush, les nouveaux épisodes de The Joel McHale Show with Joel McHale, et la seconde saison de Nailed It, mais tout ça je ne le commenterai pas. Je voulais juste vous donner l’ampleur de ma flemme cette semaine.

Plouf. Plouf. Plouf. On en parle de mes séries ou pas ?

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #23 | Brouillard »

Publicités

Ma semaine devant l’écran #22 | Off the grid

Bonjour à tous,

J’ai passé la semaine dans les Landes, à ne pas faire grand chose du tout sauf faire tout mon possible pour ne pas penser au boulot qui m’attend à la maison. Je ne pensais pas avoir le temps de regarder quoi que ce soit, mais j’ai finalement pas mal avancé dans mes rattrapages au rythme de deux-trois épisodes en soirée (oui, tout le reste a été vu le weekend, lorsque je suis rentrée sur Bruxelles) ; je suis moins picole que mes compagnons de voyage, alors je migrais plus tôt qu’eux vers mes quartiers. Deux-trois épisodes, c’est moins que ce à quoi je suis habituée ; j’ai compensé en jouant à des jeux de société et en lisant, et ça c’était très chouette.

Ainsi, j’ai avancé dans la série de Rick Riordan The Trials of Apollo, donc j’ai lu les deux premiers tomes (The Hidden Oracle et The Dark Prophecy). C’est moins le coup de foudre que pour la saga The Heros of Olympus, probablement parce qu’on est de nouveau dans une narration à la première personne. En effet, l’histoire est racontée par Apollon, déchu par Zeus à mener une existence mortelle, et qui se retrouve à devoir protéger les Oracles de nouveaux ennemis cherchant la domination mondiale. Comme toujours, c’est délicieux à lire ; mais j’appréciais vraiment les changements de points de vue de la pentalogie précédente, et ça m’a un peu manqué. J’ai également trouvé que ce n’était pas hyper facile à suivre avec des souvenirs lointains des cycles précédents – ce qui est dommage. Mais ça reste un petit plaisir et je me lirai le tome 3 bientôt. Il faut également dire que ça s’insérait très bien entre les parties du jeu Dice Forge, où on est amené à essayer de se distinguer pour plaire aux dieux. Je n’y avais jamais joué et c’est hyper chouette, une bonne balance entre stratégie et hasard.

Moins thématique, j’ai aussi beaucoup joué à Codenames et j’ai fait deviné « bière », « hôpital » et « maladie » avec « cirrhose », quelque chose dont je suis hyper fière (je suis pas très bonne à ce jeu, même si j’aime beaucoup). Enfin, j’ai lu un de livres sur les séries qui traînait dans ma PAL depuis des siècles, Inside the Room: Writing TV with the Pros at UCLA Extension Writers’ Program édité par Linda Varis, qui est exactement ce que le titre annonce : un cours d’écriture de série. J’aime bien voir les dessous du procédé, donc je me suis bien amusée, mais ça reste très scolaire (normal vu que ce sont des cours). A part ça, j’ai socialisé autant que possible, j’ai cuisiné des chouquettes et des burgers végétariens tout-maison, j’ai pris un peu le soleil (mais pas de couleurs), je me suis fait bouffée par les moustiques, j’ai regardé les matches des Diables, et j’ai mangé beaucoup beaucoup de fromage. Ah, et j’ai dormi entre 9 et 12 heures par nuit. C’était trop bien.

I knew you would get it, guys ! NBC via The Portland Mercury

Revenons à nos séries. C’était hiatus cette semaine – parfait puisque je n’avais pas de débit – donc je n’ai dans mon programme hebdomadaire que Pose (où je me suis mise à jour) et The Handmaid’s Tale. J’ai donc surtout avancé dans mes rattrapages, grâce à Good Girls, Barry, The Bold Type et quelques épisodes de Timeless.

Discutons de tout ça pour oublier que je n’ai toujours pas fait mon récap de The 100 alors que j’ai eu une semaine de bonus. Ni American Crime Story alors que ça fait des mois.

Oublié ?

Allons-y !

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #22 | Off the grid »

Ma semaine devant l’écran #20 | Un air de vacances

Bonjour à tous,

Ah l’été ! Il y a du soleil et la bière n’a jamais eu aussi bon gout. Là où tous mes amis sont à fond dans le Mondial, je rattrape mon sommeil et mes séries sans un once de culpabilité du fait que j’ai plein de trucs à faire pour les études et le boulot. Je prends deux semaines de quasi-pause et c’est hyper réjouissant. Je vais même partir une semaine avec des amis, un voyage que j’avais réservé bien avant de savoir que je serais surchargée mais dont je compte bien profiter (de toute façon, les billets de train sont déjà achetés donc que faire d’autre ?) Je ne vais probablement pas regarder beaucoup de séries, mais j’espère pouvoir écrire… et surtout lire ! Je viens de craquer et d’acheter plein de bouquins sur les séries et la télévision qui s’ajoutent à ma collection et à ma PAL – j’ai aussi craqué sur des autobiographies ou romans écrits par des comédiens que j’adore. Je ferais peut-être des billets à ce sujet, mais si vous êtes intéressés, mes dernières acquisitions sont : Why Not Me, de Mindy Kaling, The Daily Show (The Book): A Oral History, de Chris Smith, Yes Please, d’Amy Poehler et You’re Never Weird on the Internet, de Felicia Day (ces trois-là, je les ai déjà écouté mais j’attendais qu’ils soient pas trop chers pour les acheter…. donc j’ai bien envie de les lire en format papier), Battlestar Galactica and Philosophy: Knowledge Here Begins Out There, édité par Jason T. Eberl, The Sexy Book of Sexy Sex, de Kristen Schaal et Rich BlomquistPawnee: The Greatest Town in America, par « Leslie Knope » (déjà feuilleté… j’adooore), Series’ Anatomy: Le 8e Art Decrypté, de Alain Carrazé et Romain Nigita et Spoiler Alert, de Mathilde Degorge. Quand je dis que j’ai craqué… bon, ça s’est fait en deux étapes, et il y a pas mal d’occasions, mais bon, ça a fait un peu mal au portefeuille. Je profite de mes derniers mois sans loyer.

Je ne vais clairement pas lire tout ça en une semaine, d’autant plus que j’aimerais enfin terminer La Belle Sauvage de Philip Pullman et commencer les derniers « Percy Jackson », The  Trials of Apollo, de Rick Riordan dont j’ai appris l’existence il y a seulement un mois et qui m’obsèdent depuis. Entre ça et mes rattrapages ambitieux, je vais faire un burn-out de divertissement. Ca existe ?

Revenons cependant au sujet de ce billet : l’écran ! Non, pas celui de la liseuse, je n’ai rien fait pour avancer dans mes lectures ; par contre, j’ai regardé plein de séries ! Mon programme hebdomadaire est toujours aussi maigre (Younger, Supergirl et The 100) mais j’ai été très gourmande en rattrapage… c’est qui qui s’est mangé tout The Handmaid’s Talela fin de The Walking Dead et d’Alone Together, un peu de Young Sheldon et qui a commencé Timeless ?

Non vraiment, qui ?

Parlons-en !

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #20 | Un air de vacances »