Une défense de Jessica et du droit à aimer en son temps (ou pas du tout)

Avant même de commencer Love Is Blind, j’ai entendu parler de Jessica. Je savais qu’elle était odieuse avec un certain Mark, et que certains la comparaient avec Jan de The Office. Lorsque je me suis lancée dans l’émission, j’ai ri, remarquant moi aussi les similitudes. J’ai levé les yeux aux ciels lorsqu’elle brandissait l’âge comme un obstacle à leur relation alors que le second prétendant qu’elle avait en tête était à peine plus âgé. J’ai été effarée à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche après avoir bu. Comme tant d’autre, je l’ai castée dans le rôle de la méchante, jusqu’à que la vérité me frappe : Jessica est mon héroïne.

OK, mettons une astérisque : mon héroïne* parmi tous les participants de Love Is Blind. Dans l’insanité de cette émission de télé-réalité, elle est longtemps la seule qui semble percuter que quelque chose ne tourne pas rond. Certes sa solution est de boire et d’y aller la tête baissée ; mais à chaque fois qu’elle tente de nous convaincre que Mark est l’amour de sa vie, de se convaincre que Mark est l’amour de sa vie, quelque chose semble se briser en elle, jusqu’à ce qu’elle finisse enfin par s’enfuir, au moment de dire “oui”.

Love Is Blind. Netflix, 2020. Récupérée de Cinemablend

Lire la suite « Une défense de Jessica et du droit à aimer en son temps (ou pas du tout) »

TFSA | Les personnages féminins les plus inspirants

Bien le bonjour,

Nous sommes vendredi dimanche et cela fait plus d’un an que je n’ai pas participé au TFSA de Tequi, mais les règles semblent toujours être les mêmes. Aujourd’hui, elle nous demande de classer les personnages féminins que nous trouvons les plus inspirants ; voyons donc où cela nous mène.

Lire la suite « TFSA | Les personnages féminins les plus inspirants »

Un classement définitif des white boys de Mindy Lahiri

Ben : Oh my God, how many men in this city have you dated?
Mindy : Kind of a lot, I guess. And I guess it depends on your definition of dating, and men. [1]

The Mindy Project S05E07 : “Revenge of the Nurse”

Coincée au lit et lassée de ne pouvoir manger que de la soupe, je me suis récemment relancée dans un re-visionnage de The Mindy Project – au départ juste parce que j’avais envie de voir Chris Messina danser. C’était la première fois que je revoyais la série toute entière (j’avais vu les deux premières saisons plusieurs fois lorsque j’ai découvert la série, mais je me suis ensuite contentée de la diffusion hebdomadaire), et après à peine quelques épisode, je me suis dit que quitte à tout revoir, autant tenter de répondre à une question qui me tracasse depuis 7 ans : quel était le meilleur petit copain de Mindy Lahiri ?

Lire la suite « Un classement définitif des white boys de Mindy Lahiri »

Un épisode que je connais par coeur : parlons de Fringe et de “Marionette”

Ce mois-ci, pour le Bingo Séries, Shipou nous demande de parler d’un épisode que nous connaissons par coeur, et puisque que je ne vais pas à chaque occasion vous sortir un épisode de The Office (et puisque “Once More With Feeling” me semble être de la triche parce que j’ai surtout écouté l’épisode plus que je ne l’ai vu), je vais me retourner vers une de mes série doudou qui se double de séries de fond lorsque j’étudie : Fringe.

Fringe est peut-être une des séries que j’ai le plus vu, mais seuls une poignée des épisodes ont toute mon attention à chaque re-visionnage : l’un d’eux est “Marionette”. Si je ne le connais pas par cœur à proprement parler, il m’est extrêmement familier, et ses moments émotionnels résonnent en moi à chaque fois que je le fois. Cet épisode, je ne le réfléchis pas, je le ressens.

Pour comprendre le chemin émotionnel à travers lequel cet épisode me transporte, il faut le resituer – la suite, de toute évidence, contient des spoilers.

Récupérée de ScreenRant

Lire la suite « Un épisode que je connais par coeur : parlons de Fringe et de “Marionette” »

Mon épisode préféré de la décade ?

Supernatural Fan Fiction

Ça fait un mois exactement que je me retourne la tête pour trouver mon épisode préféré de la décade. Des moments ? J’en ai plein. Des super-bons épisodes que je pourrais regarder en boucle ? Idem. Mais un unique épisode qui surpasse tous les autres. Je ne me sens pas à la hauteur de cette tâche.

Il y a plein de bons candidats. Le quatrième épisode de la seconde saison de Fleabag. “Legends of To-Meow-Meow” ou “Here I Go Again” ou tout autre épisode où Legends of Tomorrow s’éclate juste pour s’éclater. “The Day of the Doctor” parce que j’ai rarement été autant excitée. “Meet the Parents” de Schitt’s Creek parce que wow.  Les innombrables series finale qui ont conquis mon cœur pour ne jamais le rendre. Franchement ça manque pas – et même si tous ces choix sont relativement récents, je suis sûre qu’avec un peu plus de patience, je pourrais en déterrer tout autant éparpillés dans la première moitié de la décade.

Mais voilà, le but n’est pas de choisir tout plein d’épisodes, mais d’en nommer un, un seul, un unique, comme mon préféré de la décade. Et si je dois faire ce choix (ce que Shipou nous demande pour le dernier bingo série de la décade), j’ai envie de me tourner dans une tout autre direction. Je veux un épisode qui transcende sa série et synthétise ma décade. Un épisode qui fasse honneur à la joie que me procure la télévision. Un épisode qui résume mon expérience de spectatrice, durant l’épisode mais aussi après, lorsqu’on y repense, lorsqu’on en parle, lorsqu’on continue à le faire vivre. Un épisode comme ça, je n’en vois qu’un, et il a à puiser dans la seule série que j’ai suivi hebdomadairement durant l’intégralité de la série : Supernatural.

Source : Tumblr (via Pudding Brains)

Lire la suite « Mon épisode préféré de la décade ? »

Ma semaine devant l’écran #82 | Roue libre

Bien le bonjour,

J’étais de nouveau en vadrouille pour le gros de la semaine, arpentant la campagne française en vélo. C’était très (très) beau mais faute d’ordinateur, de connexion internet, ou même de batterie, c’était aussi forcément sans série. Elles auront été curieuses, mes vacances, je pense que ça fait des années que j’ai aussi peu regardé la télé. Curieuses, mais merveilleuses.

Je suis rentrée pour le week-end, et après un samedi passé à me complaire dans mon épuisement, j’ai finalement regardé quelques épisodes dimanche, assez que pour justifier ce billet hebdo : j’ai conclu la saison 10 d’Archer, et un peu avancé dans la saison 4 de The Detour. Histoire de me faire un peu plus plaisir, j’ai aussi fini Swamp Thing, et un peu continué dans The X-Files ; bref, je me remets à mes devoirs, c’est que j’ai un objectif inatteignable de rattrapage à ne pas atteindre, moi !

Sans plus tarder, mettons-nous en selle : parlons séries !

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #82 | Roue libre »

Ma semaine devant l’écran #80-81 | Confort

Bien le bonjour,

Je pensais profiter de mes dix jours sur Bruxelles pour m’enfiler des séries tout plein… et finalement, j’ai surtout lu. Et dormi. Beaucoup dormi. J’ai l’impression d’appliquer mes stratégies d’évitement, d’habitude réservées à mes responsabilités scolaires, à mes séries, ce qui est peut-être signe qu’il est grand temps de faire un tri. Mais à vrai dire, “faire le tri dans mes séries” sonne comme une corvée que je vais chercher à éviter. M’en sortirai-je donc jamais ?!

Balayons ces incertitudes. En septembre, je vais commencer ma thèse, ce qui veut dire le retour de mes angoisses scolaires et donc, croisions les doigts, de mon besoin de m’échapper un peu. J’ai arrêté d’être régulière sur le blog au moment où j’ai rendu mes dossiers de financements, donc tout cela ce doit d’être liés. Si ces explications ont l’air une fois encore de stratégies d’évitement je ne vois pas ce que vous voulez dire. Tout va bien. Je suis quelqu’un d’équilibré et de sain dans tous les aspects de ma vie.

Je disais ? Lucasfilm, via Giphy.

Je disais donc : je n’ai pas regardé grand chose ces dernières deux dernières semaines. J’ai décidé d’accompagner ma coloc dans son rewatch de Downton Abbey – l’occasion de me rendre compte que j’avais en réalité vu la majorité de la saison 1 et donc qu’elle reprenait pile-poil là où je m’étais arrêtée, si ce n’est pas merveilleux. Merveilleux pour moi en tout cas, puisque j’ai été prise d’envie d’enfin m’y mettre vraiment. Moins merveilleux pour elle qui aime regarder ses séries petit à petit parce qu’on a vu toute la saison 2 en un jour. Aucun regret. Pour moi de nouveau – je pense qu’elle se mord un peu les doigts de m’avoir trop bien vendu la série. Anyway, j’avance un peu sur le débrief, mais franchement, c’est tout ça en moins de blabla pour plus tard. A part mon avancement dans Downton Abbey, j’ai enfin terminé Jane the Virgin et… c’est tout. Je vais probablement regarder quelques épisodes de quelque chose dans mon bus dimanche, mais d’ici-là, l’article sera partie dans l’Internet et ce sera donc pour le prochain débrief. Ah, d’être à jour dans mes publications (et en vacances, encore) !

Je dis c’est tout, c’est tout, mais j’oublie de mentionner la meilleure partie de ma semaine : mon revisionnage de l’adaptation mini-série de 2008 de Sense and Sensibility (Raison et Sentiments). Si vous me suivez sur twitter, vous avez probablement idée de l’ampleur de mon obsession et non, je n’en suis toujours pas remise – je crains que ce ne soit jamais plus le cas.

Lire la suite « Ma semaine devant l’écran #80-81 | Confort »