Une défense de Jessica et du droit à aimer en son temps (ou pas du tout)

Avant même de commencer Love Is Blind, j’ai entendu parler de Jessica. Je savais qu’elle était odieuse avec un certain Mark, et que certains la comparaient avec Jan de The Office. Lorsque je me suis lancée dans l’émission, j’ai ri, remarquant moi aussi les similitudes. J’ai levé les yeux aux ciels lorsqu’elle brandissait l’âge comme un obstacle à leur relation alors que le second prétendant qu’elle avait en tête était à peine plus âgé. J’ai été effarée à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche après avoir bu. Comme tant d’autre, je l’ai castée dans le rôle de la méchante, jusqu’à que la vérité me frappe : Jessica est mon héroïne.

OK, mettons une astérisque : mon héroïne* parmi tous les participants de Love Is Blind. Dans l’insanité de cette émission de télé-réalité, elle est longtemps la seule qui semble percuter que quelque chose ne tourne pas rond. Certes sa solution est de boire et d’y aller la tête baissée ; mais à chaque fois qu’elle tente de nous convaincre que Mark est l’amour de sa vie, de se convaincre que Mark est l’amour de sa vie, quelque chose semble se briser en elle, jusqu’à ce qu’elle finisse enfin par s’enfuir, au moment de dire “oui”.

Love Is Blind. Netflix, 2020. Récupérée de Cinemablend

Lire la suite « Une défense de Jessica et du droit à aimer en son temps (ou pas du tout) »

TFSA | Les personnages féminins les plus inspirants

Bien le bonjour,

Nous sommes vendredi dimanche et cela fait plus d’un an que je n’ai pas participé au TFSA de Tequi, mais les règles semblent toujours être les mêmes. Aujourd’hui, elle nous demande de classer les personnages féminins que nous trouvons les plus inspirants ; voyons donc où cela nous mène.

Lire la suite « TFSA | Les personnages féminins les plus inspirants »

Un classement définitif des white boys de Mindy Lahiri

Ben : Oh my God, how many men in this city have you dated?
Mindy : Kind of a lot, I guess. And I guess it depends on your definition of dating, and men. [1]

The Mindy Project S05E07 : “Revenge of the Nurse”

Coincée au lit et lassée de ne pouvoir manger que de la soupe, je me suis récemment relancée dans un re-visionnage de The Mindy Project – au départ juste parce que j’avais envie de voir Chris Messina danser. C’était la première fois que je revoyais la série toute entière (j’avais vu les deux premières saisons plusieurs fois lorsque j’ai découvert la série, mais je me suis ensuite contentée de la diffusion hebdomadaire), et après à peine quelques épisode, je me suis dit que quitte à tout revoir, autant tenter de répondre à une question qui me tracasse depuis 7 ans : quel était le meilleur petit copain de Mindy Lahiri ?

Lire la suite « Un classement définitif des white boys de Mindy Lahiri »

Des chansons en séries (ou des séries en chansons)

Bien le bonjour,

Pour le Bingo Séries de ce mois, Shipou nous demande d’évoquer notre chanson préférée liée à une série et je m’essaye à un article rapide (je dois me rendre à un brunch!) Ce n’est pas évident de n’en choisir qu’une, mais plus parce que je ne suis pas vraiment attentive à la musique qu’autre chose… Mais puisque c’est l’exercice, je le détourne après pour évoquer trois chansons qui m’ont marquées et donné des frissons, ce qui en font des souvenirs marquants… Juste trois, ce n’est pas si mal, non ? Histoire de me faciliter la tâche bien jouer le jeu, je fais sans les génériques, parce que sinon ce serait trop dur d’en choisir qu’un !

Avant ça, cependant, une mention spéciale à deux séries dont les univers musicaux m’ont marqués en grandissant – ils ont constitué quasi l’intégrale de mon ipod à l’époque (plus Tryo, Puggy et Babylon Circus, que j’écoutais avec les copains). Ces séries sont Grey’s Anatomy et The O.C. (Newport Beach). Shipou a déjà parlé de la première, au travers d’une chanson en particulier ; il y en a tant d’autres, que je suis incapable de resituer (toutes les chansons tristes de Coldplay, Tegan and Sarah, The Fray…) Quant à The O.C., j’avais mis la main sur l’intégrale de la discographie, et encore maintenant je ne peux pas écouter « No Rain » sans avoir la banane. Le couac c’est que dans les deux séries, j’ai d’abord craqué sur la musique pour ensuite l’associer à un passage, en revoyant la série… donc je trouve que ça compte moyen.

Seconde petite mise en bouche, j’aimerais tirer mon chapeau à deux épisodes musicaux qui m’ont bouleversée plus que tout et dont je connais les chansons sur le bout des doigts : « Once More With Feeling » de Buffy (… bien sûr) et « The Musical » de Scrubs. Tous les deux incorporent le concept à merveille et en tirent le meilleur dans leurs genre respectifs : pour Buffy c’est l’occasion de faire éclater les secrets et confronter nos personnages à des vérités qu’ils se cachaient, parfois à eux-même (on fait difficilement mieux que « I’ll Never Tell » pour mettre en avant les problèmes d’un couple qui causeront finalement leur rupture « surprise », pour ne citer que ma chanson moins favorite de l’épisode). Quant à Scrubs, c’est juste l’occasion pour plein de chansons farfelues et de la joie à gogo. Plus, il n’y a rien de plus classe que de fredonner « Everything Comes Down To Poo » devant une audience sceptique.

‘Cause the answer is not in your head my dear, it’s in your butt.

Héhé.

Allez, je vous la mets.

Bon, allez, pour le corps de l’article, je dois bientôt partir !

Le premier moment musical marquant vient de la saison 2 de Veronica Mars, et spoilers ahead parce que mon sentiment est lié au moment dépeint (mais vous pouvez lancer la chanson, je n’ai pas trouvé l’extrait !).

La chanson passe alors que Veronica et Duncan s’introduisent chez Meg afin de découvrir qui est l’enfant abusé dont elle parle dans ses journaux ; sur place, ils finissent par se rendre qu’elle parle de ses propres parents. Tout ça mettra en place le kidnapping du bébé de Meg après sa mort, et le donc le départ de Duncan de la série, donc yay ?

Bien que associe « Run » à toute la scène oppressante, où Veronica et Duncan fouillent la maison vide, jusqu’à ce que le père arrive, la chanson commence en fait lorsqu’ils se font arrêter par la police. Enfin bon, la musique continue de me glacer quand je l’entend.

La seconde chanson est issue de Supernatural et cette fois-ci, ne lancez pas l’extrait, c’est le « Précédemment » du finale de la saison 1 – premier d’une longue tradition. Jamais je n’aurais écouté Kansas sans la série et d’ailleurs, je n’écoute toujours pas. Mais cette chanson colle tellement bien à la série et aux astucieux montages, j’en suis toujours émue. (C’est souvent le cas dans la série, la conclusion de cette saison 14 était encore plus juste, mais je n’y ai pas pensé avant maintenant… Oh bah puisque je ne vais pas avoir l’occasion de mettre en page l’article à temps, ce sera mon choix sur Twitter :D)

La chanson est également reprise dans l’épisode 200, et c’est super-beau et émouvant. La chanson perd son côté rock, mais elle essentialise la tristesse de la série, les pertes des Winchesters, le chemin parcouru (*wink*). Spoilers dans la vidéo, mais un cadeau pour les nostalgiques .

Enfin, je finis avec la chanson/ scène qui fut ma première obsession série, à savoir « Breathe Me » de Sia, du célèbre finale de Six Feet Under. Un moment parfait qui se passe de tout commentaire.

Bien sûr, spoilers ahead (n’avez vous pas écouté, c’est la scène finale !)


Bon allez j’avoue, parfois la musique, j’aime bien.

Bonne fête de la musique les amis !

PS : Grâce au sommet européen, je suis super en retard à mon brunch mais j’ai eu l’occasion de finir la rédaction de l’article, dit-elle en mettant le point final en marchant.

TFSA | Les séries que j’aimerais revoir en 2019

Bien le bonjour,

Nous sommes vendredi, et c’est l’heure de nous retrouver pour une nouvelle édition du TFSA, le rendez-vous hebdomadaire de Tequi (dont vous pouvez tout lire sur son blog). Cette semaine, nous discutons rewatchs : enfin un sujet dans lequel je suis experte !

Chaque année, je revois presque autant de série que j’en découvre. Il y a celles qui sont quasi-inévitablement au rendez-vous, soit parce que je les adoreFringe, The Office, Coffee Prince, ou encore The O.C. (Newport Beach) -, soit parce qu’elles sont parce qu’elles sont parfaites pour travailler devant – je pense direct à Charmed et Supernatural. Il y a aussi les nouvelles, qui ne se sont pas encore tout à fait imposées dans ma rotation, mais dont j’aime revoir quelques épisodes, quelques arcs, voir quelques saisons – Eureka, Friends, Buffy the Vampire Slayer, Psych, The Mentalist, Falling Skies et tant d’autres. A vrai dire, le séries finies que j’ai vraiment aimées mais que ne j’ai pas revues se font de plus en plus rares : il y en a tout de même assez que pour remplir un TFSA. Si ça tombe pas bien, ça.

Voici donc les séries que j’aimerais vraiment revoir cette année.

Lire la suite « TFSA | Les séries que j’aimerais revoir en 2019 »

TFSA | Les reprises hiver/ printemps que j’attends le plus

Bien le bonjour,

Nous sommes vendredi dimanche, et vendredi dimanche c’est le jour juste un peu après le jour du TFSA, le rendez-vous hebdomadaire de Tequi (dont les règles, comme toujours, sont sur son blog). Alors que l’hiver bat son plein (neige !), que les nouvelles séries débarquent bientôt, Tequi nous demande cette semaine de classer les retour qui nous font trépigner d’excitation. Je pensais avoir assez de matière que pour faire un top 10, mais après réflexion, il n’y a que six séries qui m’emballaient… et j’en ai donc éjectée une du podium. Le TFSA c’est aussi se forcer à faire des choix cornéliens pour aucune autre bonne raison que la satisfaction de jouer le jeu.

Voici donc les cinq séries que j’attends le plus.

Lire la suite « TFSA | Les reprises hiver/ printemps que j’attends le plus »

Harry Potter en famille et au coin du feu (comme il se doit)

Il y a quelques semaines, juste un jour après Noël, alors que je retrouvais ma famille paternelle pour un second – voir troisième – réveillon, je n’avais aucune idée que j’allais passer les vacances les plus magiques de ma vie. A vingt-cinq ans, ça fait longtemps que j’ai arrêté de croire au Père Noël, et encore plus que je ne crois pas aux miracles ; et pourtant, comment expliquer autrement ce qui s’est passé le 26 décembre 2018, et les 5 jours suivants, lorsque trois générations, ce sont retrouvées émerveillées devant la saga des aventures du jeune sorcier le plus célèbre de tout les temps ?

Un miracle, pour sûr, ou du moins, pour ma famille.

Ce n’est pas que ma famille est anti-Harry Potter. Ma grand-mère a lu les premiers pour savoir « de quoi on parlait », mes tantes ont poussé jusqu’au quatrième. Ma cousine et moi avons commencé en même temps, lors de la sortie du premier film. Ma petite cousine et ma petite soeur, qui ont plus de dix ans de moins que nous, ont tout lu (et tout vu) d’un coup lorsqu’elles se sont retrouvées en âge. Ce ne sont pas des Potterheads, mais notre famille est clairement plus HP-sensibilisée que la moyenne.

Source : Amino

Lire la suite « Harry Potter en famille et au coin du feu (comme il se doit) »