Ma semaine devant l’écran #76 | Dernière minute

Bien le bonjour,

Vous savez ce sentiment lorsqu’une deadline approche et qu’il faut que vous donniez tout ce que vous avez pour arriver à faire ce que vous avez à faire à temps ? Cette semaine était ma dernière semaine avant mon départ en vacances – vacances qui comprendront 10 jours sans accès à Internet – et j’étais bien décidée à tout faire pour voir un maximum d’épisodes. Franchement, j’aime pas me vanter, mais j’ai plutôt pas mal fait ça – en six jours de surcroit. Conclure des séries ? Oui ! Me mettre à jour ? Même pas peur ! Je vois les paroles de mes personnages de séries et me nourrit du rayonnement de mon écran ; si vous pensez m’avoir à l’épuisement, pensez encore, l’adrénaline d’un nouvel épisode m’empêche de fermer l’oeil.

Je m’emporte un peu. J’ai pris l’habitude de lire avant de m’endormir plutôt que de regarder des séries et ça me fait vachement de bien ; parfois j’aime bien juste écrire des bêtises.

Cette semaine, je suis désormais à jour dans mes diffusions hebdomadaires, profitons-en tant que ça dure. J’ai donc vu un ou plusieurs épisodes de Into the Dark (oups, c’est mensuel, ça), The Handmaid’s Tale, Scream, The Detour, Good Trouble, Younger, Fear the Walking Dead et Archer. Bam ! Forcément, ce n’est pas tout, puisque j’ai cartonné dans mes rattrapages estivaux : j’ai vu la saison 2 de Barry, j’ai terminé Ghosted et Splitting Up Together, ainsi que les saisons de Mom, Modern Family, Doom Patrol et Fresh Off the Boat, j’ai rattrapé la diffusion de Swamp Thing et enfin, j’ai entamé la saison 8 de The X-Files. BOUM ! Ah, et j’ai pas pu résister et j’ai commencé la dernière saison de Veronica Mars. (Bim ?)

Je sens déjà que ça va être long, donc je vous promets de faire au plus court.

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #76 | Dernière minute »

Publicités

Ma semaine devant l’écran #30-31 | La tête autre part

Toujours là ?

C’est parti pour le second duo de semaines dans ma folle épopée pour rattraper mon retard de publication d’articles. Ça va être plus court parce que j’ai beau avoir vu beaucoup, c’était beaucoup de la même chose, mais je vais pas m’engager dans une description en détail de tous les épisodes de The Fosters ou alors on sera encore là dans un an (voir trois).

Je suis passée à la phase emménagement de mon déménagement (euh, non, du coup, juste à mon emménagement), et j’ai été prise d’une grande lassitude. Je suis en temps plein pour les dernières semaines de mon job étudiant, j’ai encore quelques obligations étudiantes qui me prennent de l’énergie, et je dois me contenter d’une ou deux soirées seule par semaine, ce qui est trop peu. J’ai toujours du mal lorsque je n’ai pas de temps pour moi ; je me retrouve submergée, et je n’ai plus qu’une envie, celle de rester au lit sans jamais plus sortir de chez moi. Dans le pire des cas, ça s’est soldé par des gros passages à vide ; ici, je vois le bout du tunnel puisque cette semaine – en temps réel – je preste les dernières heures de mon contrat étudiant, je fais passe la main dans mon second job et j’en ai finis avec (la plupart de) mes engagements. Je dis cette semaine, mais en réalité, tout ça c’est aujourd’hui – demain est un jour nouveau !

C’est bizarre d’écrire au présent, donc retournons dans le passé. Ma lassitude s’est donc soldée par un binge watching dans les règles de l’art – cinq saisons en deux semaines -, qui m’a fait un bien fou mais aussi un peu de mal. J’avais beau avoir de l’énergie pour rien, surtout pas écrire, j’ai défendu mon mémoire avec succès, plus de succès que prévu, et je suis un peu fière, tout de même : c’est ce que j’aime faire, et c’est bon d’entendre que j’ai peut-être un futur dans le domaine de la recherche. Enfin bon, ne nous emballons pas ; j’étais au même stade il y a deux ans, et j’ai quand même fini par noyer ce constat dans une marée d’incertitude et de manque de confiance en moi. Oh mince les gars, je voulais pas de nouveau plomber l’ambiance – je devrais juste arrêter de raconter ma vie, on n’est pas là pour ça, on est là pour les séries !

Tout d’abord, information importante : Khiem a gagné Making It ! Les concurrents étaient tous adorables, mais ce petit gars était mon chouchou : il avait un dark side que les juges ne comprenaient pas, mais il a réussit à leur donner ce qu’ils voulaient dans pour autant compromettre son art. Son théâtre en plein air était magnifique, et son arche de mariage – le dernier défi – à la fois élégante et romantique. Cette émission est magique et j’ai hâte de son retour l’été prochain.

J’voulais vous montrer la bouille de Khiem, mais sinon, le câlin de groupe de fin de m’a absolument pas laissée sanglotante. NBC via Giphy

Le programme série hebdomadaire est toujours aussi léger : je suis toujours à jour dans Wreckedj’ai dit au revoir à Younger, bonjour à la saison 13 de It’s Always Sunny in Philadelphia et la première de The Purgeet « bah tiens, t’es de retour, toi ? » aux Petits Meurtres d’Agatha ChristieNiveau rattrapages de l’été, c’est lamentable, même si j’ai techniquement vu le premier épisode de People of Earth (avant d’entamer d’autres rattrapages mais je m’avance, c’est pour le débrief prochain) ; bien sûr et comme annoncé, c’est The Fosters qui a rythmé mon existence, et ça n’a rien à voir avec le fait que le générique est comme un gros câlin bien douillet qui vous rappelle que l’amour est partout autour de vous, rien à voir vous m’entendez ?

Oh, mince, je suis allée le ré-écouter et j’ai envie de revoir la série, c’est malin parce qu’il n’y a pas de coffret DVD et cette réalisation me plombe le moral grave. NON MAIS NON, ON A DIT LÉGÈRETÉ ET BONNE HUMEUR, ENID, TU VAS PAS RECOMMENCER !

Désolée.

Allez, discutons séries, il reste encore une semaine entière à couvrir après ça et j’ai regardé This Is Us, donc ça va être une vraie tranche de rire.

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #30-31 | La tête autre part »

Ma semaine devant l’écran #28-29 | Les mains à la pâte

‘Sup ?

C’est difficile, de commencer une chronique hebdomadaire plus de cinq semaines après sa date prévue de publication. D’autres auraient probablement décidé de sauter la semaine toute entière ; mais alors quoi, je reprends direct à #32 ? Ou alors je note #28 en sachant alors qu’arrivée à #52, je ne serai pas à un an ? Et j’en fais quoi, des séries vues mais non documentée, j’en fais quoi ? Je pourrais juste dire que je les aies vues, sans rien dire dessus, mais alors c’est quoi la différence entre ce blog et mon compte Betaseries ?

C’est difficile. Surtout que, là où lors de ma dernière grande pause, je n’avais rien à dire, j’ai regardé plein de trucs ces cinq dernières semaines. Certains diront trop – mais franchement, certains ne savent pas apprécier les bonnes choses de la vie. Il se trouve que, bien que je n’ai rien publié depuis cinq semaines (outre cet article sur les magazines séries pour le Bingo #18), j’ai commencé un grand nombre de brouillons. L’article que vous lisez, est basé sur un de ces brouillons : bien que j’en ai rédigé le corps ces derniers jours, certains avis datent – coucou le finale de The Bold Type et mon avis pré-binge sur The Fosters. Plutôt que faire un seul article interminable, j’ai donc décidé de garder de retravailler mes brouillons pour faire trois débriefs séparés, probablement chronologiquement corrects, et légèrement moins interminables.

Cet article correspond à deux semaines post-mémoire où j’ai été très occupée – principalement par mon job étudiant, par mon déménagement infernal, et par le grand nettoyage de la maison que je tenais, soit des activités où je peux éventuellement regarder quelque chose, mais difficilement écrire. Rajoutez à cela une vie sociale un peu plus remplie que d’habitude et voilà que j’atteins mon point de saturation : je suis fatiguée tout le temps et je repousse toutes les choses que je dois faire pour moi (catégorie dans laquelle rentre le blog). Un grand bonheur, dans cette histoire, a été The Great British Bake-Off, dont j’ai regardé les quatre premières saisons les yeux remplis d’étoiles. Je sais que théoriquement, c’est juste « la version originale du Meilleur Pâtissier » – mais c’est tellement plus. Déjà, y’a pas Cyril Lignac même si Paul Hollywood n’est pas beaucoup mieux. Ensuite, y’a Mary et Sue, et les écureuils non-castrés. Enfin, y’a les concurrents british, qui sont grave adorables, cuisinent des mets farfelus comme des « pudding » à base de « suet », et prononcent « petits fours » « pétifor ». C’est à vous faire fondre le cœur. J’aime pas autant que Making it, dont je vous reparle dans l’article des semaines 30-31, mais j’aime tout de même beaucoup beaucoup.

Revenons à nos séries. Au programme hebdomadaire ces deux semaines, j’ai fini Reverie et The Bold Type, j’ai commencé la nouvelle saison de Wrecked, et j’ai avancé dans YoungerA part ça, je me suis mise à jour dans Black Lightning, The Big Bang Theory, Black-ish et A Series of Unfortunate Event; j’ai aussi enfin terminé The Vampire Diaries. En dehors des rattrapages prévus pour l’été, j’ai vu un peu de Constantine et de The Fosters ; un peu plus de la saison trois de Channel Zero ; et tout DuckTales (La Bande à Picsou) et Trial & ErrorBref, pas grand chose, quoi. [Cette dernière phrase est du second degré.] En attendant les critiques complètes qui devraient arriver un jour peut-être, discutons de tout ça.

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #28-29 | Les mains à la pâte »

Ma semaine devant l’écran #24-25-26-27 | Trois petits points

Bonjour à tous,

Il y a deux semaines, je préparais toute fière une ébauche d’article. « Ca a beau être le mémoire, je peux prendre le temps d’écrire pour le blog ! » Hé bien non, bien sûr que non, j’ai beau avoir sept années d’université derrière moi, je ne me suis pas débarrassée de mes mauvaises habitudes de dernière minute – mais aussi ce n’est pas ma faute étant donné que ça donne mes meilleurs résultats, hein, hein ?

Laissez-moi dans mon déni.

Ces quatre dernières semaines, j’ai essayé de me mettre dans l’espace de travail en limitant mes épisodes inédits. J’ai poursuivi Younger et Reverie, puis Making It hebdomadairementThe Bold Type mais juste un peu,  mais c’est à peu près tout en ce qui concerne le programme hebdomadaire. A coté de ça, j’ai tout de même un peu rattrapé Fresh Off the Boat, The Big Bang Theory et Friday Night Dinner. Pour finir, j’ai vu des quelques épisodes de Chicago Fire, Drunk History et Channel Zero. Tout ça peut paraître beaucoup mais a) allez jeter un coup d’oeil à mes débrief habituels et vous verrez que c’est d’habitude ce que je fais en une semaine et b) il y a quelques une de ses séries que j’ai regardé en faisant des tâches basiques du mémoire (genre l’encodage). Me voilà de nouveau en train de me justifier sans aucune raison.

J’ai beau prétendre être une Rory, j’ai une petite Paris en moi qui commente mon quotidien ❤ The WB via Giphy

Allez, on se lance, vite fait bien fait, avant de reprendre avec régularité !

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #24-25-26-27 | Trois petits points »

Ma semaine devant l’écran #23 | Brouillard

Bien le bonjour,

Cette semaine, j’ai fait deux choses et deux choses seulement : j’ai travaillé et j’ai regardé des séries. En effet, j’ai décidé de concentrer mes heures de boulot étudiant sur une semaine histoire d’avoir le temps de faire mon mémoire, mais ça veut dire que je me suis fait des longues journées scotché à un écran à déchiffrer des tableaux excel de milliers de lignes pour repérer des erreurs ou tenter de retrouver les références de vieux articles scientifiques publiés il y a plus de cent ans. J’aime beaucoup mon job d’habitude, mais après une semaine de vacances passée à me déconnecter, c’était trop dur. J’avais prévu d’avancer sur mon mémoire en soirée mais j’ai systématiquement repoussé la chose. J’avais prévu d’écrire quelques critiques mais je n’arrivais pas à mettre mes idées en place. Alors j’ai lancé une série, puis une autre, puis une autre.

J’ai procrastiné jusqu’à en avoir l’esprit embrumé. J’ai travaillé dans un état second, déconnectée de la réalité, plongé dans mes podcast jusqu’à que les mots devant moi ne soient que des dessins et les paroles dans mes oreilles que des sons. J’ai refusé le silence. J’ai évité mes amis. J’ai occupé toutes mes journées à activement ne rien faire de ce que je devais faire, et j’ai fait tout ça pour éviter de me rendre à une conclusion qui me fait stresser : j’ai beaucoup de retard et je vais devoir mettre les bouchées doubles. Il est hors de question que je fasse une année mémoire.

Je déteste lorsque je me mets en mode brouillard. Ce n’est même pas que je me suis éclatée à regarder des séries, alors que soyons sincère, c’est une de mes choses préférées à faire. Non. J’ai regardé pour regarder, parce que toute autre activité me plongeait dans un stress intense. Mais maintenant, stop. Je ne suis peut-être pas encore l’adulte responsable que j’aspire à être mais je me suis toujours débrouillée pour maintenir un niveau scolaire correct – or la moitié de mon année, le quart de mon Master, voir mon potentiel futur dans la recherche, reposent sur cet exercice. Bon sang de bonsoir Enid, ça fait depuis mars que tu te dis qu’il faut que tu t’y mettes, mais qu’est-ce que tu attends ?

Ca expliquerait beaucoup de choses en ce qui me concerne. Fox via Her Campus

Aujourd’hui je vous l’annonce, je dis stop. Enfin go, tout dépend de la perspective. Je me sors la tête du brouillard, je met en pause ma pause, et je redeviens l’adulte responsable que je sais être. Au moins pendant quatre semaines en tout cas.

Concrètement, ça veut dire un coup de frein sur les rattrapages au profit de rewatchs lorsque je n’arrive pas à manager le stress (un épisode en fond me détend, même sans le son). Tout va bien se passer, je suis une badass dans le rush. [Je dis ça pour moi plus que pour vous.]

En attendant les bonnes résolutions de demain – aujourd’hui pour vous – il me reste cependant à revenir sur cette semaine embrumée d’épisodes. Mon programme hebdomadaire comprend PoseYounger, The Handmaid’s Tale, The Bold Type et Reverie, que j’ai regardé dans cet ordre-ci. Il comprend normalement aussi The 100 sauf que je n’ai pas vu l’épisode de cette semaine – je m’étais promis de terminé ma critique du dernier épisode avant de voir le nouveau, et comme ce n’est pas le cas, j’attendrai. Niveau rattrapage, j’ai vu Happy!, j’ai terminé Timeless et la dernière saison de Modern Family et j’ai avancé dans Fresh Off the Boat, Friday Night Dinner, Black Lightning et The ResidentJ’ai aussi été deux fois au ciné, j’ai regardé deux comedy specials, tout Sugar Rush, les nouveaux épisodes de The Joel McHale Show with Joel McHale, et la seconde saison de Nailed It, mais tout ça je ne le commenterai pas. Je voulais juste vous donner l’ampleur de ma flemme cette semaine.

Plouf. Plouf. Plouf. On en parle de mes séries ou pas ?

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #23 | Brouillard »

Ma semaine devant l’écran #21 | Déni

Bonjour,

Nous sommes lundi. Oui, nous sommes lundi. Bien que je sois loin dans la campagne, avec une connexion Internet si lente que ça en est une blague et aucun réseau, je publie mon débriefing de la semaine à temps ! Je suis la première étonnée. C’est bien la preuve que je me cache souvent derrière des excuses pour expliquer mon manque de rigueur ; ou alors, possiblement, que le fait que je profite des vacances me laisse plus de temps pour écrire. Impossible à dire.

Continuant sur la lignée de la semaine passée, j’ai eu une semaine riche en série… sauf qu’elle s’est concentrée sur quatre jours seulement vu que je suis partie vendredi pour le Gers où il fait chaud, beaucoup trop chaud, beaucoup beaucoup trop chaud. Je suis avec neuf Belges à la campagne, et moi, la Belge d’adoption originaire du Sud de la France, je suis clairement la moins adaptée au climat. Je fuis le soleil, les tiques, les moustiques mais tous parviennent à me retrouver. En une soirée, je me suis retrouvée avec 50 piqûres sur le bas du corps et je vous assure qu’il ne s’agit pas là d’une exagération. Parfois j’oublie qu’il y a une raison de mon non-retour dans la chère patrie de ma petite enfance. J’aime la pluie, j’aime ne pas être moite tout le temps et j’aime mes jambes blanches-cadavre. Je ne me plains cependant pas : je mange plein de bon fromage et de bons légumes, je lis des livres faute de regarder des séries (je viens de finir le premier tome de The Trials of Apollo, de Rick Riordan, qui est la lecture parfaite pour me retirer la tête de la télé) et je fais même un (tout petit) peu de tourisme. Bon OK, ce dernier point était en gros un verre de Floc à Labastide-d’Armagnac mais ça compte, hein ?

Il est clair que je n’aurai pas grand chose à vous débriefer sur mes visionnages la semaine prochaine, mais je vous inquiétez pas, j’ai tellement à vous dire sur ceux de la semaine passée qu’on peut même prétendre que tout ça ne s’est pas passé sur quatre jours mais sur quatorze jours. Oui, prétendons ça. Surtout que dans tout ce que je vais vous raconter, je n’ai même pas pris la peine d’écrire un paragraphe sur Queer Eye qui est juste splendide, génial, magnifique et le meilleur moyen de vous rappeler que l’humanité peut aussi être un vecteur d’acceptation et d’amour. Aussi, Antoni.

Il parle de qui là ? Je suis distraite par ce sourire. Neftlix

Qu’est-ce que je disais, moi ?

Cette semaine, j’ai enfin fini ces séries qui encombraient mon planning Bêtaséries (Archer, Siren, The Crossing) et j’ai suivi un programme hebdomadaire qui commence à se re-remplir (même sans les rattrapages) :

Lundi : Ghosted
Mardi : Archer (rattrapage de fin de saison)
Mercredi : Younger, Reverie (rattrapage), The 100 (épisode 8)
Jeudi : The Handmaid’s Tale, Siren (rattrapage de fin de saison), The Crossing (rattrapage de fin de saison), Reverie

Histoire de remplir un peu plus la chose, j’ai fini la première saison de Young Sheldonj’ai rattrapé la saison 5 de Mom et la saison une de The Bold Type. Toujours dans ces quatre quatorze jours. Bon, là-dedans il y a en fait trois épisodes que j’ai vu des semaines auparavant et que j’ai oublié de compter, donc ça ne fait pas tant que ça, si ? Et si je vous dis que durant la semaine, j’ai passé trois soirées (et une journée) avec des copains, vous me croyez ? C’est vrai, pourtant. Cependant, mis à part ces moments sociaux, tous les instants de mes journées étaient rythmées par des séries, nettoyage de printemps oblige. Bon, trêve de bavardages, je vous ai écrit un débrief de 5000 mots, il est maintenant temps de le lire !

Mais non, revenez ! 5000 mots c’est vite passé, vous avez déjà fait plus du dixième du chemin.

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #21 | Déni »

Ma semaine devant l’écran #20 | Un air de vacances

Bonjour à tous,

Ah l’été ! Il y a du soleil et la bière n’a jamais eu aussi bon gout. Là où tous mes amis sont à fond dans le Mondial, je rattrape mon sommeil et mes séries sans un once de culpabilité du fait que j’ai plein de trucs à faire pour les études et le boulot. Je prends deux semaines de quasi-pause et c’est hyper réjouissant. Je vais même partir une semaine avec des amis, un voyage que j’avais réservé bien avant de savoir que je serais surchargée mais dont je compte bien profiter (de toute façon, les billets de train sont déjà achetés donc que faire d’autre ?) Je ne vais probablement pas regarder beaucoup de séries, mais j’espère pouvoir écrire… et surtout lire ! Je viens de craquer et d’acheter plein de bouquins sur les séries et la télévision qui s’ajoutent à ma collection et à ma PAL – j’ai aussi craqué sur des autobiographies ou romans écrits par des comédiens que j’adore. Je ferais peut-être des billets à ce sujet, mais si vous êtes intéressés, mes dernières acquisitions sont : Why Not Me, de Mindy Kaling, The Daily Show (The Book): A Oral History, de Chris Smith, Yes Please, d’Amy Poehler et You’re Never Weird on the Internet, de Felicia Day (ces trois-là, je les ai déjà écouté mais j’attendais qu’ils soient pas trop chers pour les acheter…. donc j’ai bien envie de les lire en format papier), Battlestar Galactica and Philosophy: Knowledge Here Begins Out There, édité par Jason T. Eberl, The Sexy Book of Sexy Sex, de Kristen Schaal et Rich BlomquistPawnee: The Greatest Town in America, par « Leslie Knope » (déjà feuilleté… j’adooore), Series’ Anatomy: Le 8e Art Decrypté, de Alain Carrazé et Romain Nigita et Spoiler Alert, de Mathilde Degorge. Quand je dis que j’ai craqué… bon, ça s’est fait en deux étapes, et il y a pas mal d’occasions, mais bon, ça a fait un peu mal au portefeuille. Je profite de mes derniers mois sans loyer.

Je ne vais clairement pas lire tout ça en une semaine, d’autant plus que j’aimerais enfin terminer La Belle Sauvage de Philip Pullman et commencer les derniers « Percy Jackson », The  Trials of Apollo, de Rick Riordan dont j’ai appris l’existence il y a seulement un mois et qui m’obsèdent depuis. Entre ça et mes rattrapages ambitieux, je vais faire un burn-out de divertissement. Ca existe ?

Revenons cependant au sujet de ce billet : l’écran ! Non, pas celui de la liseuse, je n’ai rien fait pour avancer dans mes lectures ; par contre, j’ai regardé plein de séries ! Mon programme hebdomadaire est toujours aussi maigre (Younger, Supergirl et The 100) mais j’ai été très gourmande en rattrapage… c’est qui qui s’est mangé tout The Handmaid’s Talela fin de The Walking Dead et d’Alone Together, un peu de Young Sheldon et qui a commencé Timeless ?

Non vraiment, qui ?

Parlons-en !

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #20 | Un air de vacances »